C’est mon histoire : son ivresse au volant a coûté la vie à nos jumeaux

#ELLEtémoigne

accident pexels pic
accident:pexels pic

Je préfère commencer mon histoire par ces doux souvenirs, ces souvenirs, qui aujourd’hui,  me maintiennent toujours en vie : la naissance de mes jumeaux. Je vous épargne l’épisode des fausses couches et de ces crises existentielles dans mon couple. Lorsque Noram et Nathan junior sont nés, j’ai immédiatement rejoint le cercle des mères qui n’arrivaient pas à décrire ne serait ce que l’infime partie de leur joie. Ma joie était grande, au point d’oublier que leur père était absent.  

Deux choses me viennent à l’esprit : soit, il était trop stressé à l’idée d’être père et a préféré rester chez nous, soit il était trop occupé à noyer ce stress dans l’alcool. 

Il est parfois difficile de définir si une personne un automobiliste a un taux d’alcoolémie trop élevé, en particulier si ce dernier refuse de se soumettre aux vérifications des forces de l’ordre ou que l’outil de mesure s’avère défaillant. Mais tout au long de notre relation, une partie de moi lui faisait confiance quand il prenait le volant. Avec du recul je regrette ce choix. Ce jour-là,  je finissais tard au boulot et je croulais sous le poids de dossiers importants à finir. J’ai appelé Nathaniel (mon ex mari) pour qu’il aille chercher les garçons à la crèche. Il était 16h. Au son de la voix de Nathan, il y a eu comme un signal d’alarme mais j’étais tellement dans un burn out et dans le déni que j’ai fait fit de mes impressions. 

J’ai donné quelques recommandations à Nathaniel avant d’être « traînée de force par mes collaborateurs ». Nathaniel avait bu toute la matinée. Comme d’habitude pour « noyer » ses anxiétés. C’était un homme assez torturé qui n’avait aucun sens des responsabilités.  Je pensais qu’il changerait avec l’arrivée des jumeaux… Il faut croire que non. Au carrefour, tout se passe en une fraction de seconde : Nathaniel , alcoolisé et lancé à vive allure, ne s’arrête pas au stop.  Et l’autre conducteur qui ne voit pas Nathan et les jumeaux arrivés. 

Le choc était si violent qu’ils sont partis tous les trois sur le coup. 

Je n’arrivais pas à croire ce que l’agent de police disait, j’étais tétanisée, les yeux se sont embués de larmes et je voyais le sourire de Noram et Nathan junior.

Depuis ce jour c’est l’enfer, car jamais je n’aurai pensé déclarer le décès de 3 êtres chers en signifiant “l’état d’ivresse du père”. Contrairement à l’alcoolémie, la conduite en état d’ébriété, et plus spécifiquement la conduite en état d’ivresse manifeste est un délit qui peut être confirmé de manière subjective par les forces de l’ordre sans qu’il soit nécessaire de procéder à une mesure précise du taux d’alcool — par analyse de sang ou autre. Les signes retenus pour pouvoir définir un état d’ivresse manifeste ne sont pas liés au degré d’alcool ni au taux légal d’alcoolémie, mais figurent dans un document officiel : 

  • attitude : énervée, agressive,
  • visage : pâle
  • regard : voilé, brillant,
  • haleine : alcoolisée,
  • élocution : pâteuse, bégayante,
  • explications : embrouillées, incohérentes,
  • équilibre : titubant.

Si vous remarquez ces signes, évitez au maximum de leur donner l’occasion de prendre le volant. Je vous partage ces choses afin que vous puissiez aviser au plus vite, avant qu’il ne soit trop tard. Pour toute information sur les mesure de sécurité routière veuillez consulter la plateforme de Safe Steps Sécurité Routière Afrique qui est un programme de Prudence Foundation en partenariat avec la Croix Rouge de Côte d’Ivoire, L’Office de Sécurité Routière.

Directrice Artistique chez Elle Cote d’Ivoire

« La créativité, ça me connait ! ». Incarnant le profil de cinéphile, photophile et littéraire, je suis une amoureuse de musique, de voyage et de cuisine. Journaliste rédactrice avant tout, je suis spontanée, créative, soucieuse du détail et multitâche. Je me perfectionne et me bonifie dans un environnement où règne l’esprit d’équipe. Silence, on tourne !