Nellie Aba, le pagne is the new black

Portrait 

Nellie Aba, le pagne is the new black

© ELLE Côte d'Ivoire

Uniwax [sponsorisé]
Écrit par Uniwax [sponsorisé]
Publié le 28 septembre 2018 à 10h56

Portrait 

Ne dit-on pas qu’une femme se reconnaît au nœud de son pagne ? Fruit de la rencontre entre les continents africain et européen, le pagne wax est aujourd’hui une culture. Fort de ses valeurs, il est plus qu’un simple morceau de tissu. Nous sommes allées à la rencontre d’une de ces femmes entreprenantes du pagne.

« Rue du commerce, en face de la boutique d’assurance au plateau, chez Aba Textile. »

Derrière ces piles de pagnes colorés, se cachent des passionnés. Lors de la recherche d’un pagne, il faut prendre en compte quelques prérogatives. On recherche la qualité, ce qui bannit la contrefaçon. La devanture de Aba textile prône fièrement des affiches de la nouvelle collection Uniwax. Un symbole de qualité, qui attise la curiosité des passants mais aussi des habitués, invités à dénicher ces trésors de couleur.

Boutique de Nellie Aba, rue du commerce au Plateau | © ELLE Côte d'Ivoire

Boutique de Nellie Aba, rue du commerce au Plateau

 
Un espace confiné, laissant la place à la proximité et la convivialité dans la boutique. Nellie Aba Kwofie l’a bien compris, la clé, pour la vente de pagne, est le service accordé avec soin aux clients.

Les pagnes Uniwax exposés dans la boutique de Nellie Aba | © ELLE Côte d'Ivoire

Les pagnes Uniwax exposés dans la boutique de Nellie Aba

« Passionnée, intelligente, sage et patiente »

Nellie nous accueille dans une boutique recouverte entièrement de pagnes, donnant envie de tout voir et de tout toucher. Seulement, le choix est beaucoup trop important pour laisser les clients errer, c’est pour cela qu’elle met un point d’honneur sur l’accueil qui leur est réservé. Pour elle, « une revendeuse de pagne doit être passionnée, intelligente, sage et patiente. Même si cette profession n’est pas exclusivement féminine, il est vrai que la femme sait très bien conseiller naturellement car elle sait se mettre à la place du client. »

La radio en fond sonore, des échanges de sourires, et les questions fusent « C’est pour quel événement ? » « C’est pour vous ou pour offrir ? » « La personne est âgée ? ». « Grâce à mon expérience, j’ai su trouver les questions précises à poser afin de définir les attentes des clients. On doit tenir compte du motif et de la couleur des tissus, afin qu’une fois porté, ils jouent leur rôle d’embellisseur » nous raconte Nellie.

Une expérience avec les tissus qui remonte à quelques décennies.

En effet, Nellie Aba Kwofie est née en 1951 à Bassam. Très tôt, elle se dirige à Abidjan, pour effectuer ses années scolaires. Après quoi, elle intègre une usine de textile, confectionnant du prêt-à-porter, ce sont ses premiers pas avec les tissus.
En 1978, son train de vie s’écroule quand l’usine dépose le bilan. Elle est obligée de combiner plusieurs activités, la coiffure, la couture mais aussi la vente de pagne. Des déplacements sans cesse, fatigants, Nellie voit plus loin. Grâce aux bons conseils de son amie, qu’elle qualifie comme « sa sœur », Georgette Ayikpa, elle décide de poser ses pagnes au plateau, et ouvre sa première boutique en 1980. « C’est une grande communauté de revendeuses de pagnes qui s’est dessinée au fil du temps, on se connaît toutes, on échange des conseils pour s’entraider » confie-t-elle.

Pagnes Uniwax exposés dans la boutique de Nellie Aba | © ELLE Côte d'Ivoire

Pagnes Uniwax exposés dans la boutique de Nellie Aba

En 1984, le commerce de Nellie est à son comble, Uniwax la sollicite afin de vendre leurs produits. Celle-ci accepte sans hésiter, elle qualifie cet événement comme un de ses plus beaux souvenirs depuis qu’elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat.

Une volonté d’expansion sans failles, Aba Textile déménage et se retrouve dans le lieu très prometteur qu’est la Rue du Commerce. Non sans envergure, elle place son commerce dans l’héritage de ses filles. De mère en filles, le pagne est une affaire de famille. « Je leur ai tout appris, elles savent comment conseiller les clientes. Je leur lègue ma boutique. » Sa fille et sa nièce travaillent avec elle chaque jour, elles connaissent si bien son histoire qu’elles apportent des détails que Nellie oublie dans son récit. Une symbiose parfaite qui se reflète dans cette boutique pleine de charme. Comme une façon de vivre, elles incarnent les femmes contemporaines, participant activement à la mode africaine tout en liant l’authenticité et l’élégance.

LIRE AUSSI >> Gnamon Dorcas, une commerçante de pagne résiliente

Plus d'articles : Société