Lena Toya : “Le plus difficile, c’est d’élever aussi bien mon entreprise que mes enfants”

/

Une femme à suivre

Que d’émotions respirent à travers les vêtements de Lena Toya. Par des couleurs qu’elle veut pétillantes et authentiques, la trentenaire d’origine de la RD Congo se meut à travers ses expériences de vie afin de nourrir son processus créatif et illumine les personnalités qui décident de se fier à ses matières souples. De Booba, à Estelle Yoka, en passant par Wil Aime, Serge Ibaka ou Cardi B, tout le monde se prête au jeu des matières souples de la créatrice qu’elles puissent être en soie, en viscose ou en coton. Cependant, derrière tout ce potentiel, se cache une femme, une mère, et une cheffe d’entreprise apprenant à trouver l’équilibre entre ses multiples casquettes. Entretien. 

 

Comment a commencé l’aventure de la marque Lena Toya ? 

J’ai commencé Lena Toya en devenant maman. Je lançais un concept photo “mère-enfant”, et je voulais casser le code habituel de la combinaison t-shirt et jean. J’avais envie d’habiller les mères avec des tenues qui faisaient un peu plus soirées, et y accorder leurs enfants aussi. J’avais envie d’habiller les mères avec des tenues qui faisaient un peu plus soirées, et y accorder leurs enfants aussi. Je faisais des robes que l’on appelle non-finie, à une seule couture. Cela donnait un aspect un peu plus grandiose. 

À ma plus grande surprise, des mamans ont apprécié les robes et ont voulu les commander. J’ai donc acheté une machine et ai commencé à coudre. Ensuite, je me suis mise sur YouTube et j’ai commencé à apprendre en autodidacte. J’ai eu des ratés, mais je ne lâchais rien. Avec persévérance, mes coutures devenaient plus droites, et grâce aux réseaux sociaux, je commençais à avoir des commandes. 

 

En tant que femme, entrepreneure et mère quels sont les défis que vous avez à relever au quotidien ? 

Je pense aussi que tout cela se mélange. Je suis femme, avant d’être mère et cheffe d’entreprise, donc ma vie personelle n’est pas simple. J’essaie d’être organisée en essayant de tenir un agenda constant, car je ne veux pas que mes enfants ressentent le manque de leur maman et je ne veux pas délaisser mon entreprise que je gère seule. Le plus difficile, c’est d’élever aussi bien mon entreprise que mes enfants. 

 Vous avez eu de nombreuses collaborations avec de nombreux artistes et sportifs français, comment pouvez-vous expliquer cette notoriété ? 

J’essaie de rester constante, et essaye de conserver un bon sens relationnel, et une bonne sociabilité et je pense que cela est une de mes forces. Aujourd’hui, je réalise que du haut de mes 36 ans, j’ai pu remplir un petit carnet d’adresses. De plus, mon entourage me pousse vers le haut et me soutient. Sans oublier le bouche-à-oreille qui aide beaucoup !

 

Quelles ont été vos influences dans ce domaine ?

Ma principale influence, je dirais que c’est Rihanna. Je trouve qu’elle arrive facilement à s’adapter, et tout ce qu’elle touche, elle arrive à le remanier à sa sauce. Je la suis depuis le début. On part d’une jeune fille innocente, qui va finir par s’affirmer. Elle n’ a pas peur d’être pétillante, et d’essayer. Elle m’inspire beaucoup et je trouve qu’elle a une très belle simplicité. Un de mes rêves, c’est de pouvoir l’habiller. De plus, je peux dire que mon inspiration est quotidienne : j’aime apprendre, me nourrir des autres. Regarder un film, aller au restaurant, tout peut m’inspirer d’un élément à l’autre. Mon expérience de la vie m’apporte mon inspiration quotidienne. 

Un de mes rêves, c’est de pouvoir l’habiller.

 

Que faites-vous au quotidien afin de vous donner plus de confiance en vous?

Je ne pourrais pas dire que j’ai à 100 % confiance en moi, même si en apparence, je me présente comme une femme qui sait ce qu’elle veut et qui se bat pour ses envies, ses rêves, et ce qu’elle veut. Mais je suis humaine, et des fois, je doute. Cependant, lorsque cela m’arrive, je regarde d’où je viens et le parcours que j’ai eu et à ce moment, je me dis “Non, hors de question! Tu as vécu pire ma belle. 

 Que faites-vous au quotidien afin de vous donner plus de confiance en vous ? 

Mes enfants m’aident aussi par leur bienveillance et leur amour. Je ne perds pas le regard sur mes objectifs que sur les obstacles que je considère comme inexistants. 

 

Quelle est votre routine beauté quotidienne ? 

J’étais quelqu’un de très garçon manqué auparavant. Ce n’est qu’en entrant dans le milieu de la mode que j’ai eu envie de m’adapter. Aujourd’hui, j’ai mon petit train-train, le matin, je nettoie ma peau et je me démaquille le soir! C’est très important. 

 

Comment percevez-vous le fait de gérer une entreprise par vos propres moyens ?

Gérer mon entreprise par mes propres moyens est un cadeau : je fais ce que j’aime. Je n’ai pas de pression, j’y vais à mon rythme. Chaque chose est millimétrée. Je le prends comme ça : on perd ses cheveux, mais on en gagne le sourire ! 

Rédactrice Société et Culture ELLE Côte d'ivoire
Curieuse et férue de tout ce qui nous entoure, je prends plaisir à m'intéresser à tous les sujets touchant aux femmes et tendent à rendre leur quotidien meilleur. J'aime mettre mon humble plume au service de la transmission significative et positive. J'adore chercher des méthodes qui améliorent notre vie personnelle, professionnelle, voir même spirituelle. Enfin, je suis également une vraie passionnée de littérature, de musique et d'histoire. Bonne lecture