Nutrition : 5 choses à savoir sur l’attiéké

L'attiéké fait l'unanimité! Mais êtes-vous sûr de tout savoir sur notre précieux met? On vous dit tout, notamment sur ces bienfaits (dans une consommation raisonnable)!

1) Couscous de manioc

Dans la famille des légumes tubercules, on retrouve des aliments très utilisés en cuisine tels que l’igname, la patate douce, la pomme de terre mais également le manioc. Ce tubercule, qui fait parti de la famille des Euphorbiacées, est d’ailleurs un des aliments principaux dans de nombreux pays africains et sud-américains.

Le manioc est entièrement comestible. Il est ainsi possible de consommer ses feuilles et sa racine à la peau marron foncée et rugueuse et à la chair blanche et farineuse. Il existe de deux types de manioc : le manioc dit “amer” et le manioc doux. Le premier, appelé Manihot esculenta, est un tubercule toxique car il contient du cyanure. Pour éviter sa toxicité, il convient ainsi de le préparer minutieusement. Quant au manioc “doux”, surnommé Manihot opi, il n’est pas toxique. Ses feuilles et ses racines peuvent ainsi être consommées telles quelles.

Le goût du manioc est relativement neutre, une fois cuit. Il est ainsi facile de l’incorporer aux préparations.

L’Attiéké est bel et bien de la semoule de manioc. Notre chers « Garba », très apprécié, est donc bien un mets traditionnel qui s’apparente d’ailleurs fortement au couscous.

Obtenu à partir du manioc qui est fermenté dans l’eau pendant des jours, séché au soleil, broyé, essoré, séché et vanné puis mis à cuire à la vapeur.

2) Un atout dans votre nutrition

L’ attiéké est riche en potassium, en magnésium, en calcium, en vitamine C et B, en fer et est pauvre en gluten. Les fibres et l’amidon présents dans le manioc sont bénéfiques pour le système digestif et en font un bon allié pour les personnes souffrant d’ulcère, de brûlures d’estomac ou encore d’inflammation du côlon.

L’attiéké est composé en moyenne de 94% de glucides, de 6% de gras et de 0% de protéines. Sa valeur nutritive est de 350 Kcal pour 100 grammes.

 

3) Un allié pour le transit intestinal

L’attiéké a une forte teneur en amidon et en fibres, ce qui le rend facile à digérer. En outre, il favorise le transit intestinal et permet de soulager les problèmes d’estomac et les irritations du côlon mais également de lutter contre la constipation et la diarrhée.

Autre vertu : Il est rassasiant. Une fois consommé, l’amidon gagne en volume dans l’estomac, ce qui favorise la sensation de satiété.

Enfin, il garde aussi un secret de beauté car le manioc permet également d’avoir une belle peau. En plus d’être riche en vitamines B, ses feuilles possèdent une action antibactérienne. Le manioc est également recommandé aux personnes diabétiques car il a un faible indice glycémique. Sa forte teneur en fibres permet de ralentir la vitesse d’absorption du sucre dans le sang.

 

4) S’autoriser le meilleur

Ce plat, que l’on retrouve au menu de toutes les grandes occasions festives et dans les cérémonies importantes, est présent dans tous les grands restaurants et maquis de la Côte d’Ivoire. En effet, fait par les femmes en général, à partir du manioc, une plante cultivée en grande quantité dans le pays, il est accessible à toutes les bourses. Comble de bonheur, il y a plusieurs variétés d’Attiéké. Le plus prisé est sans aucun doute « l’Abodjaman », qui se reconnaît à ses grains plus gros et moins homogènes.

Riche en glucides, l’Attiéké possède une faible teneur en protéines et en lipides; il est également faible en vitamines B1. Il est donc conseillé pour une bonne alimentation. Autrement dit, il est à consommer sans modération. De plus, c’est un plat qui s’accompagne avec tout : l’œuf, le poisson, la viande (poulet, porc, boeuf…), la sardine, les sauces, etc.

N’oubliez pas de le manger à la main pour toujours optimiser sa saveur et vous faire voyager sans tabou!

5) Il voyage et porte notre culture

L’Attiéké est demandé dans toute l’Afrique, en Europe et en Amérique, de plus en plus.

Il est offert en format déshydraté au Canada, à Montréal, en particulier, dans les magasins africains, asiatiques ou autres. Toutefois, son prix est plus élevé qu’en Côte d’Ivoire.

Il fait partie intégrante de notre identité et diffuse positivement un savoir-faire dans notre économie.

Achetez le chez nous et contribuez à booster ces femmes artisans qui transmettent ce savoir comme un héritage.

Directrice Éditoriale ELLE Côte d'Ivoire
Inconditionnelle optimiste, Artiste & Ambassadrice de l’Empowerment de la femme, je suis une Slasheuse aguerrie.
#cancersurvivor , je suis une résiliente amoureuse des mots...ceux que l’on écrit mais aussi ceux que l’on chuchote aux creux de votre âme.
J’ai l’honneur d’avoir la responsabilité éditoriale et créative au côté d'une équipe créative, accessible, pas suiveuse et qui ont de l’humour…. Méfiez vous de mon air à la fois espiègle et sérieux, je suis un pitre!