Isaïe Biton Koulibaly : l’auteur favori des Ivoiriennes n’est plus.

/

Ah la mort !

À l’âge de 72 ans, l’écrivain préféré des Ivoiriens a tiré sa révérence ce mercredi 10 novembre 2021. Des suites d’une longue maladie, Isaïe Biton Koulibaly nous a malheureusement quitté. Il y va sans dire que son décès est vraisemblablement une grande perte pour la littérature africaine.

Littérature enfantine, nouvelle, roman et chronique, de Ah ! les femmes, (Koralivre/Les classiques ivoiriens) et Ah ! les hommes, (Koralivre/Les classiques ivoiriens) à Encore les femmes, toujours les femmes, (Koralivre/ Les classiques ivoiriens) en passant par Et pourtant, elle pleurait, Prix Yambo Ouelogueum 2008 (Frat-Mat éditions) un véritable succès, il nous a fait voyager à travers ses écrits…

Né le 7 juin 1949 à Treichville, sa passion pour l’écriture débute grâce à l’œuvre Le Petit Chose et Jack d’Alphonse Daudet. A seulement 9 ans, il se met à l’écriture et promet de faire rêver des lignées de lecteurs par son talent, mais également d’inspirer plusieurs à la littérature. Père de trois enfants, cette plume romanesque à laisser au peuple Ivoirien un merveilleux héritage littéraire. Très adulé par la gent féminine, Isaïe Biton Koulibaly aimait écrire des romans d’histoires réelles de femmes, avec des couvertures très attrayantes de jeunes et jolies femmes.

C’est triste ! Isaïe Biton Koulibaly est décédé. Il est clair qu’il aura marqué le cœur des Ivoirien(ne)s par ses magnifiques histoires passionnantes. Notamment son chef-d’œuvre Et pourtant, elle pleurait avec une vente record de 10 000 exemplaires. Bon repos à l’artiste, écrivain éternel, la Côte d’Ivoire, l’Afrique, ne t’oubliera jamais.

 

Littéraire dans l'âme, mordue des mots, je crois pouvoir me définir comme une africaine moderne attachée à sa culture. Plus qu'un élan créatif, ma plume cosmopolite empreint d'un brin d'humour est mon outil d'expression. Polyvalente, je m’épanouis sur divers sujets qui touchent à l'Art. Un œil d'esthète, je suis (très) sensible à la beauté... Ah oui, je suis aussi une grande passionnée d'émojis.