Rencontre avec Isabelle Koffi, initiatrice de la banque du coeur

Son amour pour autrui l’à poussé à créer une Organisation Non Gouvernementale qui aide les personnes dans le besoin. Depuis deux ans, ses domaines d’intervention sont d’ordre social avec une bonne partie consacrée à l’aide médicale aux personnes malades qui n’ont pas les moyens de se prendre en charge. Isabelle Koffi a fondé l’organisation sociale à but nonlucratif, l’ONG ADORADE. Elle organise un gala de bienfaisance en l’honneur des enfants malades de cancer. Nous avons rencontré Isabelle Koffi, celle qui se cache derrière la louable initiative de “La banque du coeur”.

Qui est Isabelle Koffi ?

Je suis Laure Isabelle Koffi, présidente, fondatrice de l’ONG ADORABLE.

Qu’est-ce qui vous a motivé à créer cette ONG ?

Cette ONG a été créée à la suite d’un constat. Plusieurs personnes souffrent à tous les niveaux : des souffrances morales, psychologiques, physiques. C’est au vu de toutes ces choses que nous avons décidé de nous mettre ensemble pour essayer de les aider. Comme le dit si bien Mère Teresa : « on ne peut pas nourrir toute la Terre mais on peut nourrir une personne. » Nous avons décidé de s’unir afin d’aider les personnes qui sont dans le besoin – des personnes qui souffrent. Voilà résumé brièvement.

Et j’avoue que c’est aussi un sacerdoce, parce que c’est vrai qu’on puisse avoir une vision. Cependant sans cette fibre humanitaire ancrée en nous, nous n’aurions pu le faire correctement.

Quels sont les objectifs de l’ONG ?

L’objectif est unique : atténuer la souffrance des personnes vulnérables, des personnes qui sont en souffrance. Voici l’objectif clé de l’ONG. Il y a plusieurs canaux qui se déclinent mais la vision que nous avons, c’est de pouvoir aider le maximum de personnes qui sont dans des situations délicates, de pouvoir les aider au mieux.

Parlez-nous de la banque du cœur…

La banque du cœur est un produit de l’ONG ADORABLE. C’est une banque humanitaire. Au travers de la banque du cœur, nous avons mis en place une plateforme qui permet de rassembler des personnes, des sociétés, des entités et… humanitaires émergents et… d’un humanitaire vrai… En face de ces personnes, nous avons des personnes qui sont en manque. C’est ensemble qu’on réunit nos moyens pour pouvoir venir en aide à ces personnes-là et puis les accompagner.

Quelles sont vos activités ?

A l’ONG ADORABLE, nous menons plus d’activités à l’intérieur du pays. Nous avons à suivre des enfants pour leur scolarisation. Nous suivons des familles dans les différents besoins élémentaires. Nous suivons aussi des malades, comme prendre en charge des séropositifs. En fait, on essaie au mieux de venir en aide à ces personnes qui nous approchent et exposent leurs difficultés.

Nous travaillons beaucoup aussi dans le domaine médical grâce à l’un de nos partenaires qui est Mr Serge Kadio, le parrain de la cérémonie. Il est le président de l’ONG L’AMOUR DU PROCHAIN qui est spécialisée dans les dons gratuits de matériels médicaux à des hôpitaux, à des institutions. Ces différents partenaires nous permettent de venir en aide à ces populations clés qui sont dans le besoin.

Parlez-nous du gala caritatif.

Dans le cadre de nos activités, nous avons décidé d’organiser un dîner caritatif en faveur des enfants souffrant de cancer et qui sont pensionnaires de l’Unité… Pédiatrique du CHU de Treichville. Ce dîner inclut une levée de fonds afin de rassembler sur une même scène des hommes d’affaires, des artistes, des personnes lambda, des mécènes pour qu’ensemble nous puissions aider cet hôpital – cette unité-là au niveau financier, technique et logistique.

Le dîner gala aura lieu le vendredi 5 Novembre 2021 à partir de 19H au Golf Hôtel de la riviera. Nous vous y invitons tous !

Et pourquoi les enfants malades de cancer ?

