Le cycle urbain de l’eau à Abidjan : comment et qui ?

ELLE Green

La question de l’accès à l’eau potable est un enjeu capital pour l’humanité au point que les instances internationales l’ont inscrite dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement. L’État ivoirien a très vite pris conscience de cet enjeu crucial et dès l’indépendance du pays, celui-ci a mis en place des stratégies d’alimentation en eau potable axées principalement sur la ville d’Abidjan.

 

Aujourd’hui, Abidjan constitue 70% de la consommation du réseau d’eau potable du pays. La commercialisation et la distribution de l’eau potable est exclusivement assurée par la SOciété de Distribution d’Eau de Côte d’Ivoire (SODECI). Celle-ci utilise des forages hydrauliques ou des captages d’eau verticaux qui permettent d’accéder à des nappes d’eau souterraines. Ces forages sont l’une des principales infrastructures dont la ville d’Abidjan a recouru afin d’approvisionner sa population en eau potable. À ce jour, on compte à Abidjan, 110 forages hydrauliques.  

Une fois que l’eau est prélevée de la nappe d’eau souterraine par le biais des forages, celle-ci passe par des usines de traitement d’eau potable (on en compte 17) pour ensuite être acheminée vers des châteaux d’eau au travers de canaux souterrains. Les châteaux d’eau sont des ouvrages de stockage temporaire d’eau. Depuis les années 60, Abidjan possède 16 châteaux d’eaux dont 9 sont à ce jour fonctionnels.  

L’Office Nationale de l’Eau Potable et l’Office Nationale de l’Assainissement et du Drainage sont des sociétés d’État qui assistent les pouvoirs publics sur les prises de décisions et les politiques à mettre en place dans les secteurs de l’eau potable, de l’hydraulique urbaine et rurale.  L’ONEP assure l’accès à l’eau potable des Ivoiriens et la gestion du patrimoine public et privé de l’État en ce qui concerne le secteur de l’eau potable. L’ONAD assure l’accès aux installations d’assainissement et de drainage.

À ce jour, il n’existe pas de stations d’épuration des eaux usées de la ville d’Abidjan. Les eaux usées des ménages, des industries, des activités agricoles sont rejetées directement dans la lagune et la mer. Une solution à ce problème environnemental est très certainement en cours d’élaboration… 

 

Je suis fascinée par la nature et ses interactions avec l'Homme et les animaux. Ce qui m'a conduit à faire des études supérieures scientifiques et politiques dans les domaines de l'eau et de l'environnement. En parallèle à cela je suis mannequin "atypique" et j'aime la mode, les cultures afro-descendantes et j'aspire à toujours mettre en exergue les liens possibles entre mode, environnement et cultures précoloniales africaines.