L’interview engagé de Natenin Coulibaly, la secrétaire Générale de MTN Côte d’Ivoire

//

Femme à suivre

Natenin Coulibaly est la secrétaire Générale de MTN Côte d’Ivoire et Secrétaire exécutive de la Fondation MTN. Elle est un exemple de réussite, et incarne une femme leader qui a tracé son chemin avec détermination et courage. À travers la Fondation MTN CI, elle milite en faveur de la femme et de la jeune femme dans la société ivoirienne. Découvrons son parcours, ses astuces Mode/Beauté et ses avis sur la condition de la femme en Côte d’Ivoire. Rencontre avec cette figure féminine qui nous inspire.

ELLE CI. Qui est Natenin Coulibaly ? 

Je suis juriste de formation, épouse et mère de 3 enfants. Je me définis comme une personne persévérante, lucide et très attentionnée. J’aime passer du temps avec mes proches et leur faire plaisir. Je me passionne également pour tous les sujets qui concernent aussi bien le leadership féminin que les droits de la femme.

 

ELLE CI. Racontez-nous un peu votre parcours scolaire et professionnel.

 Je suis titulaire d’un DESS en droit des affaires et d’un certificat d’administrateur de sociétés obtenu à Science po Paris en 2019.  J’ai commencé ma carrière dans l’audit et le conseil. J’y ai travaillé 11 ans dont 6 en tant que manager légal dans l’un des plus grands cabinets internationaux de la place. En 2013, j’ai intégré un groupe financier (Banque et Assurance) où j’ai occupé pendant un peu plus de 6 ans, le poste de Directrice Juridique Groupe. Depuis février 2020, j’occupe les fonctions de secrétaire générale de MTN Côte d’Ivoire, je suis chargée des affaires juridiques et réglementaires, de la communication interne et institutionnelle et des activités de la fondation. Je suis également médiateur professionnel et administrateur, membre des comités de gouvernance et des risques dans une banque de la place.

Et puis en tant que femme engagée et de convictions, j’ai décidé en 2017 de fonder l’association Girls Hope pour aider les jeunes filles défavorisées à retrouver le chemin de l’école. Il était vraiment important pour moi de consacrer encore plus de temps à cette cause qui me touche particulièrement. Nos jeunes ont besoin de nous!

ELLE CI. Quel a été votre plus grand succès ? Votre plus grand échec ? 

Le succès pour moi c’est avoir une vie que j’apprécie en ayant du temps pour les miens. Mon plus grand succès c’est l’harmonie, l’équilibre que j’arrive à trouver entre mes différentes activités professionnelles et ma vie de famille. 

Winston Churchill a dit « le succès n’est pas final et l’échec pas fatal ; c’est le courage de continuer qui compte ». J’adhère complètement à cette pensée.

L’échec est le fondement de la réussite ; Je perçois l’échec comme un essai, comme une expérience certes difficile, parfois même douloureuse mais qui mène vers la victoire. Il faut au départ une bonne dose de courage et de persévérance pour ne jamais abandonner. 

Mon plus gros échec pendant longtemps a été la perception que j’avais de la vie, des personnes. Et l’expérience que j’en ai tirée m’a appris à être lucide et à renforcer ma capacité de jugement et d’adaptation.

 

ELLE CI. Pourquoi le projet STEM GIRLZ ?

Le projet STEM GIRLZ c’est l’initiation des jeunes filles dans les quatre disciplines constituant l’acronyme STEM, c’est-à-dire la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques.

Son objectif principal est de donner à nos jeunes filles le goût des STEM et combler les disparités que nous observons dans le milieu professionnel du fait de certains obstacles notamment socioéconomiques, culturels.

En Côte d’Ivoire, près de 80% des filles, dans les filières scientifiques, ont réussi leurs examens alors qu’elles ne représentent que 36% des filières scientifiques. Avec ces chiffres peut-on véritablement parler de parité ou d’égalité des chances d’accès à certains postes pour les femmes ? Non vraisemblablement. 

À MTN, nous pensons que la participation des jeunes filles aux STEM est un atout pour le développement de la Côte d’Ivoire et pour une société plus égalitaire. 

 En quoi consiste exactement ce projet ?.

Ce projet vise à permettre aux filles et aux jeunes femmes d’acquérir les compétences et les connaissances nécessaires pour comprendre, développer du contenu, participer et profiter pleinement des Tic et de leurs applications à travers les Sciences, la Technologie, l’Ingénierie et les Mathématiques.

250 élèves des lycées moderne d’Attécoubé, du lycée Mamie Fêtai de Bingerville, du Collège moderne de Songon et du Groupe Scolaire les Pingouins d’Abobo ont reçu une formation accélérée avec 10% de théorie et 90% de pratique au coding,  à l’électromécanique, à la science – chimie, l’ingénierie, l’informatique, le leadership et l’affirmation de soi.