Les enfants malades du cancer parce que c’est une pathologie pas très connue en Côte d’Ivoire. C’est une pathologie qui endeuille beaucoup de familles. Si vous faites un tour à l’Unité de cancérologie du CHU de Treichville, vous remarquerez que la majorité des personnes malades sont issues de familles défavorisées, de familles vulnérables, de familles qui viennent pour la plupart de l’intérieur du pays. Et ça c’est l’un des points clés de notre ONG ADORABLE. Nous travaillons beaucoup avec les populations de l’intérieur du pays. Pourquoi ces enfants ? Parce qu’il y a beaucoup de choses à faire, qu’il y a peu de moyens, que les traitements sont très coûteux et que la plupart du temps les parents sont incapables d’y faire face tout seuls… Ce qui fait que le taux de mortalité est vraiment élevé au niveau de cette pathologie chez les enfants.

En deux ans d’existence, quelles sont les actions concrètes que vous avez menées qui ont eu un gros impact ?

Nous n’avons pas eu pour habitude de communiquer sur nos actions. Nous avons eu à mener des actions à l’intérieur du pays pour le suivie de certaines familles auxquelles nous avons apporté assistance. La population de Tiassalé, par exemple, après la malheureuse crise post-électorale. Nous avons visité des prisonniers au niveau de Bouaké surtout la prison des mineurs. Et toutes nos actions jusqu’à présent ont été faites à l’intérieur du pays. A Abidjan, c’est une première, l’action se fait à Abidjan mais par ricochet elle répond également à un besoin pour les populations de l’intérieur. La majorité des personnes qui sont dans cette unité viennent pour la plupart de l’intérieur du pays, alors nous répondons toujours aux besoins des populations de l’intérieur du pays.

Quel est votre plus grand souhait ?

Aujourd’hui, je dirais que mon plus grand souhait c’est que je souhaiterais que tous ces enfants qui sont couchés au service d’… Pédiatrique puissent guérir miraculeusement. C’est ma prière. Et je voudrais demander à tout un chacun de se joindre à nous pour qu’ensemble nous puissions aider ces enfants qui sont dans le besoin.

Le cancer est une maladie qui peut atteindre tout le monde, aussi simple que cela, c’est quelque chose d’imprévisible. On ne dit pas que le cancer c’est pour des personnes riches ou pour les personnes qui vivent à Abidjan. NON. Toutes les personnes sont exposées.

Comme j’aime à le dire, je suis mère d’une multitude d’enfants. C’est pourquoi lorsque je vois les regards de ces parents que je vais visiter dans cette Unité, je me vois au travers de ses parents et j’imagine leur douleur, je porte leur douleur avec eux. Donc aujourd’hui, je veux pouvoir communiquer au maximum sur ces pathologies, je veux pouvoir emmener plusieurs autres personnes à se joindre à nous pour aider ces enfants parce qu’il n’en faut pas vraiment beaucoup. Les coûts sont vraiment onéreux mais je veux dire il y a des petites choses qu’on peut faire : envoyer du savon, des fruits, du riz, des draps, toutes ces choses-là aident ces personnes malades

Quel serait votre cri de cœur ?

Rejoignez-nous ! Je lance cet appel à tous les chefs d’entreprise, à toutes les sociétés, à tous les Ivoiriens, à tous les résidents de la Côte d’Ivoire, de nous rejoindre pour qu’ensemble unis nous puissions venir en aide à ces petits enfants malades. Dans le prolongement de ce diner gala, nous allons rentrer en contact avec certaines structures.

Je tiens à préciser que cette action que nous menons est une action à long terme. A cet effet, nous allons entrer en contact avec certaines structures pour voir dans quelles mesures nous pourrions déposer des hôtes de Noël, des hôtes du père Noël dans ces sociétés-là pour pouvoir encore recueillir des jouets, des choses qui pourraient aider ces enfants-là pour Noël par exemple.

 

 

Rédacteur Culture ELLE Côte d'Ivoire
Blogueur et amoureux du 7ème art, je suis une personne atypique qui aime voir le monde en couleur...une âme d'artiste dont tous les domaines de l'art me fascine. Je vous fais découvrir mes coups-de-cœur, les actualités culturelles et cinématographiques mais également de la beauté et de la bonté et c'est ce qui rend extraordinaire votre passage sur elle.ci.