Femmes arbitres au devant de la CAN 2021

Vous l’avez peut-être déjà vu sur le terrain ce 18 Janvier dernier, lors du match Guinée-Zimbabwé à Yaoundé. Salima Rhadia Mukansanga, la première arbitre féminine, accompagnée par une équipe entièrement féminine pour l’assister, avec à ses côtés la Camerounaise Carine Atemzabong et la Marocaine Fatiha Jermoumi.

Ensemble, elles brisent le plafond de verre, du championnat de la CAN jusqu’à présent arbitré uniquement par des hommes. « C’est la première fois qu’une équipe entièrement féminine arbitrera un match de la CAN », a précisé la Confédération africaine de football dans un communiqué.

L’arbitre Salima Rhadia Mukansanga figurait déjà parmi les arbitres du tournoi Olympique des jeux de Tokyo qui s’est déroulé cet été. Elle avait également été la première femme quatrième arbitre d’un match de CAN, Guinée-Malawi.

La jeune arbitre commence sa carrière en arbitrant des matchs de deuxièmes divisions au Rwanda. Elle se hissera ensuite en 2012 au titre d’arbitre assistante à la CAF, ou elle évoluera jusqu’à devenir l’arbitre centrale d’un match international pour le Championnat d’Afrique féminin 2014, entre la Zambie et la Tanzanie.

Dans un article de France 24, la jeune femme confie :

« C’est grâce à la façon dont j’ai géré ce match que j’ai prouvé ma capacité à diriger des rencontres à n’importe quel niveau sur le continent. Ce fut une expérience passionnante. Depuis ce jour, on m’a fait confiance pour officier d’innombrables matches internationaux en Afrique et au-delà » 

Suite à ce match, elle continue sa progression jusqu’à devenir arbitre centrale à la coupe féminine organisée en 2019 en France.

Ceci est une avancée historique, tant à l’échelle africaine qu’à l’échelle mondiale. En effet, les autres compétitions mondiales de football ne comptaient encore aucunes  femmes arbitres jusqu’à très récemment. Aujourd’hui,  la Brésilienne Edina Alves est devenue la première femme arbitre lors du Mondial des clubs organisé par la FIFA en février dernier. Et quelques mois plutôt, la Française Stéphanie Frappart a arbitré la rencontre de la prestigieuse ligue des champions.

 

Fabiola Mizero Ngirabatware

Fabiola Mizero Ngirabatware

Désireuse de voir un monde marqué par plus d'alliances et de justice réparatrice, je facilite des conversations complexes qui aspirent à créer des changements systémiques. En tant que Consultante en développement organisationnelle, je soutiens mes clients à transformer leurs pratiques organisationnelles et leur modèle de gouvernance pour les rendre plus réflexives, durables et inclusifs. Formée en médiation et résolution de conflit, j’explore l'impact des relations de pouvoir et de privilège au sein des organisations à but non-lucratifs et des institutions publiques. Passionnée d'écriture, mes écrits explorent la résilience et la résistance qui co-existent avec les enjeux de classe, genre et de racisme.

Laissez un commentaire