Femmes à suivre : Konnie Touré, la voix de la radio

La voix de la radio

Femmes à suivre : Konnie Touré, la voix de la radio

©ELLE Côte-d'Ivoire

Mouasso Angui
Écrit par Mouasso Angui
Publié le 04 mai 2017 à 08h36

La voix de la radio

Secrétaire bilingue de formation, c’est à City FM qu’elle fait ses premiers pas dans l’univers de la radio en tant qu’animatrice. Elle a bien gravi les échelons depuis, passant d’animatrice vedette du Supermorning sur Nostalgie à Directrice des programmes de Vibe Radio. La trentaine révolue, elle est sans conteste une des femmes de médias et personnalités ivoiriennes les plus influentes. Pluridimensionnelle à souhait, elle possède à elle-seule les casquettes de voix-off, maître de cérémonie, animatrice radio, présentatrice télé, entrepreneuse et directrice de programmes. C’est une infatigable, dotée d’un sens de l’humour décapant, d’une énergie contagieuse, d’un rire hilarant, d’un naturel accrocheur, d’une voix marquée, d’une présence solaire…

Elle, c’est Konnie Touré ! Et, elle s’est prêtée à notre interview le temps d’une journée en tant que rédactrice en chef de ELLE Côte d’Ivoire.

Konnie, c’est votre « vrai » prénom ou un diminutif ?

Konnie est un pseudonyme qui m’a été donné par l’ami d’une amie pendant mes années lycée. Mon vrai prénom est Koaniman. J’y tiens absolument mais j’ai beaucoup souffert du fait qu’il était constamment écorché par des gens qui avaient du mal à le prononcer. Alors quand il a fallu trouver mon nom de radio, j’ai opté pour un pseudo qui ne poserait aucun problème d’élocution.

Qui t’a donné envie de faire ou de continuer la radio ?

Mon amour pour la radio est plutôt venu de ma passion pour la musique. Personne ne m’y a poussé. Mais une fois dans le milieu, je n’ai pas eu de mal à me trouver des références telles que Claudy Siar, Yves De M’Bella, Claire Elvyre ou encore Pascale Kouamé.

Comment es-tu arrivée au métier d’animatrice ?

Pour moi, les choses se sont passées très vite. Dès le moment où j’ai commencé à m’intéresser à la radio, je me suis donnée les moyens de rentrer dans le métier en déposant mes démos un peu partout dans les radios à Abidjan. La première à m’appeler était City FM, et c’est de là que tout est parti.

Quand tu n’es pas rédactrice en chef de ELLE Côte d’Ivoire, comment se passe tes  journées ?

Mes journées sont assez chargées. Entre mes émissions sur Vibe Radio, mes obligations de Directrice des Programmes, mes émissions de télé, les sollicitations pour des pubs, voix off, tournages séries, etc., j’avoue souvent ne plus savoir où donner de la tête. Je ne m’en plains pas hein, au contraire. Je m’impose une organisation sans faille et tout roule très bien Dieu merci.

Konnie-Toure-redac-chef-elle-ci

On te retrouve à la fois à la radio et à la télé, mais quel est l’univers que tu préfères ?

Mon univers de prédilection reste incontestablement la radio parce que pour moi c’est la base professionnelle, mais je suis consciente de la puissance de la télévision et de la notoriété qu’elle apporte. Alors j’espère juste ne pas être un jour obligée de faire un choix parce qu’à ce moment-là, c’est le petit écran qui l’emporterait. Heureusement, pour l’heure, on n’en est pas là.

Si tu devais citer trois événements les plus marquants de ton parcours, tu dirais lesquels ?

Ma participation à l’émission AFRICASTAR au Gabon en 2008.

Mon voyage au Brésil pour les besoins du tournage de REVE SANS FAIM, la toute première série télé dans laquelle je jouais un important rôle.

Mon départ de Nostalgie après 14 ans pour signer chez le groupe LAGARDERE en tant que Directrice des Programme de VIBE RADIO.

Aujourd’hui, quel regard portes-tu sur ton parcours ? Satisfaite, des regrets, des choses que tu aurais faites autrement ?

Pour l’heure, tout se passe comme je l’ai toujours voulu. Les choses arrivent aux moments opportuns. Je suis consciente du long chemin qui reste à parcourir mais j’ai toujours su être patiente, alors j’attends la prochaine étape, sereine.

Quel est à ce jour ta plus belle expérience ?

