L’interview mode : Dafa Traoré, fashionnista et beautista

Entretien avec la magnifique influenceuse Dafa Traoré, son rapport avec la mode, son approche du style et ses designers africains chéris… 

Qui est Dafa ?

Je suis Dafa TRAORE, parisienne d’adoption, je suis une influenceuse lifestyle, je partage avec ma communauté  depuis 2017 différents sujets qui me passionnent : mode, beauté, voyages, actualités et faits-divers.

Issue de la diversité, du Mali pour être précise, je suis très attachée à mes origines, j’y retourne d’ailleurs chaque année. Au départ mon compte instagram était confidentiel ce qui explique mon pseudo “Poplyve”. L’objectif était de dissimuler ma véritable identité pour me protéger. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, je l’assume pleinement. D’autant plus que les réseaux sociaux me permettent de vivre des expériences incroyables.

 

Quelles sont vos influences en termes de style ?

Je trouve beaucoup d’inspiration sur les réseaux sociaux, les magazines, dans la rue, les séries télé … L’inspiration est finalement partout ! je suis très flexible. Surtout que je n’ai pas vraiment de style à part entière, je peux passer d’un extrême à un autre en fonction de mes envies.

 

Que représente la mode pour vous ?

Qu’on aime ou qu’on aime pas, la mode est le miroir de la société, d’une époque ou encore d’une culture. Cela englobe les vêtements mais d’autres univers comme la musique, la déco, l’art … A mon sens, c’est un bon moyen d’expression de notre créativité et/ou originalité même si en fin de compte les tendances se font et se défont. La mode finalement c’est un éternel recommencement.

 

Votre dernier achat de designer africain ?

Tout récemment, j’étais en Côte d’ivoire, le styliste PELEBE m’a créé une robe pour les fêtes de fin d’année. Je suis fan, c’est une pièce unique qu’il a fait rien que pour moi en s’inspirant de mon univers. Je l’ai d’ailleurs posté sur mon compte instagram.

 

Quelles sont vos marques black  owned préférées ?

Je ne connais pas beaucoup, à vrai dire, je suis encore novice en la matière.

Mais ce sont des valeurs sûres ! J’aime beaucoup TONGORO, c’est une marque sénégalaise. UCHAWI que je considère comme une marque intemporelle. Et aussi, DEBORAH L.BRAND, elle fait des blazers magnifiques.

Pour vous qu’est ce qui caractérise le look des femmes africaines?

La liberté ! Les femmes africaines savent s’habiller et je dis ça en toute objectivité.

Elles ne placent aucune barrière, aucune limite bien au contraire ! Elles s’affirment à travers leurs looks et savent s’accepter telles qu’elles sont stylistiquement parlant. C’est toute une philosophie.

 

Comment faites-vous pour être aussi élégante et belle ?

Merci du compliment, c’est très gentil. Honnêtement, je ne sais pas trop comment répondre à cette question. Je soigne mon allure c’est sûre, je suis une africaine. (Rire). Être élégante n’est pas qu’un souci d’apparence, c’est aussi une façon d’être. J’aime à penser que je soigne aussi cette partie-là.

Ou avez-vous l’habitude de shopper vos looks ?

Je shoppe un peu partout mais je suis surtout une adepte du shopping en ligne.

Je trouve cela plus simple et plus rapide. En ce moment, j’essaye de ralentir la fast fashion pour des pièces plus éthiques et durables. Je travaille également avec des bureaux de presse qui m’aident à affiner mes looks. J’apprécie tout particulièrement le bureau Parole Paris qui met en avant et accompagne des designers notamment africains.

Quelle époque de la mode est votre préférée ?

Je dirai les années 90. Je n’ai pas beaucoup de recul mais il me semble que ce sont les premières à mêler mode et pop culture. Les années 90, sont la décennie des sitcoms, des supermodels comme Naomi Campbell, des couleurs et des imprimés originaux.En termes de mode, je considère cette époque comme pétillante.

Rédacteur Mode et People ELLE Côte d'Ivoire
J'aime le papier glacé des magazines de mode, la Diversité avec un grand D, le Made in Africa et le partage Mode et People au sein du Digital. J’entretiens depuis peu un rapport particulier avec les vêtements de designers africains. S’il vous plaît, ne me parlez pas de jogging pants.