8 artistes ivoiriens à suivre sur Instagram

Pour les amateurs d'arts

La Côte d’Ivoire regorge de talents et cela ne semble pas être une nouveauté. Dans des secteurs extrêmement divers, les Ivoiriens excellent et revendiquent avec fierté leur authenticité, notamment par le biais des nouvelles plateformes numériques. Dans le domaine artistique, une nouvelle fois, de nombreux artistes se démarquent par leur technique, leur interprétation et leur expression de la société environnante. Pour les aficionados d’œuvres d’art, voici 8 artistes à suivre sur Instagram.

  • @Peintre Obou

Avec près de 12 000 abonnés sur Instagram, « Peintre Obou » est définitivement l’un des peintres à suivre sur Instagram. Artiste plasticien de 29 ans, Gbai Obou Yves -de son vrai nom- se donne pour intention artistique de dépeindre sa vision de la condition humaine à travers ses œuvres. En résulte ainsi une succession de visages et d’yeux qui ne se déchiffrent pas sans y laisser une part de soi. Précurseur du « Braid Art », l’artiste s’amuse résolument avec les valeurs de l’esthétique en faisant s’empiler et s’embraser les corps dans un univers coloré, intemporel, auquel on pourrait même entendre des notes de musique. Les masques Dan, dont l’artiste tire son inspiration par le biais de ses origines, donnent une importance au visage ovale, au front saillant et aux lèvres rhombiques.

Un véritable plaisir pour les yeux.

  • @Jeeday

« À la base, je suis juriste de formation, mais j’ai décidé de consacrer mon temps à la peinture et aux portraits», souffle timidement Jean Daniel N’Guessan, dessinateur portraitiste.

Véritable autodidacte, Jee-Day de son nom d’artiste, invite ses quelques 13K d’abonnés, à suivre son coup de crayon depuis 2012. Il dessine des portraits en noir et blanc de personnalités publiques en passant du chanteur Marcel du groupe « 2boyz » à l’Américain Zayn Malik. C’est depuis tout petit que le jeune dessinateur nourrit ce goût pour le dessin, en lisant des bandes dessinées. Aujourd’hui, il se focalise sur les visages en tentant de transmettre leurs émotions : « Les visages expriment quelque chose de puissant, des émotions fortes.

“ C’est pourquoi j’aime en dessiner. Je trouve que l’on peut y lire beaucoup”  confie Jee-Day.

  • @Bamouin Sinzé

De l’abstraction, de la fumée et un air de profonde mélancolie : l’art de Bamouin Sinzé est profondément déroutant et éveille la curiosité de tout aficionado de peinture. L’artiste ivoirien diplômé de l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (INSAAC) d’Abidjan, ne manque pas de nous montrer l’étendue de son univers.

On y découvre un monde intime, perdu entre le rêve et la réalité, où l’artiste crée des ombres qui, comme des esprits, tentent de communiquer avec le monde physique. Bougies à la main et toiles renversées au plafond, son compte Instagram nous permet de suivre sa technique atypique, et de comprendre que l’artiste ne semble pas combattre ses démons, il vit avec eux et leur donne de sa lumière.

  • @Carl-Edouard Keïta

Tout droit issu de la New York Academy of Arts, Carl Edouard Keïta semble tirer un grand plaisir à jouer avec les lignes, les courbes, et les multiples références traditionnelles et contemporaines auxquelles ses œuvres peuvent nous renvoyer. Ses peintures -dont on décèle entre autres l’influence du mouvement cubiste, nous saisissent et nous permettent de les appréhender de plusieurs angles successifs fusionnés, et ce, en une seule image.

L’artiste explique pour la galerie Cécile Fakhoury que ses œuvres sont pour lui de « véritables révélations esthétiques ».

  • @mounou.desire

Si vous êtes de la génération des années 80-90, vous devez surement connaitre les téléphones T9. Mais si, vous savez… il s’agit des téléphones dont la manipulation s’avère quelquefois complexe. Si vous ne vous en rappelez pas bien, l’artiste ivoirien Mounou Désiré Koffi fait resurgir vos souvenirs en réalisant des tableaux à partir de restes de ces téléphones mobiles abandonnés. Originaire de Buyo, l’artiste de 26 ans utilise cette méthode afin d’alerter la société sur sa consommation excessive, et sur l’impact que cela pourrait avoir sur la planète.

  • @Pascalkonan

Belle découverte. Pascal Konan est professeur de peintures aux Beaux-Arts d’Abidjan, et excelle dans l’art figuratif. Sa page Instagram, permet de retrouver son interprétation figurée de la vie quotidienne africaine. Il y dépeint des foules, la vie urbaine, mais aussi les Hommes, qui semblent se loger dans un univers emprunté à une autre dimension. En termes de technique, Pascal Konan utilise la peinture à l’eau, à l’huile mais aussi le grattage, ce qui donne une forme d’expansion aux personnages qu’il peint. Ses réseaux sociaux permettent de le voir à l’œuvre, en pleine création, ou dans diverses rencontres et expositions où l’artiste va puiser son inspiration.

  • @Atelierlamblin

Incroyable de voir ce que l’on pourrait faire avec du carton et du papier. Hans Lamblin, lui, semble le connaître à la perfection. En 2013, le jeune ivoirien formé aux métiers de la communication découvre le « Paper Art ». Cette technique anglaise qui utilise du papier et du carton comme principal support artistique pour la création d’objets, fascine alors l’artiste, passionné de design ainsi que d’arts visuels et manuels.

Cinq années plus tard, celui-ci décide de créer l’Atelier Lamblin, dans le but de faire rayonner l’art manuel et le « Paper Art » en Côte d’Ivoire et en Afrique noire francophone. Sa page Instagram donne lieu à diverses expériences colorées qui témoignent de la précision et de la minutie de son travail.

  • @ulrikabe_mrcafe

Ulrik Abé est un peintre et graphiste ivoirien « pur jus » comme on pourrait le dire. Diplômé de l’école des Beaux-Arts d’Abidjan, le jeune originaire de la ville d’Afféry, se démarque par l’utilisation du café, du cacao et du latex afin de rendre son art vivant. Celui-ci se fait ainsi ambassadeur de l’or brun, qui représente par ailleurs, toujours aujourd’hui près de 10% du PIB du pays et 40% de ses recettes d’exportations. Ulrik utilise ainsi les couleurs extraites de la poudre de cacao ou de café afin de donner naissance à ses différentes œuvres, qui apparaissent comme des tourbillons de son for intérieur. 

Rédactrice Société et Culture ELLE Côte d'ivoire
Curieuse et férue de tout ce qui nous entoure, je prends plaisir à m'intéresser à tous les sujets touchant aux femmes et tendent à rendre leur quotidien meilleur. J'aime mettre mon humble plume au service de la transmission significative et positive. J'adore chercher des méthodes qui améliorent notre vie personnelle, professionnelle, voir même spirituelle. Enfin, je suis également une vraie passionnée de littérature, de musique et d'histoire. Bonne lecture