Interview beauté avec Florence Nanga, l’éminent docteur du cheveu

/

Femme à suivre

Toute perte de cheveux peut être effrayante et angoissante à souhait. Mais s’il y a bien une experte qui arrive à combattre en profondeur ce mal, c’est bel et bien Florence Nanga, l’éminent trichologue, que nous surnommons affectueusement le docteur du cheveu. Prendre soin des cheveux malades fait partie de ses batailles quotidiennes. Elle est la directrice et fondatrice du centre Florence, santé du cheveu situé à Abidjan. Bien que sa brillante carrière et sa passion pour les cheveux soient des points catalyseurs de notre curiosité, la rédaction a trouvé judicieux que ce soit son tour de passer au scanner! C’est donc parti pour lui servir une interview 100% beauté qui révélera ses routines et secrets bien être. 

1) A quelle heure vous vous levez du lit ?

Je me lève du lit à partir de 4h du matin pour ma communion quotidienne avec Dieu. (La prière est ma force) ensuite je me recouche vers 5h pour me lever à 6h parce que les enfants doivent s’apprêter pour prendre le car de l’école.

2) Votre premier geste au réveil ?

Je dis bonjour à mon époux, je m’assure qu’il a passé une agréable nuit, je vais voir les enfants, je m’assure que tout va bien ensuite petite gym et je pars sous la douche.

3) Quels produits de beauté ne quittent jamais votre salle de bain ?

Mes lotions, savon et crème du visage, mon gel douche pour le corps, crème pour mes cheveux.  

4) Quelle est votre routine beauté matinale ? Les étapes ?

Je me nettoie le visage avec une lotion avant de prendre ma douche, j’applique une crème lift jour pour le visage, j’applique une petite crème sur les bras et les pieds je ne suis pas une grande fan de la pommade sur tout le corps je n’y arrive pas, je me maquille et ensuite j’accorde du temps à mes cheveux.

5) Quels produits de beauté embarquez-vous dans votre sac pour une longue journée ?

J’ajouterais en plus des produits des accessoires de beauté alors en premier, mon Parfum, mon peigne, ma trousse de maquillage.

6) Comment entretenez-vous vos cheveux ?

Routine capillaire appropriée à mon type de cheveux, tous les 15 jours, j’alterne entre masque hydratants (le masque ramollissant à la kératine), nutrition intense (masque santé) à base de plantes, protection de la fibre capillaire anti-chute le (lait de rose) ; et au quotidien la pommade (beurre de cacao) et tous les 2 jours sur le cuir chevelu (le spécial cuir chevelu) pour booster mes racines tous ces produits de notre marque Nama-Gny.

7) Le métier de Trichologiste ne résulte-t-il pas d’une mauvaise expérience capillaire ? Si oui laquelle ? Dites-nous-en plus. 

Non, j’ai d’abord choisi ce métier parce que j’ai une passion pour les cheveux. Et quelques années en arrière j’étais Directrice à l’Oréal division des produits professionnels à Abidjan où j’ai eu l’opportunité de travailler avec plus de 200 salons de coiffures classés tops, et voyant les dégâts parfois qui étaient fait, ça affiné ma vision et j’ai su qu’il fallait embrasser ce métier que j’adore pour aider toutes les femmes et hommes à prendre soins de leurs cheveux.

8) Pour vous, une belle femme c’est… ?

Pour moi une belle femme c’est d’abord la beauté intérieure, mais c’est la femme qui sait prendre soin de son corps sans trop d’artifices c’est-à-dire (sans trop vous choquer) ; sans perruques, sans faux cils surtout qu’elle puisse mettre en valeur ses cheveux naturels ou défrisés.

9) Ce parfum que vous porterez toute votre vie ?

Cerutti 1881 femme en eau de parfum, mais depuis que la vie est belle de Lancôme est sortie en eau de parfum j’alterne entre ces deux fragrances.

10) Un secret de beauté reçu de votre maman que vous partageriez avec vos filles ?  

Oups ! Malheureusement je n’ai que des garçons ! Mais ma mère me disait toujours qu’une femme doit toujours avoir des cheveux propres et bien coiffés aujourd’hui elle n’est plus. ..…..et si elle était là je suis sûr qu’elle serait fière de ce que je suis devenue.

 

En Bonus : 

11) L’un de vos plus gros challenges en 2021 ? 

Alors mon plus gros challenge en 2021 c’est de pouvoir ouvrir plusieurs autres centres dans le but de pouvoir venir en aide au maximum de personnes souffrants d’anomalies capillaires.

12) Comment voyez-vous le métier de trichologiste sur le long terme ? 

C’est un nouveau métier pas très connu et dans quelques années je crois que le métier de Trichologiste  sera plus vulgarisé, et certainement possible d’être étudié en Côte d’Ivoire.

 

Directrice Artistique chez Elle Cote d’Ivoire

« La créativité, ça me connait ! ». Incarnant le profil de cinéphile, photophile et littéraire, je suis une amoureuse de musique, de voyage et de cuisine. Journaliste rédactrice avant tout, je suis spontanée, créative, soucieuse du détail et multitâche. Je me perfectionne et me bonifie dans un environnement où règne l’esprit d’équipe. Silence, on tourne !