Quelles sont les sources d’énergie en Côte d’Ivoire ?

Avant de parler des sources d’énergies disponibles et utilisées, il est important que l’on intègre les besoins en énergie des ivoiriens. 

Aussi, dans quel cadre est-ce qu’on a besoin d’énergie en Côte d’Ivoire ?

Eh bien lorsqu’on a besoin de lumière pour conduire sur une autoroute ou pour lire tranquillement un livre par exemple. Ou encore lorsqu’on a besoin de réchauffer un plat au micro-onde ou avec une cuisinière à gaz ou un « fait tout ». On peut aussi avoir besoin d’énergie pour mettre en marche notre voiture ou nos tracteurs pour l’agriculture et aussi pour faire fonctionner de manière continue notre usine de fabrication de charbon ou d’huile. Tous ces besoins et ces gestes, aussi banals qu’ils puissent paraitres, représentent de véritables enjeux énergétiques. 

Consommation d’énergie par secteurs d’activités en Côte d’Ivoire

La source d’énergie derrière une lampe électrique qui s’allume provient de barrages hydro-électriques et de centrales thermiques. La production ivoirienne d’électricité, la plus importante de l’Afrique de l’Ouest est assurée à 75% par l’énergie thermique et à 25% par l’énergie hydro-électrique. L’énergie thermique se fabrique à partir de centrales thermiques qui, dans le cas de la Cote d’Ivoire, fonctionnent à partir de gaz naturels qui proviennent du sous-sol. L’énergie hydraulique quant à elle est issue de barrages hydro-électriques qui par la pression de l’eau couplée à des turbines produisent de l’électricité. VRIDI 1, CIPREL (Vridi 2), AZITO ENERGIE et AGGREKO sont les 4 centrales thermiques existantes et en fonction ainsi que AYAME 1, AYAME 2, KOSSOU, TABOO, BUYO, FAYE et SOUBRÉ sont les 7 centrales hydrauliques de la Côte d’Ivoire. 

Barrage hydroélectrique de Soubré

La source d’énergie en arrière-plan d’une cuisinière à gaz (en l’occurrence le gaz butane contenu dans nos bouteilles de gaz de base) ou d’un réfrigérateur à gaz se fabrique soit par le biais d’une usine de raffinage du pétrole, soit par l’extraction du gaz naturel présent sous terre. La production de gaz naturel provient de quatre gisements offshore (en mer) détenus par l’entreprise canadienne Canadian Natural Resources, la filiale française Bouygues et la compagnie publique PETROCI. La production de gaz butane est monopolisée par la société PETROCI qui détient 44% du marché ivoirien et 20% de la population y accès. 

Usine de raffinage de pétrole et de gaz naturel

Source d’approvisionnement en énergie et % de consommation

La source d’énergie qui aide au fonctionnement d’un « fait tout » provient de la biomasse, à savoir le charbon de bois ou le bois de feu. Elle est utilisée pour les besoins domestiques de cuisson ou pour les besoins industriels de chauffage et constitue 70% de la consommation énergétique nationale. Les bois utilisés pour la fabrication de charbons de bois et de feu proviennent en général de forêts classées (donc exploitation de bois supposé être interdit et punis par la loi) tels que Ahua par exemple… 

Biomasse pour la fabrication de charbon de bois

La source d’énergie qui permet principalement à une voiture de démarrer est le carburant issu du pétrole. La Côte d’Ivoire, auparavant modeste producteur de pétrole, fait l’objet depuis 2019 d’une découverte majeure d’importants gisements de pétroles en eaux profondes (offshore) découverts par les sociétés italiennes, françaises et britanniques : ENI, TOTAL et Tullow Oil. Ces découvertes ont permis une augmentation de la production de barils à 12% pour atteindre plus de 36000 barils par jours issus de puits de forages. Le pétrole peut être utilisé pour fabriquer des engrais, du fioul pour les machines agricoles ou encore pour le bitume des routes en construction. 

Forage offshore pour l’extraction du pétrole

Toutes ces sources d’énergies proviennent de la Nature et de son exploitation. Cependant, les pressions exercées par l’Homme sur celles-ci ont des conséquences sur leur disponibilité, sur la biodiversité et même sur la santé des êtres vivants… 

 

Kimmy Touré

Kimmy Touré

Je suis fascinée par la nature et ses interactions avec l'Homme et les animaux. Ce qui m'a conduit à faire des études supérieures scientifiques et politiques dans les domaines de l'eau et de l'environnement. En parallèle à cela je suis mannequin "atypique" et j'aime la mode, les cultures afro-descendantes et j'aspire à toujours mettre en exergue les liens possibles entre mode, environnement et cultures précoloniales africaines.

Laissez un commentaire