Women in Africa Young Leaders : des lauréates engagées pour le développement de l’entrepreneuriat féminin en Afrique 

 

Sur le continent africain, 27% des femmes créent une entreprise, soit le taux le plus élevé à l’échelle mondiale. Women in Africa (WIA), la principale plateforme internationale consacrée au développement économique et au soutien des femmes africaines entrepreneures, a lancé en mars 2022 la deuxième édition de son programme Young Leaders avec ses partenaires que sont, la Maison Dior, le leader mondial des Technologies de l’Information et de la Communication Huawei, le cabinet d’audit et de conseil KPMG France, la banque d’affaires Lazard et la compagnie multi-énergie mondiale TotalEnergie

 

Après le remarquable succès de la première édition en 2021, celle-ci ayant récompensé 5 femmes, cette année 2022 a vu 8 femmes entrepreneures (sur 3 000 candidates) être sélectionnées pour leurs profils et projets, tout aussi inspirants que novateurs. Ces jeunes femmes appelées à jouer un rôle majeur dans la révolution entrepreneuriale en Afrique, bénéficieront d’un accompagnement sur mesure dont les thèmes portent sur le leadership féminin et les compétences – notamment numériques – de demain.

Les 8 lauréates de WIA Young Leaders 2022 nous viennent de l’Algérie, du Nigeria, du Malawi, du Cameroun, du Gabon, de la République du Congo, d’Afrique du Sud et d’Égypte. Voici donc le portrait de ces femmes extraordinaires, au service de la cause féminine en Afrique :

Lydia MERROUCHE est la fondatrice & CEO de Fossoul Agricole, une entreprise qui, outre la production de fruits bio répondant aux normes internationales et aux critères de la grande distribution, inclut également un service de livraison à domicile. Depuis 2019, elle emploie par ailleurs plusieurs femmes qui transforment certains produits en confitures. Lydia aimerait, dans un avenir proche, pouvoir exporter ses produits à l’étranger. 

Souhaitant contribuer au développement de l’Afrique, Lydia a postulé au programme WIA Young Leaders pour montrer à tous et à toutes que le potentiel de leadership féminin de l’Algérie est des plus dynamiques et combien les femmes algériennes sont impliquées dans le développement socio-économique et environnemental de leur pays. A ce sujet, son engagement pour la condition de la femme en Algérie lui a valu la remise de plusieurs prix, nominations et distinctions.

Consciente de la valeur ajoutée que peut avoir le numérique dans la création et le développement de toute entreprise, Lydia est persuadée que la démocratisation du numérique en Afrique est une nécessité pour l’encadrement et l’accompagnement de l’écosystème entrepreneurial féminin, permettant dès lors de gagner en visibilité, de créer de nouvelles opportunités et d’accélérer les rendements de l’entreprise. 

Kemi ADETU, Nigériane, est Associée au sein du Corporate Equity Derivatives Group chez J.P. Morgan Securities LLC à New York. Après avoir successivement travaillé chez Standard Chartered dans le secteur financier, chez PwC dans le management, puis chez Google en Marketing Digital, et enfin auprès de Goldman Sachs et la Deutsche Bank, Kemi a fondé GLOW UP (Girls Ladies Orphans Women United for Progress). Cette organisation non gouvernementale dédiée à l’accompagnement des jeunes filles et femmes orphelines âgées de 10 à 25 ans regroupe plusieurs projets autour de trois piliers principaux : l’éducation, la santé et le bien-être, la nutrition et la sécurité alimentaire.

À travers son ONG, Kemi ADETU a pour ambition de créer un réseau de jeunes dirigeantes équipées et qualifiées, aptes à saisir les meilleures opportunités et être pleinement actrices des changements politiques, sociaux et sociétaux. 

Adelaïde BIH est une biologiste clinicienne camerounaise et présidente/cofondatrice de l’African Initiative for Health and Research Promotion (AIHRP), une initiative pour le développement et la promotion de la santé à Yaoundé, au Cameroun. Fière de faire partie des 8 lauréates WIA de cette nouvelle édition 2022, Adélaïde remercie l’un des principaux partenaires du programmes, Huawei Northern Africa, applaudissant tout particulièrement l’accompagnement de l’entreprise à destination des femmes dans le secteur de la tech. En effet, elle considère comme « vital » le rôle des nouvelles technologies dans la promotion de l’entrepreneuriat féminin en Afrique et dans la croissance et le succès de toute entreprise portée par une femme.

