L’interview de Laure Lukiesa, la nouvelle égérie capillaire de Garnier

/

D’origine congolaise, Laure Lukiesa est comédienne, mannequin mais également l’un des visages de la marque GARINER.  Notre nouvelle femme à suivre cette semaine nous raconte son expérience entant qu’égérie et évoque ses coups de cœur beauté du moment.  Celle-ci nous donne également son avis sur la question des femmes noires comme nouveau standard beauté des géants de la cosmétique. Bienvenu dans l’univers de Laure.

1)      Qui est Laure Lukiesa, et quel est son parcours ?

Laure Lukiesa, est une femme française d’origine Congolaise de la RDC, vivant à Paris. Je suis issue d’une fratrie de sept enfants. Mon parcours académique a été orienté vers la mode, la beauté et le luxe. En effet, j’ai un BTS mode, un Master en marketing du Luxe, obtenus à Paris au sein de la Business School ESG. Parallèlement à cela, j’ai entamé une carrière de mannequin : shooting pour diverses marques beauté et mode, égérie pour une salle sport parisienne (ayant un positionnement luxe). En plus de mes études et ma carrière dans le mannequinat, j’ai développé en collaboration avec ma mère une marque de vêtements luxe, Mamansongo Paris. Nous créons des collections pour femmes, robes de soirées très travaillées.  Pour résumer, je suis créatrice de mode et mannequin : j’ai, comme on le dit, réalisé mon rêve d’enfant.

2)      Raconte-nous ton aventure avec Garnier

Elle est juste incroyable ! J’ai été repérée sur les réseaux sociaux il y a quelques mois, le jour de mon anniversaire plus exactement. Autant vous dire que c’est l’un de mes meilleurs cadeaux d’anniversaire.  Tout s’est passé assez rapidement et sûrement je dirais

3)      Qu’est-ce que ça fait d’être l’égérie capillaire de Garnier ?

J’en suis fière, très fière. Cela fait de moi la première égérie afro-française d’origine  congolaise : c’est une fierté. De plus, c’est l’accomplissement de plusieurs années de travail.

4)      Qu’est-ce que la marque représente pour toi ?

Elle représente une grande partie de ma routine capillaire depuis quelques années maintenant. J’ai commencé la coloration de mes cheveux il y’a 9 ans, au départ avec une coupe courte comme Amber Rose : elle était splendide. Je me souviens l’avoir vu en 2010 lors de la fashion week parisienne, accompagnée de Kanye West, habillée en Louis Vuitton et sa coupe blonde. Je me suis dit pourquoi ne pas faire la même coiffure ? C’est à partir de ce moment que j’ai commencée à utiliser les produits GARNIER (shampooing, coloration)

 

5)      « Héritage et beauté »… que cela t’évoque-t-il ?

En tant que femme Afro, mon héritage beauté est lié à ma belle peau noire #melaningirl & mes beaux cheveux crépus. Je fais tout le nécessaire pour les entretenir.

6)      Quel est ton secret de beauté ?

Je n’ai pas vraiment de secret beauté… Je ne dors jamais avec mon maquillage, j’aime laisser ma peau respirer. Ah oui : j’ai toujours mon rouge à lèvres rouge dans mon sac. C’est surement ça, mon secret beauté 

7)      Quel est ta routine capillaire ?

Au niveau de ma coloration j’utilise Olia de GARNIER la teinte 9.0, environ tous les 2 à 3 mois. Shampooing et soin démêlant Fructis Goji color resist (produits pour les cheveux colorés). Et pour hydrater mes cheveux, la pommade Sulfur 8, que j’utilise depuis mon enfance : la base de ma routine capillaire J

8)      Ton top  5 des produits capillaires africains ?

L’oléine de Karité naturelle MISS ANTILLES – Pommade SULFUR 8 – L’huile CAPIRELAX – Masque ACTIFORCE ACTIVILONG – Masque Repulpant et Régénérant Amla Oil DARK AND LOVELY AMLA LEGEND.

9)      Que retrouve-t-on dans ta trousse de beauté ?

Dans ma trousse de beauté, que j’emporte tout le temps, vous y trouverez : un mascara noir Bad Gal de Benefit, un rouge à lèvres rouge de Mac Ruby Woo matte, mon blender rose et bien sur mon  highlighter en stick Bobbi Brown. C’est en gros, la base de ma routine beauté.

10)  Les géants de la cosmétique ciblent de plus en plus les femmes noires ou métisses. Est-ce le début d’une nouvelle ère des standards beautés ?

Je l’espère et j’en suis convaincu. Nous sommes en 2020, une nouvelle décennie ou les  choses changent, avancent et pour la plupart dans le bon sens. Quand j’étais petite, fin des années 90 – début des années 2000,  la seule image de la femme noire, dans l’industrie de la mode, que nous avions à la télé (la plus connue) était Naomi Campbell, notamment grâce à son clip avec Michael Jackson. Aujourd’hui nous avons Adut Akech, Lupita Nyong’o ou encore Adwoa Aboah. Dans un tout autre registre, et très important, Michelle Obama qui a aujourd’hui une grande influence. La petite fille noire d’aujourd’hui a un ensemble de femmes intelligentes, fortes et belles auxquelles elle peut s’identifier. Et lorsque je rencontre des petites  filles  dans la rue qui me disent : « Maman, c’est la jolie dame noire comme nous qui passe à la télé ! » J’en suis tellement émue et fière. Je suis très heureuse de pouvoir contribuer à cette nouvelle ère des standards beautés. 

Directrice Artistique chez Elle Cote d’Ivoire

« La créativité, ça me connait ! ». Incarnant le profil de cinéphile, photophile et littéraire, je suis une amoureuse de musique, de voyage et de cuisine. Journaliste rédactrice avant tout, je suis spontanée, créative, soucieuse du détail et multitâche. Je me perfectionne et me bonifie dans un environnement où règne l’esprit d’équipe. Silence, on tourne !