Famille recomposée, la recette pour réussir

Faire que ça fonctionne !

Famille recomposée, la recette pour réussir
Écrit par ELLE.CI
Publié le 31 janvier 2018 à 11h00

Faire que ça fonctionne !

En plus des défis ordinaires auxquels doivent faire face toutes les familles, les familles recomposées sont confrontées des difficultés particulières : la gestion de l’autorité, la jalousie entre nouveaux frères et sœurs, la place du nouveau conjoint, etc.

Prendre sa place de parent

Naturellement, le nouveau conjoint veut se faire accepter par les enfants de l’autre. Toutefois, il faut prendre garde à ne pas trop en faire afin de ne pas les brusquer. Vous êtes un parent et non un copain. Une idée pour apprendre à mieux les connaitre et à cultiver une relation avec ces derniers est de partager une activité commune : sortie, jeux, lecture.

Laisser sa place au nouveau conjoint, c’est aussi lui permettre de jouer pleinement son rôle de parent en assurant et rassurant la nouvelle fratrie de votre unicité et du fait que vous formez une seule autorité parentale.

Ne pas écarter l’ex

Cela semble être évident, mais il est impérieux de ne pas écarter l’autre parent qui souhaite participer à l’éducation de son enfant. En effet, le nouveau couple pourrait être tenté de lui nier sa place ou de le dévaloriser devant l’enfant. Par contre, il est inutile de faire semblant de s’aimer, les enfants s’en rendent bien compte.

L’essentiel est d’arriver à avoir des relations civilisées et cordiales avec l’ex conjoint.

Être un parent juste

Même avec les meilleures intentions du monde, il peut arriver que naturellement chaque parent privilégie son enfant et cela même sans penser à mal. D’où la nécessité de fixer des règles précises et identiques pour tous : aux même maux, les mêmes remèdes. Pas besoin d’aller jusqu’à rédiger une charte familiale à faire signer par tous, mais l’objectif est de traiter les enfants sur un pied d’égalité et d’éviter les injustices flagrantes.

Je dois dire « papa » ?

Concernant l’appellation du nouveau conjoint, les avis sont partagés. Une chose reste sûre, ne pas forcer les enfants à l’emploi de « papa » ou de « maman » surtout si ces derniers sont encore en lien avec eux. Et si vous laissiez faire les choses naturellement ?  Vous serez surpris de les voir inventer leurs propres codes.

Plus fort que tous ces principes, ne vous oubliez pas ! N’oubliez pas d’être des amis, des amants, des partenaires, de vous soutenir, de vous épauler, de vous aimer !

 

LIRE AUSSI >> Le co-parenting