Angel TUSHIR

Ma table de fête à Abidjan

Je ne sais pas si vous vous reconnaîtrez dans ce que je vais vous confier, mais je n’écoute jamais autant les vieux

Ôde au Naturel.

Dans ces temps où la morosité gagne les uns, où les nouvelles internationales font pleurer les autres, soyons extrémistes dans la joie