6 symboles culturels africains aux multiples vertus

//

Découvrez ces symboles qui ont traversé le temps...sous bien des aspects

Il y a autour de nous…mais aussi ceux de nos parents, grand-parents, ou encore des « guerisseurs/guerisseuses » des symboles du quotidien. Ces 6 symboles pourront, qui sait, changer votre quotidien voir même le regard que vous porterez sur eux…

Zoom sur ces 6 secrets de notre beau quotidien :

  1. Le kaolin

Le Kaolin ou encore argile blanche : Une roche argileuse qui provient de la désintégration de pierres sédimentaires (dépôt naturel comme le vent, dépôt marin etc…).

Il est connu pour être :

  • Un secret de beauté: En cosmétique, le kaolin est bon pour les peaux sensibles, sèches ou irritées. Purifiant, il gomme les impuretés de la peau et la reminéralise. Il traite également les cheveux secs et le cuir chevelu. C’est un puissant rénovateur cellulaire.
  • Régénératrice: Cicatrisant car grâce à l’alumine, il traite les bleus, les coups ou encore les bosses
  • Vertus médicinales : Il soulage les articulations, le rhumatisme, le mal de dos et détend intensément.

On peut la consommer à dose unique car elle calme les douleurs d’estomac (les soucis intestinaux et gastriques).

==> A éviter en consommation régulière.

  1. Les cauris

Le cauris est un joli coquillage blanc…que nous portons fièrement comme un héritage.

  • D’abord une devise: En effet, c’était la devise la plus répandue au monde notamment en n Afrique de l’Ouest. Il était facile à manipuler et transporter grâce à sa légèreté. Non-périssable, elle était pratique pour les paiements et identifiable car difficile à contrefaire. Ce coquillage pouvait être entassé dans des paniers et pesé pour déterminer sa valeur. La venue des Français a tout changé car ils ont mis en place un nouveau système de taxation sur leur colonie. Les cauris ont participé à la résistance des Africains de l’Ouest. En 1907, les africains n’acceptaient toujours pas de laisser les cauris. On assistait à la dépréciation de la monnaie française.
  • Symbole de fertilité : La forme élégante du cauris représente la femme, son dos courbé rappelant le ventre d’une femme enceinte. La fente sur le dessous du coquillage peut ressembler à une pupille noire contre la surface nacrée, c’est pourquoi il est souvent utilisé pour protéger contre le mauvais œil lorsqu’on est enceinte.
  • Spiritualité: Les cauris sont vus comme des porte-bonheur (grigris). En Afrique de l’Ouest et au-delà on les utilise comme outils de divination. Le voyant jette les cauris sur une surface circulaire pour interpréter leurs positions pour prédire l’avenir. Le nombre de coquillages utilisés dépend de chaque diseur de bonne aventure et de la tradition à laquelle il appartient. Les Yorubas, par exemple, utilisent seize cauris dans leur divination pour demander conseil aux esprits. Certains les utilisent en tandem avec d’autres outils comme des noix de kola.

 

  1. Les feuilles d’Amangninrin

C’est en réalité du basilic. Il a de nombreuses vertus/fonctions.

  • Vertus médicinales : Remède contre le rhume et la migraine…on peut le prendre en infusion ou en pressant les feuilles pour y mettre le jus dans les narines. On lui reconnaît des vertus sédatives qui le font donc recommander contre l’insomnie et l’anxiété ainsi qu’en cas de vertiges. C’est aussi un bon anti-inflammatoire, il est sudorifique et facilite la digestion.
  • Sexualité: Antibiotique naturel permettant de raffermir et de rétrécir le vagin. On peut en boire la décoction (faire bouillir l’eau+ la plante)
  • Grossesse: prévenir des nausées et vomissements

 

  1. Le beurre de karité

Il pousse à l’état sauvage en Afrique dans une zone parfois dénommée « la ceinture du Karité » (Soudan, Sénégal, Guinée, Mali, Côte d’Ivoire, Nigeria, Burkina Faso, Togo, Bénin, Ghana, Ouganda… Le beurre de karité du Burkina étant très célèbre pour sa qualité d’exception. L’arbre commence à produire au bout de 15 ans pour atteindre sa pleine production vers 30 ans.. il peut vivre jusqu’à 300 ans ! Les fruits comportent une pulpe comestible et une amande qui contient environ 50% de matière grasse. Le beurre de Karité est extrait de l’Amande.

  • Cosmétique corps: C’est le secret de beauté des femmes africaines. On s’en sert dès le plus jeune âge pour hydrater et protéger la peau. Il évite le dessèchement cutané, protège du soleil, soigne les petits problèmes de peau, atténue les vergetures… la liste est longue ! C’est le roi de l’hydratation sur toutes les parties du corps. Il convient à toute la famille. Riche en vitamines A, D, E et F, il hydrate, assouplit et adoucit la peau.
  • Cosmétique cheveux : est également l’allié de nos cheveux.
  • Grossesse et Sexualité: Durant la grossesse, il survient le beurre de karité peut s’utiliser en prévention. En plus, ce composant naturel permettra à la peau d’être bien hydratée. Parfait également pour la poitrine durant l’allaitement. Et peau de bébé. Traditionnellement, le beurre de karité est constitué en petites boulettes et utilisé en suppositoires vaginaux. Cela permet effectivement de désinfecter la paroi vaginale, mais est beaucoup plus utile pour soigner les femmes souffrant de sécheresse vaginale.

 

  1. Le soumara

Le soumara (ou moutarde africaine) est un condiment utilisé en Afrique de l’Ouest, connue pour son odeur forte. Il est fabriqué traditionnellement avec les graines de l’arbre néré… un arbre bien connu de la savane en Afrique de l’Ouest

  • Cuisine: Réhausse le goût de nos repas. Vous piller les grains pour obtenir une poudre
  • Beauté: Les feuilles en bain de vapeur
  • Vertus médicinales : Il est conseillé aux personnes ayant une tension artérielle élevée et il booste énormément le système immunitaire.

En cas de piqûre de scorpion ou d’abeille, certains groupes ethniques appliquent des cataplasmes de soumara sur les parties concernées

 

  1. Le henné

Le henné est un colorant d’origine végétale obtenu à partir des feuilles séchées d’une plante odoriférante (Lawsonia inermis, appartenant à la famille des Lythraceae), principalement  issue du sous-continent indien et d’Afrique du Nord. Il est utilisé depuis des milliers d’années pour la coloration des cheveux et la peinture corporelle. La molécule extraite des feuilles est commercialisée sous forme de poudre à préparer en pâte.

 

Cliquer ici pour retrouver l’intégralité du sujet dans la chronique CULTUR’ELLE sur Life Week-end.

Directrice Éditoriale ELLE Côte d'Ivoire
En vrai couteau suisse créatif, je déborde de passion et d’énergie. Coach, Speaker et Artiste, j’œuvre pour mon sujet favori : LA FEMME
#cancersurvivor , je suis une résiliente amoureuse des mots...ceux que l’on écrit mais aussi ceux que l’on chuchote.
J’ai l’honneur d’avoir la responsabilité éditoriale et créative au côté d'une équipe créative, accessible, pas suiveuse et qui ont de l’humour….
Méfiez vous de mon air à la fois espiègle et sérieux, je suis un pitre!