Mon émission de télé ON S’ECLATE, un programme qui me ressemble, dans lequel je suis moi à 300% et qui connaît un franc succès. Vivement le retour !

« J’ai compris qu’en fin de compte, tant qu’on reste concentré sur soi, on continue d’avancer n’en déplaise à ces personnes.»

Quels ont été tes plus grands obstacles ?

Comme pour beaucoup de personnes, la convoitise des gens qui conduit inéluctablement à la jalousie. Je n’aime pas beaucoup en parler mais malheureusement, il y a des personnes qui ne voient que le résultat de tant de travail, des gens qui te prennent pour cible, qui veulent être toi, prendre ta place sans passer par tes galères, tes difficultés, ton expérience. Ça m’a dérangée un moment mais maintenant avec le recul, j’ai compris qu’en fin de compte, tant qu’on reste concentré sur soi, on continue d’avancer n’en déplaise à ces personnes. Alors, elles ne sont plus un obstacle.

Quelle est ta plus grande mésaventure dans l’exercice de ton (tes) métiers ?

Je me rappelle avoir il y a quelques années présenté un concert de Meiway. J’avais prévu pour annoncer la star un grand show avec le DJ, une espèce de jeu musical qui aurait impressionné le public si cela avait été bien fignolé. Mais ce n’était pas le cas, alors imaginez la honte mondiale ☺

Quelle est la recette parfaite pour une bonne émission radio ?

Préparer ses interventions et rester naturel.

«Une fois devant le micro ou la caméra, il y a une excitation évidente, quasi réflexe qui s’empare de moi.»

Presque 20 ans que tu es en prime-time à la radio, d’où te vient toute cette énergie ?

Je fais mon métier de rêve et de passion, je n’ai pas l’impression de travailler. La pression peut se faire sentir par moment mais une fois devant le micro ou la caméra, il y a une excitation évidente, quasi réflexe qui s’empare de moi. C’est suffisant pour me donner l’énergie dont j’ai besoin. C’est vrai ça fait des années que ça dure et la sensation est toujours la même à chaque fois.

Que nous réserve Konnie Touré pour la suite ?

Je suis sur des projets importants que je ne peux malheureusement pas dévoiler pour l’heure. Vous le saurez le moment venu. Patience !

Tu es sur plusieurs fronts, quelle est la place de l’amour dans ta vie ?

Je suis une amoureuse de la vie. Tout va bien.

En dehors des médias, dans quel domaine pourrait-on retrouver Konnie Touré ?

Je suis une enfant des médias. Je serais tentée de faire un peu de commerce un jour peut-être, dans un futur lointain qui sait. Pour l’heure c’est 100% médias et ça me plaît comme ça.

Quelle est ta plus grande source d’inspiration ?

Ma mère. Elle représente pour moi tout ce à quoi j’aspire, elle qui m’a appris l’humilité, la générosité, à n’être portée que sur l’essentiel de la vie, à cerner les gens, à apprendre à les connaître, à garder la tête sur les épaules malgré tout. C’est une vraie femme, avec de vraies valeurs. Et j’espère être sur ses traces.

Quelle serait la plus grande distinction que tu pourrais obtenir ?

La plus grande distinction pour moi reste la reconnaissance et le respect du public. En plus de cela, j’aspire à une notoriété plus importante, à l’échelle panafricaine, ensuite au-delà. De toute façon j’y travaille et je suis confiante.

Quel est ton leitmotiv ?

Patience, constance, lucidité, les pieds bien sur terre, la tête bien sur les épaules.

Quelles sont les femmes qui t’inspirent ?

Ma mère (son TOUT), Oprah Winfrey (son histoire, sa vie, son succès) et beaucoup d’autres.

Si tu devais donner un conseil à nos lectrices, lequel ce serait ?

Ayez confiance en vous, soyez conscientes de vos acquis, vos atouts, votre pouvoir. Travaillez dur, n’attendez rien de personne, foncez, vivez vos passions, donnez-vous les moyens d’atteindre vos objectifs, ne lâchez rien. Il y a une reine qui réside en chacune de vous. Laissez-la éclore.

Aux personnes qui cherchent à faire carrière dans les médias, quels conseils pourrais-tu leur donner ?

Ne venez pas à ce métier juste pour vous faire connaître, être des « STARS ». Soyez sûrs d’en être des passionnés. Et si vous travaillez dur, et si vous êtes patients, alors vous vous ferez votre place. Bonne chance !

Plus d'articles : Société