La chaleur d’Abidjan… Pourquoi ?

ELLE Green

Abidjan est la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Elle fait donc l’objet d’importantes  migrations de populations rurales qui viennent s’y installer du fait de son attractivité vis-à -vis  de ses opportunités sur le plan économique et social. Par conséquent, Abidjan fait face à de fortes pressions sur son développement urbain, démographique, économique et sur plein d’autres secteurs d’activités. Toutes ses populations locales ivoiriennes et voir même  internationales qui affluent et s’installent dans la capitale doivent être logées et nourries, n’est-ce pas ?

À ce titre, qui dit croissance démographique et urbaine dit impact direct et négatif sur  l’environnement au sens de la nature. Je m’explique : afin de construire les infrastructures  nécessaires qui répondent aux besoins de ses populations migrantes il faut mettre à dispositions  des terrains nus qui pourront être exploités de sorte à pouvoir construire des logements etc…

Ainsi, de nombreux espaces verts naturels ont été rasés entièrement à Abidjan au profit de cette  demande démographique et urbaine grimpante.

Mais quel est le lien de tout ceci avec la chaleur infernale à Abidjan alors ?  

Eh bien, les arbres sont des espèces de canaux qui assurent en fait le lien entre le ciel, les nuages  et le sol. Je développe : lorsqu’il pleut, l’eau de pluie tombe au sol, s’y infiltre et/ou tombe sur  les feuilles, les tiges des arbres et des plantes qui les absorbent. En absence de pluie, cette eau  infiltrée dans le sol et absorbée par les plantes, sous l’influence de la chaleur qui provient du soleil, s’évapore et remonte directement ou indirectement (via les plantes) vers le ciel pour ainsi  former des nuages.

Ces nuages seront plus tard à l’origine de pluies éventuelles sur le territoire.  En absence de ces arbres et de ces plantes sur la surface du sol, il ne peut pas y avoir de  « réceptacle naturel » qui absorbe l’eau de pluie et qui assure le transfert de cette eau vers le  ciel ! Du coup, toute présence vivante ou non sur le sol de la Terre recevra directement et avec  une très forte intensité tout l’amour et la passion des rayons que le soleil produit naturellement.  En gros, les arbres, les plantes au sol nous protègent des rayons du soleil et donc de la chaleur  en plus de nous fournir de l’oxygène, de l’humidité. Alors, couper les arbres revient à s’exposer directement et  sur le long terme à une chaleur intense comme on peut le constater à Abidjan.

@voyagerenciv

Ainsi, pour répondre aux questions énoncées précédemment, s’il fait si chaud constamment à  Abidjan c’est parce qu’il y a une présence très faible d’espaces verts, d’arbres pour réguler au  final la température, le climat de la ville. La croissance démographique et urbaine peut être  gérée en prenant en compte les espaces verts dans la mise en place d’infrastructures qui  répondent aux besoins des populations.

Alors, quand est-ce que couper les arbres en espace urbain devient pénalisé par la loi en Côte  d’Ivoire ?!

 

Je suis fascinée par la nature et ses interactions avec l'Homme et les animaux. Ce qui m'a conduit à faire des études supérieures scientifiques et politiques dans les domaines de l'eau et de l'environnement. En parallèle à cela je suis mannequin "atypique" et j'aime la mode, les cultures afro-descendantes et j'aspire à toujours mettre en exergue les liens possibles entre mode, environnement et cultures précoloniales africaines.