Accusée de racisme, Doja Cat s’exprime

La rappeuse d’origine Sud Africaine de 24 ans, a publié une communiqué dimanche après que d’anciennes vidéos aient refait surface. Dans ces vidéos, on la découvre dans des chat rooms, tenant des propos racistes. Et si ça ne pouvait être que ça… Son titre à connotation raciste : «Dindu nuffin», est une expression totalement péjorative envers les personnes noires. Plus récemment encore, dans une vidéo postée par la rappeuse sur son compte TikTok, elle prononce «Beyonkey». Les internautes pensent que c’est une contraction entre Beyoncé et monkey, qui signifie singe en français. 

 

 

“Je veux parler de ce qui se passe sur Twitter”, a écrit Doja Cat (née Amalaratna Zandile Dlamini) sur son Instagram. “Je suis dans des chats de discussions publics pour socialiser depuis que je suis ado. Je n’aurais pas dû être sur certains de ces sites de discussion, mais je n’ai jamais été impliquée dans des conversations racistes. Je suis désolée pour tous ceux que j’ai offensés”.

Elle a poursuivi : “Je suis une femme noire. La moitié de ma famille est noire d’Afrique du Sud et je suis très fière d’où je viens”.

Bien que Doja Cat ait nié avoir pris part à des conversations racistes en ligne, elle a néanmoins avoué avoir enregistré   une chanson dont le titre est un terme péjoratif utilisé pour se moquer des victimes de la brutalité policière.

“Quant à la vieille chanson qui a refait surface, elle n’était en aucun cas liée à autre chose que mon expérience personnelle”, a-t-elle écrit dans sa déclaration. “Elle a été écrite en réponse aux personnes qui utilisaient souvent ce terme pour me blesser. J’ai tenté d’en inverser le sens, mais j’ai reconnu que c’était une mauvaise décision d’utiliser ce terme dans ma musique”.

Doja Cat a ajouté qu’elle comprend maintenant “son influence et son impact” et a juré de prendre ses futures actions “très au sérieux”.

“Je vous aime tous et je suis désolée de vous avoir contrariés ou blessés”, a-t-elle écrit. “Ce n’est pas mon caractère, et je suis déterminée à le montrer à tous ceux qui vont de l’avant”. Merci”.

 

Rédacteur Mode et People ELLE Côte d'Ivoire
J'aime le papier glacé des magazines de mode, la Diversité avec un grand D, le Made in Africa et le partage Mode et People au sein du Digital. J’entretiens depuis peu un rapport particulier avec les vêtements de designers africains. S’il vous plaît, ne me parlez pas de jogging pants.