Interview de Philippe WANG, Vice-Président exécutif de Huawei Northern Africa

/

Philippe Wang, Vice-Président Exécutif de Huawei Northern Africa, revient pour Elle Côte d’Ivoire sur l’engagement de Huawei Northern Africa en faveur de l’émancipation des femmes africaines. Découvrez l’interview. 

Qui êtes-vous, et quelle est la mission de votre entreprise sur le continent africain ?

 En Afrique, pour l’Afrique : tel est le crédo qui guide l’action de Huawei sur le continent Africain depuis plusieurs décennies maintenant. Notre groupe, qui aspire depuis toujours à donner à chaque individu, foyer ou organisation un accès aux technologies numériques, a à cœur de voir cette vision d’un monde entièrement connecté et intelligent se concrétiser en Afrique.

 Nous fournissons ainsi aux opérateurs télécom des produits et solutions de réseau innovants, sécurisés et fiables, afin d’accélérer le développement de l’économie numérique des pays africains. Grâce au renforcement des infrastructures de chacun de ces espaces, nous contribuons, aux côtés de nos partenaires locaux, à réduire la fracture numérique dans les zones reculées du continent. 

Nous croyons aussi fermement que l’éducation numérique des jeunes générations est un levier de développement. Ainsi, Huawei a formé plus de 37 000 personnes dans le cadre du projet ICT Academy rien qu’en région dite Northern Africa au cours des dernières années, et prévoit d’en former 150 000 au cours des cinq prochaines années, à travers une série d’initiatives qui correspondent aux stratégies numériques de chaque pays. L’objectif : encourager les femmes et les jeunes africains à profiter des infinies possibilités qu’offre le digital, et par là même occasion, soutenir la croissance économique et le développement de l’Afrique.

 

Comment Huawei s’engage concrètement pour l’émancipation des femmes africaines ?

 Le dernier engagement en date est le partenariat que nous avons noué aux côtés de l’initiative Women In Africa (WIA). Convaincus du pouvoir des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) pour renforcer le leadership des femmes en Afrique, nous sommes très fiers de permettre, en soutenant le programme WIA Young Leaders, à 5 jeunes femmes talentueuses de recevoir un parcours de formation digitale ambitieux et visionnaire. Cette initiative vise à être déployée chaque année, pour permettre à plus de 400 jeunes femmes de rayonner sur le continent africain d’ici 2030.

 Auparavant, nous avons mené un grand nombre d’actions pour l’émancipation des femmes en Afrique, dont les principales sont celles-ci :

 – En 2016, Huawei a soutenu la cause de l’égalité des sexes en lançant une initiative interne visant à encourager ses collègues masculins à soutenir la campagne HeForShe lancée par les Nations unies pour atteindre l’égalité des sexes.

 – En juin 2018, Mme Chen, vice-présidente de l’entreprise et directrice du conseil d’administration, a participé au sommet Women4Tech au Mobile World Congress Shanghai et a prononcé un discours-programme intitulé “Embracing the Digital Era”. Mme Chen a souligné dans son discours que l’ère numérique sera bénéfique pour les femmes.

 – Depuis début 2020, le bureau de l’UE à Bruxelles a lancé une série d’entretiens #Huawei4her avec d’éminentes dirigeantes pour aborder des sujets allant de l’éducation des femmes aux STEM au développement de carrière.

 Comme le soulignent ces nombreux engagements, Huawei a à cœur d’accompagner le développement durable du continent africain, qui ne peut être envisagé sans un renforcement sérieux de l’autonomisation des femmes africaines – locomotives de l’économie du continent.

 

 Quel message souhaitez-vous adresser aux femmes issues du continent ?

 Chez Huawei nous valorisons chez tous les talents, sans distinction, le dynamisme, l’esprit d’initiative, la curiosité, et l’envie d’aller plus loin. Nous souhaitons amener les jeunes femmes africaines à croire en leur talent, mais surtout à continuer d’apprendre, de s’ouvrir, de s’éduquer, de se former.

 Je crois personnellement – et fermement – que l’éducation est la clé de l’émancipation des jeunes générations en Afrique, et cela prévaut tout particulièrement pour les jeunes filles. C’est pourquoi Huawei a entre autres déployé son programme « ICT Academy » dans des universités et collèges africains (291 en région Northern Africa !). L’objectif : permettre aux étudiants, et particulièrement aux jeunes femmes, d’acquérir des connaissances de pointe en matière de TIC, qui leur permettront de tirer pleinement profit de la 4e révolution industrielle.

 De manière globale, nous encourageons l’indépendance des femmes en Afrique, et avons à cœur de les aider à créer les conditions nécessaires pour poursuivre leurs rêves.

 

 Par quels moyens l’Afrique peut-elle devenir actrice de sa révolution numérique ? 

Partout en Afrique, la conjoncture économique et sociale est extrêmement favorable à une transformation numérique d’ampleur. La population jeune et pléthorique du continent constitue son principal atout : selon les estimations des Nations Unies, 30 millions de jeunes arriveront chaque année sur le marché du travail d’ici 2030.

 Cette population jeune et massive est aussi connectée et accoutumée aux initiatives entrepreneuriales. Rien qu’au Sénégal, les créateurs de projets individuels représentent 81,8% des 400 000 unités économiques recensées (1).

 Ainsi, pour devenir actrice de sa révolution numérique, l’Afrique doit maintenant s’atteler à créer des emplois, en commençant par miser sur la formation de sa première force vive : sa jeunesse. 

 

Quelle est votre vision de l’Afrique de demain ?

 L’Afrique a tous les atouts pour être le continent de notre siècle : abondance des énergies renouvelables, tissu économique composé des TPE/PME de plus en plus résilient, et une jeune génération toujours plus attirée par l’entreprenariat (72%), comme le soulignent Jean-Michel Severino et Jérémy Hajdenberg, co-auteurs du livre Entreprenante Afrique. Chez Huawei, nous ajoutons à ce tableau une révolution digitale d’ampleur.

 Malgré l’impact de la pandémie de la Covid-19, l’Afrique est restée connectée. Le continent, à la population très jeune, regorge de jeunes talents. L’enjeu pour lui est maintenant de former cette jeunesse née à l’ère du numérique, de renforcer les écosystèmes digitaux, créant par là même les emplois qui le mèneront au développement qui lui est promis. 

 

Et pour finir, une question spéciale ELLE Côte d’Ivoire : quelle est la routine peau d’un expert des TIC ? Nettoyage chaque matin et chaque soir, et hydratation. Le tout à l’aide, à l’aide de produits d’origine naturelle, mais surtout de provenance locale – dans tous les domaines et tous les secteurs, nous soutenons l’économie africaine !

 

(1) Chiffres de la Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes du Sénégal

 

 

Rédactrice Beauté ELLE Côte d'ivoire
Je dirige un cabinet de Consulting en développement de para-pharmacie et de marque dermo-cosmétiques. Je forme les para-pharmacies, coiffeurs, esthéticiennes, marques sur le soin du cheveu, cuir chevelu et de la peau. Je fais également des coachings beauté et donne des consultations aux particuliers.