Reed Davis et Aize Paul Muhammad, ces créatifs qui veulent valoriser la mode Africaine

Leur rencontre solaire s’est faite lors de la Fashion Week de Lagos en 2019, tout est parti d’un cliché. Reed, photographe américain et âme curieuse a capturé une image saisissante de  Aize Muhammad Paul styliste lagosien, alors affairé à trouver une place pour assister aux défilés. Ils se retrouveront sur Instagram plus tard, après la folie des shows puis ne se quitteront plus… 

Reed Davis et Aize Paul Muhammad, mais qui sont-ils ? 

Reed et Aize, c’est la rencontre de deux continents, deux talents qui s’unissent pour accomplir de grandes choses…

Reed Davis commence sa carrière en tant qu’assistant de studio, avant de devenir directeur de Victoria Pearson Photography, à Los Angeles, en Californie.  Peu après, il décide par souci de liberté de se lancer en tant qu’artiste photographe… 

Depuis, Il a photographié de nombreux mannequins et célébrités tels que Naomi Campbell, Uma Thurman, Matt Damon et collaboré pour d’innombrables marques, produits et média  de mode telles que Pottery Barn et Martha Stewart, Clinique, Bloomingdales, Neiman Marcus, GQ et Marie Claire.  Au fil des ans, Reed a voyagé à travers l’Afrique, capturant son essence et ses habitants, racontant des histoires célébrant l’héritage africain, culturel et humain.

Lire aussi >>> Mé-Wé présente son “Héritage”

Aize Muhammed Paul Esq. est un artiste nigérian au parcours tout aussi impressionnant, Juriste, il a travaillé dans la mode pendant près d’une décennie, avant de se lancer dans la photographie. Ses collaborations avec  3 paradis, Triple R by Roberto Cavalli, Taibo Barca, David Tlale ont démontré ses talents en tant que styliste. On note aussi son rôle de directeur lors de la fameuse Arise Fashion Week en 2019.

En Novembre 2020, il présentait sa toute  première exposition photographique solo intitulée “Frozen Choices, Sacred Space” (Aze ne mwen Ode Oguna Nohuaen) à la 1952 Moneda Gallery de Lagos, au Nigeria.

A la faveur d’un voyage au Kenya, ils décident de se lancer dans un projet ambitieux :  voyager à travers l’Afrique, rencontrer des créatifs, photographier les  marques locales et créer la magie.  Pour ce projet,les rôles sont partagés, Reed  assure entièrement la production photographique, quant à Aize, il porte la lourde casquette de directeur artistique et de mannequin. 

Muyishime a été la première marque qu’ils ont le privilège de photographier lors de leur voyage “Les images que nous avons vues nous ont donné envie d’en faire plus. Depuis, nous avons photographié plus de quatre marques locales kenyanes.” confient-ils.

Muyishime est une marque qui remodèle les constructions et les limites de la société autour du soi et de l’expression du soi. Cette collection suscite toute une gamme d’émotions, en particulier chez ceux qui ont été mis au ban de la société parce qu’ils sont différents, et qui ont donc du mal à exprimer qui ils sont. 

Cette ligne qui fait une part belle à la durabilité fabriquée à la main, représente une armure protectrice toute noire, avec des explosions de couleurs sous les couvertures, exposées par des ouvertures zippées. La collection a été inspirée par le fait que certaines personnes doivent cacher leurs vraies couleurs pour s’intégrer dans la société, d’où les couvertures noires et les couleurs en dessous. 

Muyishime est une marque de luxe durable basée à Nairobi et fortement ancrée dans notre époque contemporaine. En se concentrant sur des designs sculptés et adaptés, innovants, androgynes et fluides, qui ignorent les séparations autour du genre ; en circulant entre le féminin et le masculin, une unité et une fusion ; un recalibrage très nécessaire de la société, qui s’attaque également à la crise de confiance en soi, à travers des vêtements adaptables et ajustables. 

 

Découvrez l’intégralité de cette collaboration dans notre galerie photo 

 

Rédacteur Mode et People ELLE Côte d'Ivoire
J'aime le papier glacé des magazines de mode, la Diversité avec un grand D, le Made in Africa et le partage Mode et People au sein du Digital. J’entretiens depuis peu un rapport particulier avec les vêtements de designers africains. S’il vous plaît, ne me parlez pas de jogging pants.