Interview Femme à Suivre : Paola Audrey nous livre ses secrets de réussite

Femme à suivre

 Interview Femme à Suivre : Paola Audrey nous livre ses secrets de réussite
Écrit par ELLE.CI
Publié le 16 juillet 2019 à 15h10

Femme à suivre

Entrepreneure, consultante et éditorialiste, cette femme créative aux multiples fonctions n’a pas fini de faire parler d’elle. La rédaction a eu le privilège de s’entretenir avec la nouvelle Responsable du marketing et des partenariats recrutée par la fondation MTV Staying Alive. 

Interview avec Paola Audrey.

1) Paola, peux-tu te présenter et parler de ton parcours ?

Je suis Paola Audrey NDengue. Pour mon parcours, je vais partir du plus récent au plus ancien. Je suis actuellement Marketing Manager pour une fondation qui s’intéresse à la santé sexuelle reproductive des jeunes de 18 à 24 ans. Et ce projet sera bientôt présenté au grand public sous forme de série télévisée. En dehors de cela, je suis fondatrice d’une agence de conseil, appelée PANNELLE & Co et qui est spécialisée dans les industries créatives et marketing. Nous exerçons dans les relations publiques et les relations presse, mais en ce moment nous sommes concentrés sur la création et la vente de contenu. Nous produisons une émission pour TV5 monde Afrique appelée African Pop qui d’ailleurs est écrite et animée par moi. En 2007, j’ai monté avec d’autres associés un média appelé FASHIZBLACK à Paris qui est axé sur la mode, beauté et lifestyle pour les personnes afro-descendantes. De blog, il est passé à un site, ensuite un magazine papier et là nous travaillons de sorte à ce qu’il soit dans le E-Commerce. En gros, je touche à tout.

2) Tu as fait pas mal de choses. Alors quelles ont été tes forces et tes faiblesses pour atteindre tous ces objectifs ?

Les deux sont étroitement liés, mais je vais commencer par les faiblesses. Ca été de n’avoir pas vraiment mesuré le temps que demandaient certains nombres de tâches. La gestion de mon temps et de mon planning posait un véritable problème, car j’avais tendance à vouloir tout gérer à la fois. Il y a eu aussi le manque d’expérience, car j’ai créé FASHIZBLACK à seulement 18 ans, du coup, je ne savais pas vraiment comment m’y prendre. Le manque de réseautage fit l’une des faiblesses les plus importantes en début de carrière, je n’avais pas de contacts ni de relations pour étendre vraiment mon produit fini.

Le fait aussi d’avoir commencé plus jeune dans ce domaine a été pour moi une grande force, car j’avais beaucoup d’énergie à revendre. Ma force, a été aussi d’avoir une vision sur le long terme ce qui m’a aidé à suivre le fil. J’ai la faculté de très vite apprendre et cela m’a été très bénéfique.

3) Par rapport à l’apprentissage, nous constatons qu’il y a la connaissance acquise à l’école et l’expérience acquise soit même. Alors quels sont, selon toi, les outils pour être mieux formé ?

Il y a diverses façons d’être bien formé. Sur la formation permanente, avant de réfléchir aux outils il y a déjà des automatismes à mettre en place. La plupart sont déjà poussés par l’école, et d’autre part soi-même. Pour ma part, j’ai eu à faire les prépas qui ont été très formatrices. Il faut aussi être curieux. Internet est un excellent outil de formation alors il faut vraiment en profiter pour chercher des formations gratuites en ligne, car il y en a toujours. N’ayez pas peur d’investir aussi, car ça en vaut vraiment la peine. Faites beaucoup de veille, trouvez-vous des mentors ou modèles qui sont pertinents dans leur domaine d’activité. Pour être bien formé, ce n’est pas vraiment compliqué, mais tout est une question de consistance et de régularité et de discipline.

4) Tout au long de ta carrière, est ce que le fait d’être une femme a été un frein pour toi ? Si oui comment as-tu surmonté cette difficulté ?

Pour ma part, être une femme ne constitue pas un frein en soit. Mais à titre personnel, je n’ai pas rencontré de réels problèmes. Il m’arrivait souvent d’être confrontée à de la misogynie, comme chez tout le monde d’ailleurs, mais ça n’a jamais été un frein pour moi. Je dois dire que je n’y accordais pas une grande importance. Au contraire, j’ai envie de dire qu’être une femme est plus un avantage qu’un inconvénient. Mais retenons que je ne me suis jamais imposé de barrière en termes de genre.

5) En ce qui concerne le réseau et le personal branding, est ce que tu as des conseils sur comment bien réseauter ?

Le réseau, c’est la clé qui ouvre plein de portes. Mais Il ne suffit pas de réseauter pour réseauter. Il faut tout d’abord se fixer des objectifs, savoir ce qu’on aimerait faire. Ensuite, il faut cibler les personnes que l’on aimerait avoir dans son réseau. Elles peuvent vous aider de plusieurs manières, soit par monitoring c’est-à-dire dans la gestion de projets, etc, ou quelqu’un qui vous accompagne plus en terme d’ouverture de portes. Ça peut être aussi quelqu’un qui vous aide financièrement tout simplement. En gros, le réseau se crée en fonction des objectifs que l’on se fixe et en fonction des besoins que l’on a.

Après les avoir ciblé, il faudra réfléchir à l'endroit où les trouver. Par exemple, aller à des événements dédiés, accéder à des clubs. N’ayez surtout pas honte d’apprendre des gens. Il faut aussi garder le contact avec ces personnes.

6) Quels sont tes projets à venir ?

Mes projets, à venir sont d’avoir un peu moins de projets ! (rire). Dans le temps, j’avais envie de tout faire. Je dois dire que cela a porté du fruit, mais là maintenant, j’essaye de ralentir un tout petit peu. D’une part pour des questions de rythme et d’autre part, pour me concentrer réellement sur ce que j’aime faire vraiment, à savoir le contenu média. Alors mon objectif en ce moment est de réduire ma liste de projets afin d’être plus productive et plus épanouie.

7) Quelle est ta définition de la réussite ?

Elle est super subjective. Toutes les femmes ont une vision différente de la réussite. Ma vision de quelqu’un qui réussit n’est pas forcément la même que celle d’une tiers personne. Pour la simple raison qu’on ne part pas toute du même point, nous n’avons pas les mêmes acquis, les mêmes avantages ou inconvénients. Le succès selon moi, c’est quand on part d’un point A à un point B, peu importe ce qu’il renferme. Du moment que l’objectif est atteint. Il y a tout un voyage à faire entre ces deux points, l’on apprend beaucoup et c’est ce qui compte vraiment. Il ne faut donc pas se concentrer uniquement sur l’objectif, mais aussi sur tout ce que l’on a acquis en cours de route.

LIRE AUSSI >> Patricia Sennequier : "Investissez dans votre développement personnel et professionnel"