 

Originaire d’Afrique du Sud, Lydia HLONGWANE est directrice générale du Imbali Group of Companies, co-fondatrice de I.C.A.R.E, coach de vie et mentor en leadership. Fière d’avoir été lauréate de cette deuxième édition, Lydia est convaincue que le numérique, bien plus qu’un simple outil, est essentiel pour mettre en valeur les entreprises et ainsi se démarquer de la concurrence. Selon elle, le constat est clair : si le nombre de femmes s’aventurant dans l’entrepreneuriat est en hausse depuis quelques années, le contraste est encore trop grand dans l’utilisation des ressources technologiques. Le numérique se révèle pourtant être un outil particulièrement efficace et essentiel pour permettre à ces entrepreneures d’être le plus compétitives possible. Dès lors, les nouvelles technologies leur permettront de saisir de nouvelles opportunités, améliorer leur stratégie marketing et, de facto, se démarquer de la concurrence. 

Vanessa METOU est une juriste congolaise, spécialisée en droit international pénal et activiste pour les droits de jeunes. Incarnant cette force motrice qui se veut contribuer au développement de la République du Congo et du continent, Vanessa est l’une des 8 candidates parmi les 3 000 en lice à avoir été sélectionnées par le programme WIA. Parmi ses nombreuses activités, Vanessa Metou est notamment la fondatrice de l’ONG Lona, qui vise à promouvoir le bien-être et l’épanouissement de la jeunesse, tout en se battant pour réduire les inégalités sociales. Pour elle, le développement des pays sur le continent africain ne peut être effectif sans la participation active des femmes, dont la valeur ajoutée est chaque jour démontrée.  

Gabonaise, Tamarah MOUTOTEKEMA BOUSSAMBA est la fondatrice et Directrice générale d’AGRIDIS, une entreprise agroalimentaire dont les activités couvrent la production et la distribution de produits agricoles au Gabon depuis 2017. Ayant fait de la lutte contre la pauvreté son cheval de bataille et militant pour l’autonomisation de la femme, Tamarah a reçu de nombreuses distinctions internationales récompensant son engagement. 

Provenant du Malawi, Grace MZUMARA est médecin et chercheuse en politiques de santé infantile au Malawi Liverpool Wellcome Trust. Pour cette lauréate, il est crucial que les femmes entrepreneures gagnent en visibilité et numérique apparaît donc comme le meilleur moyen pour y parvenir. En effet, grâce au marketing digital, il est dès lors possible de maximiser la visibilité des différents projets entrepris, permettant à ces femmes de développer leurs activités en dehors des frontières de leur pays. 

Enfin, le Docteur Folake ONI, consultante, médecin et conférencière, prône le développement de la jeunesse au Nigéria. Elle occupe actuellement le poste Directrice de la Stratégie et transformation d’entreprise dans le groupe Sydani. Faisant de l’équité et de la justice sociale le cœur de son engagement, Folake se mobilise fortement pour améliorer l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive dans les camps de déplacés à Abuja, mais également pour réduire les agressions sexuelles et les violences conjugales. Le numérique est, selon elle, une force motrice de l’amélioration des soins de santé, l’innovation permettant de répondre à de nombreux défis.

#WIAYoungLeaders, #WomenEmpowerment, #HuaweiNorthernAfrica

 

Marie Victorine ONANA

Marie Victorine ONANA

Rédactrice Beauté ELLE Côte d'ivoire Je dirige un cabinet de Consulting en développement de para-pharmacie et de marque dermo-cosmétiques. Je forme les para-pharmacies, coiffeurs, esthéticiennes, marques sur le soin du cheveu, cuir chevelu et de la peau. Je fais également des coachings beauté et donne des consultations aux particuliers.

Laissez un commentaire