Tella Kpomahou, la tête d’affiche de « Top radio »

Entretien avec l'actrice-comédienne

Tella Kpomahou, la tête d’affiche de « Top radio »

© RTI Productions

Écrit par ELLE.CI
Publié le 12 octobre 2017 à 09h58

Entretien avec l'actrice-comédienne

Elle est la voix de Bintou dans Aya de Yopougon. Vous l'avez sûrement vue dans le "Crocodile du Botswanga" et "Après L'Ocean", Tella Kpomahou est une actrice profondément passionnée par son travail. Elle travaille entre l'Afrique et l'Europe, nous raconte son rôle dans la série ivoirienne Top Radio actuellement sur la RTI et explique les difficultés du métier d'actrice-comédienne. Entretien avec Tella Kpomahou.

Bonjour Tella, vous jouez le rôle de Nénin un des personnages principaux de la série Top Radio. Nénin a pour défi de redresser la station «Top Radio» au bord de la faillite mais doit aussi faire face à l'opposition de ses dirigeants et au machisme. L'adversité à laquelle se confronte votre personnage, est-ce ce qui vous a attiré ?

C'est un personnage magnifique avec une palette de jeu immense. C'est un vrai régal et en même temps un réel défi car il faut aussi assurer, être crédible tout au long des 13 épisodes de cette première saison.

 

 

Qu'est-ce qui vous a décidé de faire partie du casting de « Top Radio » ?

C'est le rêve de presque tous les acteurs et actrices d'avoir le rôle principal dans une série... qui de surcroit se tourne dans le pays où vous avez grandi. Alors quand Alex Ogou m'a proposé le personnage de Nénin, je n'ai pas hésité une seconde. En plus c'est un récit haut en couleur et les personnages sont aussi attachants les uns que les autres.

 

Vous partagez l'affiche avec Adama Dahico qui interprète votre directeur dans Top Radio, comment votre collaboration s'est-elle passée ?

Très très bien ! Je connaissais Adama à la télé comme tout le monde. Je suis fan. Alors quand j'ai su que je lui donnerais la réplique,  j'étais plus que ravie et flattée. Nous nous sommes beaucoup amusés des rapports de force entre nos personnages.

tella-kpomahou-adama-dahico-top-radio

 

Qu'est-ce qui rapproche le quotidien de la station fictive « Top Radio » de celui d'une "vraie" radio ? 

La fiction s'inspire très souvent de la réalité. Dans "Top Radio" nous sommes au coeur des rapports humains, des conflits, des désirs et des ambitions. Tout cela peut se retrouver dans n'importe quelle entreprise, station de radio ou pas.

 

Comment vous êtes-vous préparée à jouer dans les coulisses d'une radio ?

Pas de préparation particulière. Mais j'aurais aimé avoir une petite formation auprès d'un animateur ou animatrice de radio. Peut-être pour la prochaine fois.

« La première fois que je suis montée sur scène, je me suis sentie profondément vivante. »

 

Quand et sur quelle chaîne pourrons-nous regarder «Top Radio» ?

C'est une production RTI. Elle est donc sur la chaîne nationale depuis septembre.

 

Comment avez-vous eu cette vocation pour la scène et le cinéma ? 

La vocation est née au lycée. La première fois que je suis montée sur scène (avec la Troupe théâtrale du lycée classique d'Abidjan), je me suis sentie profondément vivante.

 

 

Vous avez passé un BTS en communication puis avez travaillé dans une agence évènementielle. Qu'est-ce qui vous a vraiment fait sauter le pas vers la scène ?

