Bianca Banks: «Avec ma fille, nous encourageons celles qui se sentent intimidées ou qui ont peur de suivre leurs propres voies »

//

Femme à suivre

Actrice et ancienne star de l’émission Invite Only Cabo de Bravo, Bianca Banks a lancé son propre podcast intitulée The MND Show. Émission qui est diffusée en continu sur la célèbre radio Us,  Dash Radio. Ce podcast est animé aux côtés de sa fille, Jasmine Shannon, danseuse et chorégraphe professionnelle. Elle a plusieurs années d’expériences dans le milieu du cinéma et du divertissement. Notre experte du podcast répond ouvertement à ELLE Côte d’Ivoire en nous parlant de son passage dans l’industrie du divertissement, de la tangibilité de la télé-réalité,  et de l’importance d’avoir une plateforme qui donne la parole à des femmes de toutes les couleurs. Découvrez- la !

 

1) Qui est Bianca Banks, et quel est son parcours ?

 Je suis une femme d’affaires/philanthrope. Je dirige la société faîtière de ma famille qui abrite diverses entreprises, des installations médicales et des biens immobiliers.  Je me suis lancée aveuglément dans le divertissement. Mon ami proche Larry m’a demandé si j’envisageais de faire une émission de télé-réalité avec lui, d’où mes débuts en 2017 sur Bravo TELEVISION, “INVITE ONLY CABO”, aux côtés de mon ami Larry Sims, une célébrité.  Je me suis maintenant lancé dans divers investissements commerciaux et projets de développement et j’ai maintenant lancé ma propre émission de radio et mon propre podcast, discutant des événements actuels et comblant le fossé générationnel avec ma fille Jasmine.  Nous encourageons, je le crois, ceux qui se sentent intimidés ou qui ont peur d’exercer leur voix et leurs sentiments intérieurs. Ce métier m’a rendue responsable de ceux qui veulent être entendus et qui n’en ont pas la possibilité. En tant que femmes, nous rencontrons tant de problèmes qui sont balayés sous le tapis, et je ne suis pas un balayeur de tapis, au contraire.  Et comme on le dit, les mères ont une responsabilité envers leurs filles, surtout celles de couleur (la triple minorité).

 

2) Certains de vos sujets portent sur des questions concernant les femmes. Avez-vous eu des contacts avec des victimes de violence domestique ? Quel a été votre message à leur égard ?

Il y a tellement de femmes victimes de violence domestique et il est d’autant plus important d’en parler.  Surtout maintenant que les femmes ont tant de façons différentes de demander de l’aide. Ces femmes font preuve de courage quand elles réussissent à se confier. Quand elles arrivent enfin à sortir de la violence domestique et de la maltraitance mentale, je considère que c’est une grande victoire pour moi.  De victime elles passent à survivante !

 

3) Jasmine est à la fois votre fille et votre collaboratrice. Comment cette fusion s’est-elle produite ? 

Nous avons toujours partagé une relation si intime. Quand Jasmine était plus jeune, nous parlions et parlions, de tout et de rien. Les gens disaient souvent que votre fille et vous aviez une grande conversation, même quand elle était petite.  Notre énergie est vraiment prononcée. Quand j’ai su que je voulais faire un podcast, je me suis dit que notre plateforme serait géniale juste à cause de la connexion que nous partageons.

4) Le terme “femme de couleur” a longtemps été prononcé dans le langage et attribué aux femmes noires. Peut-on parler de racisme ? 

Le racisme est un comportement acquis. Personne ne naît en détestant un individu ou en discriminant un individu.  En tant que mère, j’ai exposé mes enfants à une variété de cultures, de religions, d’ethnies, etc. parce que ces différences doivent être célébrées. Un changement de cette condition, n’est laissé qu’à ceux qui portent la responsabilité d’enseigner par l’exemple. Nous vivons dans une guerre raciale qui doit être arrêtée. 

 

5) Selon vous, qu’est-ce qui devrait inspirer les femmes ?

La vie, l’inconnu, et tout ce qui concourt à réalisation de son propre potentiel.

6) L’année dernière (2019), le Ghana a lancé le programme de l’année du retour pour donner aux Afro- Américains la possibilité de rentrer chez eux. Si vous deviez retourner en Afrique, où traceriez-vous vos origines ?

 Je ne sais pas vraiment car ne les connais pas. J’ai été adoptée et j’espère de tout coeur pouvoir un jour explorer mes origines. Je pense que c’est essentiel, non seulement pour moi mais aussi pour mes enfants.

 

7) Héritage et transmission, que cela vous-évoque-t-il ?  

Reconnaissance et conscience. Ces termes m’emmènent à être reconnaissante envers ces grandes femmes qui nous ont précédés. Mais également sur la question d’héritage ou l’empreinte que nous même devons laisser pour ces générations à venir. 

 

8)        Pour une femme expérimentée dans le domaine du divertissement, pensez-vous qu’il existe une grande diversité raciale ? Dites-nous en plus.

 Non, je pense que certains changements récents dans l’industrie et les positions en matière d’égalité de race sont ou ont été influencés par le mouvement « Black Lives Matter ». Même si, globalement, il y a eu beaucoup de progrès, il devrait y en avoir plus.

 

9)   Quelles sont les femmes qui vous inspirent ?

Celle qui m’a toujours inspirée c’est la juriste Ruth Bader Ginsburg. Ensuite vient Oprah ! Elle est comme ma drogue (au sens figuré bien sûr, rire !) A cette liste s’ajoute Michelle Obama, car j’aime la façon dont elle inspire et est accessible aux jeunes. Enfin nous avons Beyoncé, c’est une bête ! Son éthique du travail est formidable, elle produit toujours de nouveaux projets, elle construit un héritage mais en même temps elle met l’accent sur la famille. 

 

Directrice Artistique chez Elle Cote d’Ivoire

« La créativité, ça me connait ! ». Incarnant le profil de cinéphile, photophile et littéraire, je suis une amoureuse de musique, de voyage et de cuisine. Journaliste rédactrice avant tout, je suis spontanée, créative, soucieuse du détail et multitâche. Je me perfectionne et me bonifie dans un environnement où règne l’esprit d’équipe. Silence, on tourne !