Le périnée, ce grand inconnu

Le péri-quoi ? Souvent, les gens ont une notion assez floue de ce muscle pourtant fondamental du corps humain. Voyons ensemble une approche simplifiée du périnée chez la femme (*les hommes aussi ont un périnée, mais faisons aujourd’hui honneur aux dames).

Zoom sur l’anatomie

Le périnée est un muscle qui se situe sur la partie inférieure du bassin, il s’étend du pubis jusqu’au coccyx. C’est une sorte de hamac qui soutient toute la zone du petit bassin et donc, des organes génitaux et de l’anus.

Le périnée, à quoi ça sert ?

Pour le dire sans blabla, le périnée sert d’abord à faire ou ne pas faire « pipi, caca, prout ». En langage médical : le périnée a des fonctions de miction, de défécation et de continence.

Il est impliqué dans la fonction sexuelle, participant au plaisir de la femme et de l’homme (alors là, ça devient interessant pas vrai ?), et jouant un rôle très important lors de l’accouchement.

Mais sa fonction la plus importante est de soutenir les organes, les voies digestives inférieures, les voies urinaires et les voies génitales.

Un périnée en bonne santé

  • Protège nos lombaires en réagissant aux pressions abdominales
  • Contribue au maintien de nos organes à leur place attitrée
  • Assure la continence, via les sphincters
  • Il permet aussi de mieux connaitre son corps et de mieux gérer son plaisir

Mais au fil du temps, certains facteurs au quotidien peuvent l’affaiblir, et l’équilibre n’est plus maintenu.

Ce qui le fragilise

  • L’accouchement et le post-partum mal encadré
  • Le port répété de charges lourdes
  • Une fragilité génétique
  • La constipation qui force à pousser
  • Une toux chronique
  • L’obésité
  • Le vieillissement hormonal et l’affaiblissement des muscles
  • La pratique de certains sports (course, saut, fitness, port de charges lourdes etc.) qui entrainent une augmentation de la pression exercée sur le périnée liée aux impacts sur le sol et à la mauvaise contraction des muscles abdominaux.
    Selon certaines études, plus de la moitié des athlètes féminines souffriraient d’incontinence urinaire.

Comment en prendre soin ?

Que ce soit pour éviter des problèmes d’incontinence ou pour un meilleur épanouissement dans votre vie sexuelle, il existe différentes techniques pour stimuler votre périnée.

  • Ça commence aux toilettes : éviter de se retenir le plus longtemps possible, ne pas pousser ni pratiquer le « stop-pipi », adopter une position physiologique (un petit tabouret sur lequel on pose les pieds pour remonter les genoux, geste simple mais très efficace !) …
  • En faisant sa rééducation périnéale après l’accouchement
  • En pratiquant des activités douces pour le corps, comme le Yoga, Pilates, gainage, danse orientale, chant… Rééduquer le périnée, c’est renforcer la sangle abdominale et les muscles du dos !
  • En ayant une bonne hygiène de vie qui commence dans l’assiette (pas trop gras, trop sucré, trop salé) , et en cultivant l’apaisement du mental : méditation, respiration, sophrologie… Bref, un esprit sain dans un corps sain !
  • En apprenant à connaître votre corps : Mesdames, place à l’exploration. Seule ou grâce à une thérapeute, apprendre à connaître votre corps vous permettra de mieux le chouchouter !

« Abdos » intelligents

Les bons abdominaux sont ceux qui élancent la silhouette, remontent la poitrine : bref, c’est quand le ventre ne sort pas. Un ventre plat oui, un ventre à tablettes de chocolat… non.

Désolée, il va falloir dire adieu aux abdominaux classiques type crunch, ciseaux et autres qui peuvent endommager le corps lorsqu’ils sont mal réalisés !

Comment savoir si nos exercices d’abdominaux sont bons pour notre corps ? Placer une main sur le ventre. Si, à l’effort, le ventre pousse sur la main, c’est que le mouvement est mauvais.

Je m’explique. Prenons l’image du tube de dentifrice : Si l’on appuie au milieu du dentifrice, le dentifrice va sortir vers le haut, et pousser vers le bas. A force, ça risque de céder…Et bien pour le corps, c’est pareil.

Il faut engager le périnée avant de faire l’effort, comme si on se retenait d’uriner, puis expirer en serrant la ceinture abdominale pour refouler les viscères et le diaphragme vers le haut. Dans ce cas il n’y aura pas de poussée vers le bas et le travail du périnée sera associé au travail des abdominaux.

Alors, préférez le gainage aux exercices « classiques », ou alors assurez-vous de leur bonne réalisation. Votre corps est un temple, c’est votre maison, ne l’oubliez pas 🙂

Il existe plein d’exercices très simples à faire seule ou avec un coach !

Pour conclure

Un périnée tonique, mobile et en bonne santé est essentiel, et ce chez la femme comme chez l’homme.

En plus de prévenir des troubles d’incontinence, descente d’organes, maux de dos… il améliore la qualité des rapports sexuels et donc du plaisir.

Les problèmes de périnée ne sont pas une fatalité, alors prenez-en soin !

Alors, prêtes à (re)découvrir et prendre soin de votre périnée ?

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter par email : k.t.galina@gmail.com

Moi, c’est Galina, 29 ans. Après des études de littérature et d’histoire-géographie, j’ai été conductrice de travaux, pour aujourd’hui être professeur de Yoga, masseuse, curieuse, globetrotteuse...
Après une vingtaine de moussons Africaines, je m’installe en Côte d’Ivoire, ouvre mon Studio YOGALI, me forme, m’enrichis, m’épanouis… Alors ici, je m’exprimerai sur des sujets qui me passionnent, bonne lecture !