Femmes en Afrique : image et réalité, et s'ils se réconciliaient ?

Entre mythes et réalités

Femmes en Afrique : image et réalité, et s'ils se réconciliaient ?

© DR

Écrit par ELLE.CI
Publié le 08 mars 2018 à 13h06

Entre mythes et réalités

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, la rédaction s'est intéressée de plus près à la dissonance entre la perception des femmes africaines - et ivoiriennes - et les réalités. Les clichés à propos des femmes africaines ont la vie dure. Pourtant, les experts s'accordent à dire que les femmes sont l'avenir de l'Afrique. Et si l'image des femmes Africaines et la réalité faisaient la paix ?

Le 8 mars est l'occasion de faire le bilan. Cet article ne prétend pas parler des femmes africaines comme un bloc uni, ni d'uniformiser les aspirations des femmes mais déconstruire certains mythes.

Mythe n°1 : les femmes africaines ne travaillent pas

Réalité : un mythe qui a souvent eu le vent en poupe. Et pourtant ! 65% des biens économiques du continent sont produits par des femmes. Les femmes en Afrique sont porteuses d'innovations économiques, sociales, financières les plus originales du continent.

Mythe n°2 : les femmes ne peuvent pas faire des "métiers d'homme"

Réalité : Pourtant perçu comme un secteur majoritairement masculin, l'agriculture est majoritairement détenue par les femmes, du moins sur le continent Africain. 70% des cultures vivrières en Afrique proviennent des femmes. Certes, il y a des secteurs où les femmes sont peu représentées et si c'est le cas, les préjugés liés aux genres y sont pour beaucoup.

LIRE AUSSI >> Droit des femmes : loi ivoirienne, mentalités, constats, état des lieux

Mythe n°3 : les femmes sont faites pour la maison

Réalité : Dans certains secteurs, comme le commerce de proximité, les femmes africaines détiennent la majeure partie de l’économie. Elles sont davantage présentes dans les conseils d'administration des grandes entreprises africaines et même plus que sur dans d'autres continents. Sur 210 sociétés africaines cotées en bourses, il ressort que 5 % de femmes sont directrices exécutives et que 15 % d’entre elles occupent des places au sein des conseils d’administration. C’est mieux qu’en Asie (4 % et 10 %) et qu’en Amérique latine (2 % et 6 %).

Mythe n°4 : les femmes africaines ne pensent qu'à se faire belle

Réalité : l'apparence et le bien-être sont des préoccupations qui concernent aussi bien les hommes que les femmes. Les femmes ont des préoccupations prioritaires et peuvent très bien allier ambition et féminité. Selon l'étude d'Ipsos African Women Survey (2017), la première préoccupation des femmes africaines est l’indépendance financière (72%), la deuxième est l’inégalité hommes/femmes (66 %) suivie de l’éducation des filles (59 %). De plus en plus, les femmes prennent le chemin de l'école et des études supérieures, des bureaux, des rangs politiques même si actuellement le rapport hommes / femmes a plus tendance à s'équilibrer dans les villes.