Lieux insolites à Abidjan – Cultur’ELLE.CI

///

Aujourd’hui nous vous invitons à prendre part à une escapade abidjanaise 100% insolite. En effet, notre capital regorge de surprises.

Des lieux insolites, intimistes, créatifs à des coins de rue, totalement insoupçonnés sauront rapidement vous faire rêver ! Des moments hors du temps au cœur-même de la capitale.

Une escapade intimiste : Le Stanislas

« Une bulle confidentielle au cœur de la ville »

Le Stanislas est une maison d’Hôtes située dans la zone SUD d‘Abidjan, à 5 minutes de l’aéroport, 10 minutes du centre des affaires et en plein cœur de la vie nocturne abidjanaise. La maison d’hôtes a un charme mêlant style contemporain et vintage.

Un séjour de qualité privilégiant calme et détente.

Au hasard des heures les plus opportunes, vous apprécierez les joies de la baignade dans notre piscine ou les moments de « farniente » autour de notre pool-bar ou sur la terrasse.
Cette demeure est un ‘’bed & breakfast’’ qui possède 5 chambres luxes et modernes, avec terrasse et vue sur la piscine…

Un escape écolo : L’ile flottante

Prendre un verre sur une île créée essentiellement en bouteilles plastiques, ça vous paraît fou ? C’est possible grâce à l’ile flottante !
Elle a même été nominée aux African talent awards 2019 dans la catégorie Innovation de l’année.

Unique au monde, elle flotte sur les eaux de la lagune Ebrié et comprend un resto, une petite piscine, quelques bungalows. On doit cette réalisation bricolo-écolo-responsable à Eric Becker, qui l’a construite patiemment, à partir de déchets récupérés dans la nature. Avec les centaines de milliers de bouteilles vides qu’il continue de collecter localement, les vieilles tongs, il remplit des casiers. Puis liées les uns aux autres comme d’immenses flotteurs, ceux-ci soutiennent un espace aménagé d’un millier de mètres carrés, transformé en villégiature insolite. Il est fun et à 5 min de bateau du continent.

Une escapade fooding : Nyotaimori (ou body sushi)

Manger sur le corps d’une femme nue », ça aussi c’est possible !

Nyotaimori, qui signifie en japonais « présentation sur le corps d’une femme » est un concept inspiré de la culture japonaise dans lequel vous êtes conviés à manger sur le corps d’une femme nue.

Lorsqu’il s’agit d’un homme, ce qui est beaucoup moins fréquent, cela s’appelle le Nantaimori. Dans tous les cas, les sushis et sashimis sont disposés sur le corps de la personne, entraînée à rester immobile pendant quelques heures, fixant le plafond.

Cette pratique a fait scandale d’ailleurs dans un restaurant espagnol car il consiste à servir un repas sur le corps d’une femme nue.

Soumahoro Franco, un jeune entrepreneur ivoirien a décidé de ramener ce concept à Abidjan. Ce sont souvent pour “des groupes” ou à l’occasion de fêtes privées ou encore d’enterrements de vie de garçons. Ses demandes se déroulent dans la plus grande des discrétions en partenariat avec certains hôtels. Seulement sur invitation.

Alors on pourrait librement lever 2 points :

  • s’inquiéter des conditions d’hygiène de ce concept…d’autant plus avec la crise sanitaire covid 19. Tous affirment que le mannequin est totalement épilé et soigneusement lavé avec un savon sans parfum, avant de prendre une douche froide pour l’empêcher de transpirer.
  • s’inquiéter aussi sur l’hyper sexualisation de la femme qui se voit chosifiée encore une fois. Les féministes espagnoles y voient un « outrage à la femme ». 132 plaintes ont d’ailleurs été déposées, essentiellement par l’Observatoire de l’image de la femme ou l’Observatoire de la publicité sexiste.

Le coût pour ce concept original ? Aux USA, pour 500 dollars (405 euros, 280 000 fcfa), les amateurs de poissons et autres réjouissances peuvent déguster leur plat à même le corps d’un joli mannequin.

Une escapade verte : Le Quai 40

Né d’une envie de créer un nouveau projet avec des matériaux en fin de vie, le Quai 40 est un subtil mélange de moderne et d’ancien, de récup’ et de nouvelles technologies.

Parti de rien, le terrain était à l’origine un écrin de verdure où le temps s’était arrêté.

En choisissant des conteneurs en fin de vie, destinés à rester au port d’Abidjan, la créatrice a souhaité leur donner un nouveau départ en les transformant en chambres de standing. Le choix de chacun des procédés de transformation et de chacun des matériaux a été réfléchi et pensé pour laisser l’empreinte écologique la plus faible possible.

Nous vous invitons à partir à la découverte de ce lieu de vie avec Angel Tushir.

Vidéo réalisée par sur www.elle.ci par Déborah N’Guessan.

Directrice Éditoriale ELLE Côte d'Ivoire
En vrai couteau suisse créatif, je déborde de passion et d’énergie. Coach, Speaker et Artiste, j’œuvre pour mon sujet favori : LA FEMME
#cancersurvivor , je suis une résiliente amoureuse des mots...ceux que l’on écrit mais aussi ceux que l’on chuchote.
J’ai l’honneur d’avoir la responsabilité éditoriale et créative au côté d'une équipe créative, accessible, pas suiveuse et qui ont de l’humour….
Méfiez vous de mon air à la fois espiègle et sérieux, je suis un pitre!