La Cour suprême des États-Unis révoque le droit à l’avortement

La très conservatrice Cour suprême des Etats-Unis a fait un bon en arrière de près d’un demi-siècle ce vendredi 24 juin l’arrêt. En, elle revient sur la garantie du droit des Américaines à avorter.

En effet, dorénavant, chaque Etat redevient libre de les autoriser ou non.

Le Missouri est le premier État à avoir entériné l’interdiction de l’avortement, même en cas de viol ou d’inceste. Cet État du Sud des États-Unis fait partie des treize à avoir mis en place des « trigger laws », permettant une interdiction automatique. C’est aussi le cas de l’Arkansas, de l’Idaho, du Kentucky, de la Louisiane, du Mississipi, du Dakota du Nord et du Sud, de l’Oklahoma, du Tennessee, du Texas, de l’Utah et du Wyoming. Quinze autres États préparent, depuis des mois, leur arsenal juridique allant en ce sens.

Et pourtant, on se souvient de la vague de mobilisation des femmes américaines luttant pour préserver l’accès à l’IVG très récemment pour empêcher cela en manifestant ce sentiment de haute frustration.

Dorénavant, des centaines de milliers d’Américaines vont se voir interdites d’avortement, quelles que soient les conditions de leur grossesse. Ces femmes seront privées du droit qu’avaient obtenu leurs mères et leurs grands-mères à disposer librement de leur corps.

C’est une régression historique dramatique. L’ampleur des réactions à travers le monde depuis l’annonce est à la hauteur de ce scandale. Bien sûr, les femmes les plus éduquées et fortunées trouveront le moyen de partir avorter ailleurs. Mais les autres? Quid des plus jeunes, des plus fragiles, des plus précaires?

Celles qui sont agressées ? Celles qui vivent un cauchemar ?

Quel sort sera réservé à celles qui, pour des raisons sociales, économiques ou psychologiques, se sentent dans une telle situation de détresse qu’elles sont décidées à mettre fin à leur grossesse dans n’importe quelles conditions ?

Et surtout, ramenant cette nouvelle à nos portes, quelles seront les conséquences de cette décision sur notre continent ?

Car indéniablement, cette décision impactera le monde…bien au-delà des frontières des États-Unis.

 

Frédérique Leininger

Frédérique Leininger

Frédérique Leininger

Hey, c’est Frédy, ou Frédérique Leininger sous mon voile d’Animatrice TV & Radio. Ivoirienne et Française, j’embrasse ma double culture comme une richesse. Je vous accompagne à optimiser votre bien être et personal branding. Je me définie comme une Storyteller. Survivante du cancer, je prône l’urgence de lâcher prise. et d’embrasser notre féminité.

Laissez un commentaire