L’hypersensibilité : tabou dans notre société ?

/


« Tu es un homme, tu ne dois pas pleurer », « Tu es beaucoup trop susceptible » « Tu t’énerves vraiment pour ça ? » , « Mais dis-donc, attrape ton cœur !». Ce type de phrases fait partie des classiques entendus par les personnes qui présentent une sensibilité accrue. Souvent incomprises ou perçues comme paradoxales, ces personnes que l’on appelle également hypersensibles, relèvent de l’ambigu car considérées comme forte et fragiles à la fois dans une société qui « survend » des images et rhétoriques de force morale et d’empowerement. Comment gérer ? Conseils.

Le dicton déclare que « la véritable sensibilité prend sa source dans la force du cœur, et non pas dans sa faiblesse ». Bienheureux sont ceux. Celles qui le perçoivent de cette façon. Pour le reste d’entre nous, l’idée d’être associé à « la pleureuse/le pleureur de l’entourage » ou la personne qui n’a pas les épaules assez larges dès qu’une mignonne petite larmichette fait apparition s’est totalement normalisée. Ce tabou de l’émotion semble germer tout aussi bien dans notre éducation que dans les apprentissages perpétuels transmis et cultivés. 

 

Il n’est pas impossible que vous connaissiez une personne hypersensible dans votre environnement proche. Il peut tout aussi bien s’agir de cette ami.e qui font en larmes très régulièrement, et vit toutes les choses de façon très forte et donne l’impression de se renfermer sur elle-même dès qu’il/elle est contrariée, que de personnes très discrètes et réservées qui vous parle souvent de leurs ressentis et qui marchent souvent par impressions, sentiments ou intuitions.

Découverte dans les années 90 par la psychiatre et chercheuse américaine Elaine Aron lors de ses études sur la thérapie, l’amour et les relations, l’hypersensibilité est reconnue dans le milieu clinique par un système nerveux sensible et une capacité de traitement neuronal supérieure à la plupart des individus. En d’autres termes, les hypersensibles sont rapidement submergés lorsqu’ils se retrouvent dans un environnement stimulant. Par ailleurs, cette particularité n’a pas qu’une seule et unique forme. Il peut s’agir de personnes très sensibles aux odeurs, aux goûts, aux images, au toucher ou aux émotions. Bien entendu, ces caractéristiques sont relatives à chaque individu et sont propres à tout un chacun.

Oui, nous entendons déjà vos questions d’ici : de prime abord, pourquoi refuser cette idée assez insolite de ressentir intensément toutes nos expériences de vie? C’est vrai, les avantages semblent assez évidents, et c’est même prouvé : les hypersensibles font attention aux subtilités, traitent les informations de manière plus fine que le reste de la population, car particulièrement attentifs aux détails qui échappent. Ce sont aussi des personnes très empathiques, intuitives, et épatantes tout aussi bien dans les milieux créatifs que dans certaines entreprises dites à partir du moment où elles réussissent à trouver leur équilibre.

Par ailleurs, être hypersensible n’est pas un choix ou une tendance, la plupart des personnes qui se reconnaissent comme telles sont nées ainsi, et le revers de ce trait de caractère est assez puissant. Imaginez tout simplement une simple petite contrariété banale virant au flux d’émotions ingérable qui vous pétrifiait les pensées pendant des journées et des heures, et vous ferait frôler la dépression émotionnelle. 

Quelques astuces

 


Tourmentés par le maigre équilibre entre la raison et l’émotion, les hypersensibles ont un besoin profond d’être compris, même s’ils ne le témoignent pas de la bonne façon.

Des doutes sur votre hypersensibilité? Uniquement un diagnostic psychologique permettrait d’en être sûr.e à 100%. Si vous ne souhaitez pas en faire un, ce n’est pas très grave. La principale astuce pour mieux le vivre, est tout d’abord de vous documenter sur cette question. Ensuite, prenez votre courage à deux mains et n’hésitez pas à assumer pleinement qui vous êtes ainsi qu’à vous entourer de personnes qui vous comprennent, tout en respectant que certaines personnes puissent ne pas le faire.

La sensibilité est relative. Accepter votre nature vous permettra de mieux vous protéger et de mieux vous comprendre. Par ailleurs, tirer une part positive de ce que vous ressentez, et formuler vos émotions de la façon qui semble la plus authentique à vos yeux, en dépit de ce que pensent l’opinion commune, est une forme de vérité qu’il serait peut-être bénéfique à adopter dans votre vie.

 

 

Rédactrice Société et Culture ELLE Côte d'ivoire
Curieuse et férue de tout ce qui nous entoure, je prends plaisir à m'intéresser à tous les sujets touchant aux femmes et tendent à rendre leur quotidien meilleur. J'aime mettre mon humble plume au service de la transmission significative et positive. J'adore chercher des méthodes qui améliorent notre vie personnelle, professionnelle, voir même spirituelle. Enfin, je suis également une vraie passionnée de littérature, de musique et d'histoire. Bonne lecture