Punir efficacement en fonction de l’âge

qui aime bien, châtie bien.

Punir efficacement en fonction de l’âge
Écrit par ELLE.CI
Publié le 02 mars 2018 à 10h24

qui aime bien, châtie bien.

Parce qu’éduquer c’est aussi sanctionner, il est important que la punition soit juste et adaptée.

Une punition adaptée

Avant 1 an

Aucune punition. Pendant cette période, rares sont les enfants capables de malice dans leur comportement. S’ils pleurent, grognent ou autres, ce n’est certainement pas pour vous agacer mais pour exprimer un mal-être.

Entre 1 an et 3 ans

Un « non » prononcé d’une voix ferme devrait suffire à les faire reculer ou changer d’avis avant une bêtise mais prenez garde à la colère qui suivra.

Cette colère ne devrait pas se réprimer mais plutôt se calmer.  Les petites colères, qui n’ont de petit que leur nom, peuvent véritablement mettre en danger les enfants. Tout parent devrait veiller à les (en)cadrer quand elles surviennent.

A partir de 3 ans

A partir de cet âge, un enfant connait les règles et devrait être capable de s’y tenir. Face à une désobéissance, il convient de sévir en privilégiant le retrait (l’envoyer dans sa chambre ou dans un coin où il pourra réfléchir), la privation (de gouter, d’un jouet, de télé, d’argent de poche, ...), la réflexion (qui est une occasion de rappeler la règle à chaque situation)

Une punition adaptée à la faute

Ne vous laissez pas emporter par l’élan de l’instant en infligeant des punitions disproportionnées parce que vous avez le sentiment que votre autorité de parent a été bafouée. En effet, on ne punit pas de la même façon un retard, une insulte ou un mensonge.

Attention aussi à ne réprimer tous les comportements. Tout n’est pas faute : faire tomber un vase par maladresse ne devrait pas être sanctionné.

Par ailleurs, n’oubliez pas de prévenir votre enfant et d’appliquer la sanction décidée quoi qu’il arrive. Sinon vous perdrez en crédibilité.

Quid des châtiments corporels ?

Fessée, pied au mur, pompes, coups de ceinture, gifle, … Qui peut dire n’y avoir jamais eu droit ? Mais ces punitions corporelles sont le sujet d’une polémique. Des voix s’élèvent pour demander leur abandon quand d’autres continuent de dire qu’il s’agit parfois du seul moyen pour certains enfants de connaitre les limites.

Mais n’est-il pas vrai qu’ils sont humiliants et qu’ils sont souvent le signe de l’impuissance du parent à faire entendre raison à son enfant par un autre moyen ?

LIRE AUSSI >> Afficher ses enfants sur Instagram, gare aux dérives !