Femme à suivre : Marlène Adanlété

Marlène Adanlété Djondo, la Nana Benz 2.0

Femme à suivre : Marlène Adanlété
Écrit par ELLE.CI
Publié le 24 février 2017 à 07h00

Marlène Adanlété Djondo, la Nana Benz 2.0

Derrière la marque Wina Wax se cache sa fondatrice : Marlène Adanlété. Découvrez le parcours de cette petite-fille de Nana Benz. 

Qu’est-ce que Wina Wax ?

WINA WAX est une marque déposée de textile depuis 2013. Elle appartient à la société GLORY OF GOD, établie à Lomé (Togo) depuis 1993 et dont l’activité repose sur la vente de pagnes, l’importation et l’exportation de pagnes.

Comment a démarré l’aventure Wina Wax ?

Wina Wax a démarré en septembre 2014 par l’ouverture d’une boutique en Guinée Equatoriale, à Malabo plus exactement. La boutique de Malabo disposait d’une offre variée notamment une variété de tissus Wax, une collection prêt-à-porter renouvelée tous les 2 mois et une gamme d’accessoires. Un an plus tard, suite à un recentrage de nos activités, nous avons cessé nos activités à Malabo (Guinée équatoriale ndlr). Des mois ont passé et nous avons lancé la marque de textile Wina Wax en proposant notre collection Print. Au cours de l’année 2016, nous avons présenté différentes collections de wax de haute qualité dans la première boutique Wina Wax qui est celle de Lomé. Et en fin d’année, nous avons ouvert une deuxième boutique à Dakar (Sénégal).

Qu’est-ce qui rend Wina Wax unique ?

La créativité. Nous sommes les premiers consommateurs de nos produits et nous souhaitons que nos pagnes soient différents, innovants et inspirants.

photo 2-min

Quel a été votre parcours ?

Je suis titulaire d’une Maîtrise de Droit social à l’Université Paris XI et un Master en Management des Ressources Humaines à l’Institut Supérieur de Gestion du Personnel (ISGP)  à Paris. D’abord Chargée de Recrutement chez les Fromageries BEL (La Vache qui rit, Babybel, Kiri,…), j’ai ensuite intégré le Cabinet ANTENOR comme Chasseur de tête sur Paris pour développer mon tempérament commercial. Ce sont des expériences très enrichissantes qui ont suscité la volonté de rentrer en Afrique pour entreprendre et emprunter des sentiers inexploités encore dans l’univers du wax de haute qualité par des marques privées locales ayant une vision panafricaine et internationale.

Quelle personne vous inspire ?

Ma grand-mère, Mme Ayélé Céline SANT’ANNA, de par sa passion pour le textile et son sens des affaires. Elle faisait partie des légendaires et audacieuses Nana Benz qui ont fait la renommée du Togo dans le domaine du textile wax.

Quel conseil donneriez-vous à des femmes qui veulent également créer leur entreprise ?

Passion, foi, travail acharné et persévérance sont les maîtres mots pour mener à bien son projet.

Vos projets pour 2017 ?

Les lancements des dernières gammes de nos produits : Wax Block et l’ouverture d’une nouvelle boutique Wina Wax.

D’où vient exactement le pagne Wina Wax ?

Les motifs Wina Wax sont conçus par notre équipe de designers à Lomé et nos pagnes sont produits en Chine. Faute d’unité de production locale, nous avons opté pour l’Asie comme le font de nombreuses autres enseignes internationales.

A votre avis, pourquoi le pagne a t-il autant d’importance dans les cultures africaines ?

Le pagne est un mode d’expression au sein de la culture africaine, ainsi certains dessins ou couleurs qui apparaissent dans les motifs de pagnes véhiculent un message. Les motifs et couleurs de pagnes accompagnent les évènements de la vie (dot, mariage, naissance, décès, fêtes, uniformes…). Et chaque pays a ses spécificités au niveau des coloris des pagnes voire même parfois au niveau des motifs.

Pourquoi le pagne est-il autant plébiscité sur la scène mode internationale ?

Le pagne est un produit intemporel qui est très plébiscité aujourd’hui par les médias et les réseaux sociaux. Le grand public se l’approprie désormais car c’est un produit que l’on associe à des coupes modernes et originales.

Plus d'articles : Société