Jems Koko Bi expose le “patrimoine” ivoirien à la Galerie Cécile Fakhoury Abidjan

Jems Koko Bi

Le célèbre artiste sculpteur ivoirien, Jems Koko Bi, expose une nouvelle série d’œuvres d’art à la Galerie Cécile Fakhoury d’Abidjan jusqu’au 05 juin 2021. Une exposition qui porte l’empreinte de la culture contemporaine de la Côte d’Ivoire. Chaque œuvre révélant le riche patrimoine ivoirien.

Jems Koko Bi, l’artiste connu pour ses sculptures énigmatiques s’est imposé assez brillamment sur le marché de l’art en Afrique et au-delà. Son art s’est développé dans les années 90 séduisant les collectionneurs d’art contemporain et les amateurs de culture africaine. La plupart de ces œuvres raconte une histoire particulière situant son contexte dans l’évolution de la nature et aussi de la race humaine.

La Galerie Cécile Fakhoury d’Abidjan reçoit le sculpteur ivoirien basé en Allemagne pour une énième exposition qui durera près de 3 mois. L’exposition a débuté le 13 mars dernier par une journée porte ouverte de la galerie. Cette date du 13 mars a été choisie en hommage aux victimes de l’attaque terroriste de Grand-Bassam qui a eu lieu le 13 mars 2016. C’est une date en accord avec l’esprit de cette nouvelle exposition de Jems Koko Bi intitulée “Patrimoine“. L’artiste décide de mettre en avant l’évolution de l’homme et de son environnement immédiat ainsi que la notion d’héritage et de transmission.

Hommage aux victimes de l'attentat de Grand-Bassam
Sculpture en hommage aux victimes de l’attentat de Grand-Bassam

Il expose ainsi le patrimoine des valeurs et de la culture ivoirienne, cherchant à comprendre le fondement des identités collectives. Selon lui, le patrimoine met en exergue un monde différent, révèle une certaine approche des choses, des êtres et des cultures. En outre, Patrimoine représente un ensemble de mémoires issues de l’histoire de la Cote d’Ivoire. Chaque représentation est une pure caractérisation des émotions laissées dans le temps. Elle dévoile des histoires récentes vécues en Côte d’Ivoire (comme le démontre la sculpture d’Arafat DJ) mais aussi met en avant l’importance de la préservation du patrimoine immatériel; c’est-à-dire la valorisation des esprits, plus particulièrement celui de la forêt avec qui l’artiste entretient une relation assez particulière.

Pour Jems, la nature et l’humain sont indissociables, que ce dernier ne peut être considéré en dehors de son environnement, dont la préservation est par conséquent vitale. C’est là aussi une forme de transmission du patrimoine environnemental qui connaît, depuis des années, une dégradation grandissante. L’artiste souhaite ainsi œuvrer à une prise de conscience de l’importance de la nature. Il confiait, lors de sa rencontre avec la presse le 16 mars 2021 à la Galerie Cécile Fakhoury, qu’il utilise certes du bois pour ses œuvres mais ce sont des bois morts qu’il ramasse aux pieds des arbres.

Poursuivant sa quête de pérennisation du patrimoine, Jems Koko Bi a sorti du placard un vieux projet : la gravure. Débuté en 1995 puis arrêté par la suite, l’artiste s’est remis à l’œuvre il y a 1 an, ajouté à sa série de sculpture des gravures sur toile de ses œuvres.

La gravure traditionnelle sur bois requiert une véritable concentration, de la patience, de répétition des gestes, de silence, de minutie mais aussi de beaucoup de rigueur. Retrouver la beauté du bois sculpté sur une toile ou sur du papier peut s’avérer complexe. Plusieurs outils entrent en ligne de compte quant à la réalisation de gravures : ciseaux à bois, rouleaux, peinture, marteaux, dos de la cuillère,… des éléments communs qui gravent la beauté de l’œuvre sur un fond moins rigide. L’on peut alors apprécier la coloration.

Jems Koko Bi à la Galerie Cécile Fakhoury
Jems Koko Bi face et Cécile Fakhoury pendant le point presse du 16 mars 2021 à la Galerie Cécile Fakhoury d’Abidjan.

Avec Patrimoine, Jems Koko Bi nous fait cogiter et découvrir l’étendu de son art et de son talent qui ne cesse, jour après jour, de séduire les fins connaisseurs d’arts. Il nous fait voyager à travers l’histoire que portent les humains mais également la nature. Sa sagesse se transfère dans ses œuvres qui parlent plus fort que des mots. A travers cette exposition, l’artiste nous invite à faire une rétrospection afin de mieux comprendre la valeur de notre patrimoine matériel et immatériel en plus de la préserver.

PATRIMOINE de Jems Koko Bi, c’est à découvrir à la Galerie Cécile Fakhoury Abidjan jusqu’au 5 juin 2021. La Galerie est ouverte du mardi au samedi de 10h à 19h.

Rédacteur Culture ELLE Côte d'Ivoire
Blogueur et amoureux du 7ème art, je suis une personne atypique qui aime voir le monde en couleur...une âme d'artiste dont tous les domaines de l'art me fascine. Je vous fais découvrir mes coups-de-cœur, les actualités culturelles et cinématographiques mais également de la beauté et de la bonté et c'est ce qui rend extraordinaire votre passage sur elle.ci.