Le BTS, c'était pour faire comme tout le monde. Montrer que j'étais moi aussi  capable. Cela a aussi permis de rassurer ma mère quant à mon avenir professionnel car comédien c'est pas un métier ! C'est bien connu (rires). Avant le BTS j'avais envie de faire un métier en rapport avec soit l'art, soit  la communication ou le journalisme. Cela n'a pas été possible pour des raisons diverses. Donc une fois le diplôme en poche, j'ai eu la chance de travailler avec Sakia Ambofo. Quand sa boite Domino a fermé, j'y ai vu un signe pour aller vers ma première aspiration : la comédie. Je suis donc partie en France pour devenir comédienne.

« En Europe, je n'ai pas accès à certains rôles car j'ai trop d'accent et en Afrique certains me reprochent de parler comme une blanche. »

 

Vous travaillez sur des projets de spectacles et cinématographiques en Afrique et en Europe. En tant qu'actrice, Quels sont les challenges et difficultés que vous rencontrez sur les 2 continents ?

En Europe, je n'ai pas accès à certains rôles car j'ai trop d'accent et en Afrique certains me reprochent de parler comme une blanche. Heureusement que cela ne m'empêche pas de continuer à travailler...

 

 

Avez-vous déja refusé des rôles ? Si oui, pourquoi ?

Oui, parce qu'ils ne répondaient pas à mes attentes.

 

Une rédactrice vous a reconnue pour le rôle de la nourrice dans le Crocodile du Botswanga. Vous interpelle-on parfois dans la rue ?

Oui parfois (rires) !

 

Quel est votre meilleur souvenir de tournage ?

Il y en a tellement : de manière générale c'est un plaisir de tourner. En plus quand l'ambiance est bonne sur le plateau, c'est d'autant plus agréable,  c'est du bonus. Tous les tournages sont des moments fabuleux. Cependant, je me souviens d'une soirée passée avec tous les comédiens du film "Après L'Ocean" de Eliane de Latour, tourné à Abidjan. Je revenais  pour la 1ère fois à Abidjan depuis mon installation à Paris. Et je me retrouvée dans un maquis avec Agnès Solal Frazer James, Djedje Apally...c'était magique. J'étais là dans mon Abidjan et je suis venue en tant que comédienne, j'étais payée pour être là. Grandiose ! Cela était  d'autant plus grandiose que c'était mon 1er rôle au cinéma.

 

Quelles personnalités du cinéma et du théâtre vous inspirent le plus ?

Viola Davis, Cate Blanchett, Merry Streep, Gugu M'Bata Raw, Aïssa Maïga, Naki Sy Savané, Akissi Delta, Denzel Washington, Leonardo Dicaprio,  Don Cheadle, Assane Kouyaté, Émile Abossolo M'bo !

 

Quel est votre rêve ultime en tant qu'actrice ? 

Jouer le plus longtemps possible.

 

 

On vous a vu dans le Crocodile du Botswanga, vous êtes la voix de bintou dans Aya De Yopougon,et maintenant Top Radio. Que nous réservez-vous d'autre dans les prochains mois ?

Je viens de produire, co mettre en scène et jouer à Abidjan une pièce, 4.48 Psychose de Sarah Kane. Une super belle expérience à tout niveau. J'ai travaillé avec Sow soulemayne comme co metteur en scène. Humainement et artistiquement pour moi, c'est le meilleur de sa génération actuellement à Abidjan. J'ai eu comme partenaire sur la scène Toussaint Ehoussou Kouamé, une autre valeur sure dans le milieu. Avec Sow nous avons postulé au Masa et espérons que notre dossier sera retenu. Toujours du côté théâtre ; je remonte sur scène le 18 Octobre avec la pièce "Toi et tes nuages " de Éric Westphal au théâtre Christian Ligier à Nîmes. Côté télévision, Top Radio est diffusée depuis le 10 septembre sur la RTI. Côté Cinema; on me propose un très joli rôle dans un long métrage pour fin Octobre. Une histoire qui me tient beaucoup à coeur mais je ne peux pas trop en parler pour l'instant. Bref une rentrée un peu chargée (rires) ! 

Top Radio tous les dimanches sur RTI 1 à 20h50.