Ces huiles végétales qui remplacent le lubrifiant, votre traitement et allié érotique !

/

Sécheresse vaginale, dyspareunie, infections, douleurs et irritations vaginales lors des rapports sexuels, le lubrifiant prévient et apaise nos maux en plus de nous permettre de varier les plaisirs sexuels. Il est primordial pour choisir un « bon » lubrifiant de prendre en compte deux mesures à savoir le pH et la teneur en eau. L’osmolarité, c’est-à-dire la concentration de molécules d’eau, des sécrétions vaginales varient entre 260 et 280 mOsm/kg. Le milieu vaginal est quant à lui acide avec un pH se situant entre 3,8 et 4,5. Un « bon lubrifiant » est donc un lubrifiant qui se calque à ces données et présente des chiffres similaires. Les lubrifiants à base d’eau avec un Ph variant entre 3,5 et 4,5 et une osmolarité inférieure à 380 mOsm/kg sont les plus recommandés pour une bonne santé intime. Des lubrifiants, on en trouve à l’eau, au silicone, aux huiles végétales, chauffants, refroidissants, etc. Cependant, on constate que certains d’entre eux perturbent le milieu vaginal et freine la mobilité des spermatozoïdes. Il existe, en revanche, des naturels et bio : les huiles essentielles. Économiques, délicieusement parfumées et pleines de vertus santé, on vous invite à découvrir ces alternatives qui ont toutes le mérite de remplacer le lubrifiant industriel. Faites votre choix selon vos besoins.

Huile de coco : le lubrifiant exotique au parfum gourmand.

Elle est lubrifiante, hydratante, et légèrement antibactérienne. Conseillée de la choisir bio, vierge et non raffinée, l’huile de coco s’adapte à tous les types de peaux : sèche, sensible. Lubrifiant huileux, elle ne peut pas être utilisée avec un préservatif de latex et de polyisoprène, car ils le fragilisent. À utiliser donc avec des préservatifs de polyuréthane. Bon à savoir : cette huile végétale se solidifie en dessous de 20°C, il faut donc la réchauffer entre ses mains avant de l’utiliser.

Huile d’olive : le lubrifiant prisé par les Grecs et les Romains depuis l’Antiquité.

Elle régule le système naturel d’hydratation de la peau, convient aux peaux sèches et apaise les irritations. Vaut mieux la choisir bio et de première pression à froid. Conseillée en cas de sécheresse vaginale, elle peut être utilisée en massage locale 2 heures avant le rapport sexuel même avec le préservatif. Encore une fois, ne pas utiliser de lubrifiants huileux avec un préservatif en latex au risque de se rompre. L’huile le rend poreux.

Huile d’amande douce : le lubrifiant onctueux originaire d’Asie et du Moyen-Orient.

 

Ayant un effet stimulant sur la libido, elle adoucit et nourrit la peau grâce à son action émolliente. Apaisante, anti-inflammatoire et cicatrisante, l’huile d’amande douce calme aussi les démangeaisons et les irritations. Tout comme l’huile d’olive, en cas de sécheresse vaginale, on peut effectuer un massage toujours 2 heures avant de passer à l’acte même avec le préservatif. Lubrifiant huileux, ne l’utilisez pas avec un préservatif de latex et de polyisoprène, car ils le fragilisent. Avec des condoms de polyuréthane, il n’y a aucun souci par contre. Cette huile est également déconseillée aux personnes allergiques aux fruits à coque.

Huile de Jojoba : le lubrifiant idéal pour masser les zones intimes.

 

Certains l’utilisent en huile de massage des parties génitales afin de les lubrifier. Également incompatible avec les préservatifs.

Huile de macadamia : le lubrifiant comestible à la délicieuse odeur de noix grillée.

Cette huile laisse un large champ d’action plutôt amusant lors d’un rapport en raison de sa comestibilité. A appliquer en massant généreusement afin de ressentir le confort prodigué par l’huile de macadamia. Sans risque, elle n’irrite ni les muqueuses ni la peau.

Littéraire dans l'âme, mordue des mots, je crois pouvoir me définir comme une africaine moderne attachée à sa culture. Plus qu'un élan créatif, ma plume cosmopolite empreint d'un brin d'humour est mon outil d'expression. Polyvalente, je m’épanouis sur divers sujets qui touchent à l'Art. Un œil d'esthète, je suis (très) sensible à la beauté... Ah oui, je suis aussi une grande passionnée d'émojis.