L’interview de Ghost, photographe portraitiste

/

Dans l’ombre, il opère la magie

Il est rare de voir une personne évoluant dans un univers où les projecteurs sont braqués sur elle, se faufiler derrière l’objectif. La relation entre modèle et photographe est bien une essence, et elle se veut primordiale pour un résultat parfait. Mais quand le modèle se transforme en photographe, la donne change totalement. Bien qu’il veuille opérer dans l’ombre, son art et son talent le précèdent indéniablement. Quand il braque l’objectif sur vous, s’en suit une succession de clichés révélateurs de votre identité, votre authenticité. Il s’accapare l’émotion pour faire sensation. Nous le savons portraitiste, mais la rédaction tente de le convertir en photographe de mode, pour le bonheur de nos prochaines Covers. Cette semaine, le photographe portraitiste ivoirien Wilfried Sant’Anna répond à nos questions. Découvrez son alter ego, The Ghost.

1)      Qui se cache derrière THE GHOST ?

The Ghost se nomme à l’état Civil Sant’Anna Wilfried. Il a 32 ans et exerce le métier de la photographie. Je me suis fait connaître en tant que Top Model Ivoirien, j’ai effectué plein de défilés, j’ai été égérie de plusieurs marques et j’ai participé à plusieurs campagnes publicitaires.

2)      Comment ta passion pour la photographie est-elle née ?

Alors que je me préparais pour la fin de ma carrière de modèle, je faisais moi-même des autoportraits et de la street photographie. J’étais toujours heureux de voir que j’arrivais à capturer des émotions, peu importe l’objet de mes clichés. C’est ainsi que s’est développé cet intérêt particulier pour la photographie. J’ai donc épousé ce noble métier.

3)       Pourquoi t’être dirigé vers la photo portrait ?

La photographie portraitiste, pour moi, permet de mettre l’accent sur les émotions. Et les émotions pour moi sont hyper importantes. A travers celles-ci, je libère amplement ma créativité et je m’exprime mieux.

4)      Où puises-tu ton inspiration?

Mon inspiration provient de la vie…de ma vie. Elle vient de tout ce qui m’entoure, de ma mère, ma famille.

5)      As-tu des références ? Si oui lesquelles

Pour parler de références, je dirais Steve Mccurry, Annie Leibovitz, Patrick Demarchelier, Joana Choumali. Aujourd’hui j’en pince beaucoup pour le travail d’Aïda Muluneh.

6)      Un intérêt pour la photographie de mode?

Je fais de la Photographie de portrait, mais cela ne m’empêche pas d’attaquer d’autres fronts. Je ne m’impose aucune limite. Je peux me permettre de faire même de la photographie animalière. Et donc, oui je suis aussi intéressé par la photographie de mode et j’y travaille !

7)      Comment fais-tu connaître ton art ?

Je fais connaître mon art de par les réseaux sociaux évidemment. C’est grâce aux Réseaux Sociaux aussi que je suis là où je suis. J’ai un site internet en construction qui sera très bientôt disponible. Instagram Facebook et Twitter sont mes canaux favoris.

Directrice Artistique chez Elle Cote d’Ivoire

« La créativité, ça me connait ! ». Incarnant le profil de cinéphile, photophile et littéraire, je suis une amoureuse de musique, de voyage et de cuisine. Journaliste rédactrice avant tout, je suis spontanée, créative, soucieuse du détail et multitâche. Je me perfectionne et me bonifie dans un environnement où règne l’esprit d’équipe. Silence, on tourne !