3 astuces aux Parents pour éviter Dr Facebook

Si vous appartenez à un de ces groupes de parents sur les réseaux sociaux, vous avez déjà dû voir ce genre de phrases : ‘’Voyez-vous ces petits boutons sur le torse de mon fils? Quelqu’un a vécu ça avec son enfant ?’’ ou encore ‘’Dois-je commencer la diversification de mon bébé avec des céréales ou de la patate douce ?’’. Et s’en vient ensuite une rafale de personnes prêtes à apporter leurs avis, leurs astuces ou leur soutien.

Et souvent il arrive que vous recevez des conseils médicaux par des personnes qui ne sont pas aptes à le faire…avec aucune expertise ! Pour éviter de subir les conséquences des conseils de ces « Dr Facebook » voici quelques règles à suivre !

  1. Savoir quoi poster

Les forums sont parfaits pour partager des expériences ou obtenir des avis personnels. Les publications idéales peuvent être sur plusieurs sujets de parentalité : l’entraînement du pot, l’entrée à la crèche, les recettes de purée ou les propositions de goûters nourrissants, la recherche d’activités pour enfants dans une commune ou encore les diverses techniques de discipline positive. Par contre, les questions d’ordre médical devraient être évitées car les réponses obtenues peuvent être inexactes, négligentes et surtout dangereuses.

Bien que l’auto-médication soit interdite dans plusieurs groupes, certaines personnes trouvent quand même le moyen de joindre les posteuses par messagerie privée pour leur donner leur « conseils ». Il est donc de la responsabilité de chaque membre d’un groupe de veiller à ne pas poser de questions médicales et ne pas se fier aux conseils soi-disant médicaux qui viennent de part et d’autre sur Facebook.

  1. Savoir faire la part des choses dans les conseils donnés sur Facebook

Ce n’est pas inhabituel pour des membres d’un groupe de mamans d’offrir des conseils pour guérir le trouble de l’autisme par une diète alimentaire, faire sa propre formule de lait pour bébés ou vanter les mélanges d’une tradi-practicienne dans le cas d’une allergie à la moisissure.

Si un commentaire vous interpelle et que vous sentez que c’est une astuce qui pourrait fonctionner chez vous, rappelez-vous que chaque organisme est différent et que ce qui a marché chez l’un ne marchera pas forcément chez l’autre.

Le meilleur qui pourrait arriver c’est que le traitement ne fonctionne pas, le pire serait qu’il soit nocif. Ce n’est donc pas un risque à prendre pour vous ou pour votre enfant. La bonne attitude, en cas de maladie, est de toujours se référer directement à un professionnel de la santé et ce, dans les plus brefs délais.

  1. S’en tenir aux experts

Sachez le bien, un docteur doit être en mesure de répondre à vos préoccupations en prenant le temps qu’il faut. Si vous vous sentez toujours attirée par les réseaux sociaux parce qu’il n’est pas souvent disponible pour vous, il est alors temps de songer à changer de médecin !

Beaucoup de personnes partagent ou recyclent des informations anciennes de plusieurs années sans s’en rendre compte. Il est du devoir de tous de véhiculer les bons messages en dénonçant l’automédication et les conduites dangereuses car cela pourrait faire la différence sur la vie d’une maman ou d’un enfant.

 

>> LIRE AUSSI : Conception : Stop aux idées reçues!

Rédactrice sur les thématiques de parentalité
Mariée, Maman 2.0 de 2 bouts de choux de 6 et 3 ans je suis entrepreneure dans la parentalité : Fondatrice de Babimams Magazine et rédactrice en chef d'une émission de parentalité sur TV5 Monde, Les Maternelles d’Afrique, et aujourd'hui je dirige une crèche/centre d’activités pour les enfants à partir de 6 mois, Babilou.
Je suis Chroniqueuse et Présentatrice pour le talk-show le Chœur des Femmes sur Canal+Elles et rédactrice pour Klorane Bébé dont je suis égérie Afrique avec ma fille.