Cette année, nous nous sommes fait accompagner par deux ONG expérimentées dans le domaine des STEMs en Côte d’Ivoire.

 

 ELLE CI. Nous sommes toujours (et malheureusement) témoins de nombreux stéréotypes et normes sociales liés au genre qui subsistent dans les disciplines de la Science, de la Technologie, de l’Ingénierie et des Mathématiques (STEM), pensez-vous que ce projet propulsera l’autonomisation des jeunes filles, et ce, même en milieu rural ?

 L’autonomisation de la femme est un axe important dans la stratégie de MTN. En plus du projet STEM GIRLS, nous lançons d’autres initiatives et activités dédiées aux femmes du monde rural et un autre aux jeunes filles actives.

 Dans la continuité de notre projet STEMS Girlz, nous avons décidé, en collaboration avec nos partenaires Microsoft et l’Unesco, de former 200 femmes, particulièrement des étudiantes sur les métiers du digital, métiers d’avenir. Elles recevront une certification leur permettant une meilleure insertion dans le tissu professionnel. 

Nous avons également lancé le projet « Yello Girlz » en collaboration avec  Village SOS enfants de Côte d’ivoire dont l’objectif est de former et installer 60 jeunes filles qui auparavant étaient des portefaix dans nos marchés. Elles sont formées pendant 12 mois  aux métiers de la coiffure, la pâtisserie, la couture avec en plus une initiation à l’utilisation des outils digitaux afin d’être plus compétitives sur le marché.

Enfin, nous continuons d’encourager l’excellence à l’école et plus particulièrement les jeunes filles, à travers le prix Nelson Mandela Day, en récompensant les meilleures lycéennes et collégiennes de la Côte d’Ivoire.

Toujours sur cet axe de l’autonomisation, une autre cible pour nous, ce sont les femmes du milieu rural. En collaboration avec la FENACOVICI et L’ANADER ?  Nous avons lancé le projet TecnoAgri Women en mettant à disposition des coopératives une flotte et des offres téléphoniques adaptées à leurs besoins afin de leur permettre de communiquer à faible coût entre elles et de faciliter ainsi leurs activités quotidiennes. Aussi dans la perspective d’une meilleure prise en charge d’une meilleure productivité, nous avons décidé d’accompagner les membres de cette fédération de coopératives dans la formation, l’appui matériel et logistique.

ELLE CI. Quel est votre souhait pour les Ivoiriennes, surtout pour les plus jeunes ? 

Mon souhait pour les jeunes ivoiriennes c’est qu’elles aillent plus loin que nous leurs devancières dans la conquête des espaces qui se présenteront à elles. Je souhaite qu’elles rêvent grand et qu’elles n’abandonnent jamais. Qu’elles retiennent que le chemin de la réussite est long et qu’il faut toujours aller de l’avant. Qu’elles travaillent encore et encore car la chance aide parfois mais le travail toujours.

 

ELLE CI. Pour vous, une femme leader se doit d’être à la pointe de la mode ? 

 La pointe.. pas nécessairement. Cela dit, une femme leader doit dans son apparence être en cohérence avec le regard qu’elle souhaite renvoyer, les codes qu’elle souhaite imposer et ses goûts ; la mode étant un moyen d’affirmer, sa personnalité mais aussi de véhiculer des messages qui se veulent pour ma part conscients.

 

ELLE CI. Quelles sont, selon vous, les 03 pièces mode que toutes les femmes devraient avoir ?

 Les pièces fortes pour une femme sont son sac à main, sa paire de chaussures et son foulard. 

 

ELLE CI. Pour vous, une belle femme, c’est… ?

 C’est une femme qui a confiance en elle, agréable et qui sourit à la vie!

 

ELLE CI. Quelle est votre routine beauté matinale ? 

Pour ce qui concerne la routine beauté, je suis plutôt du soir. Je me nettoie le visage en profondeur chaque soir avec de l’eau micellaire et j’applique une crème hydratante. Cette routine est une action essentielle pour que ma peau soit en bon état et pleine de vitalité. Le matin j’ai le visage tout rayonnant et je peux sortir avec un maquillage très léger.

 

ELLE CI. Un secret de beauté reçu de votre maman que vous partageriez avec vos filles ? 

Le beurre de Karité.

 

La rédaction ELLE Côte d'Ivoire
Nous sommes des hommes et des femmes leaders, pas suiveurs, nous sommes accessibles et nous avons de l’humour….
La lectrice ELLE.ci est une femme africaine curieuse, qui a du style, de l’esprit et de la dérision. Bonne lecture!