Elles l'ont fait : Massou Boua, maman et chef d'entreprise

Interview

Elles l'ont fait : Massou Boua, maman et chef d'entreprise
Écrit par ELLE.CI
Publié le 27 novembre 2018 à 18h59

Interview

Massou Boua est maman et chef d'entreprise dans la petite enfance, épouse et directrice au sein d’une banque d'affaires. Sa vie familiale n'est pas un frein à ses ambitions professionnelles, sa vie professionnelle n'entrave pas le temps précieux consacré à sa vie de famille. Elle est ce qu'on appelle dans un jargon trendy : une « mompreneuse ». Les « mompreneuses », ce sont les mamans qui créent une entreprise quand elles sont enceintes ou ont un enfant en bas âge ; Et concilient vie professionnelle et familiale. Si le nom est à la mode, ce statut a toujours existé. Dans un quotidien à mille à l'heure, comment fait-on ? Nous avons échangé avec Massou Boua pour connaître son parcours, ses secrets pour concilier ses multiples vies !

Quel est votre parcours jusqu'à la création de vos structures Joseph&Cie et Pour mon bébé ?

J'ai grandi en Côte d'Ivoire. Après mon bac en 2003, j’ai entamé mes études supérieures en France. Je suis titulaire d’un master 2 en gestion des risques. Pendant plusieurs années, j'ai travaillé à Paris en financements structurés. En 2015, j'ai décidé de rentrer à Abidjan pour des raisons personnelles.

« Quand on a une âme d'entrepreneur, Abidjan offre une belle plateforme pour faire plusieurs choses à la fois. »

Comment s'est passé votre retour à Abidjan ?

Plutôt bien ! La vie européenne a certes ses avantages mais aussi ses inconvénients surtout quand on a une famille. L'avantage de rentrer à Abidjan, c'est qu'on peut créer en tant qu'entrepreneur. Quand on a une âme d'entrepreneur, Abidjan offre une belle plateforme pour faire plusieurs choses à la fois.

Pourquoi Abidjan est un terrain propice à l'entreprenariat ?

A Abidjan, on a beaucoup plus de temps. Et le temps, c'est le nerf de la guerre. En Europe, il est souvent difficile de concilier vie professionnelle et vie familiale quand on est entrepreneur. En plus du temps, nous avons également de nombreuses perspectives. C'est un terrain vierge où l’on peut tout faire en s'inspirant de ce qu'on a vu à l'étranger. En s’entourant des bonnes personnes, on arrive à réaliser de belles choses. Ici, j'ai pu cumuler ma passion pour la petite enfance et mon activité professionnelle dans la finance.

Comment avez-vous eu l'idée de créer l'agence "Pour mon bébé" ?

Je suis rentrée en 2015 avec mes deux enfants en bas âge. A cette époque, le plus grand avait 4 ans ! Avant le retour, on vivait à Paris où il était habitué aux activités en centres de loisirs le mercredi et les vacances scolaires. Pour moi, le centre de loisirs est une continuité de l’école mais avec un côté plus ludique. Mes enfants ont intégré une école française dont on est satisfait mais pendant les vacances, ils n'avaient aucune activité ! J'ai testé plusieurs centres de vacances mais je n'étais pas pleinement satisfaite de ce qui nous était proposé. Il y a un adage qui dit qu'on n'est jamais mieux servi que par soi-même, j'ai donc eu l'idée de créer un centre aéré. A l’époque, il y’en avait très peu, je peux donc nous considérer comme un pionnier en la matière.

L'idée de "Pour mon bébé" est donc née pour combler un besoin que j'avais. Notre slogan est "conçu par une maman pour nos enfants". Nous essayons de répondre à un besoin commun à beaucoup de parents à savoir comment occuper sainement les enfants pendant leur temps libre. Le système français ou ivoirien propose fréquemment des vacances que l’on ne peut pas toujours combler par des activités dans les parcs d'attractions. Notre concept est de poursuivre l'apprentissage de nos enfants tout en réveillant leur potentiel à travers des activités éducatives et ludiques afin qu'ils passent un moment agréable.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les activités "Pour mon bébé" ?

En terme d'activité, il y a le centre aéré qui ouvre chaque vacance scolaire. En dehors des vacances, le centre ouvrira dès janvier 2019 à temps plein avec des ateliers innovants et variés le mercredi et le week-end comme le roller, la danse, la cuisine, le football et les arts créatifs.

D’autres activités telles que : l’initiation aux jeux d'échecs et jeux de dames ; le digital ; les langues (anglais, chinois et espagnol) l’apprentissage de certains instruments de musique sont en cours de préparation..

La troisième activité du centre consiste à la mise en place d’une garderie qui ouvrira en février 2019 et que j'ai conçue avec mon coeur de maman. Nous souhaitons proposer une offre qualitative à un coût intermédiaire dans l'optique de rendre accessible à monsieur et madame tout le monde des prestations professionnelles. Nous organisons également des anniversaires clé en main et nous sommes sollicités par des comités d’entreprise pour une offre dédiée aux enfants de leurs salariés (au programme sorties, spectacles, ateliers divers et colonies de vacances).

Comment a évolué "Pour Mon Bébé" depuis sa création ?

Depuis 2016, le centre a bien évolué. Au début de l'aventure, le centre était itinérant. Les enfants disposaient d'un grand espace vert où ils pouvaient se dépenser. La demande est devenu plus forte et nous avons voulu mieux structurer notre offre. Nous avons alors construit en 2018 un centre de 1 500 m2 sis à Angré 8eme tranche. Ce centre est conçu comme une petite maison et adapté aux enfants. Nous accueillons les enfants à partir de 2 ans pour répondre aux besoins des parents.

Comment arrivez-vous à jongler entre vos deux structures dans des domaines si différents ?

Ma vie en finance a évolué. Cette année, j'ai intégré une banque d'affaires en tant que directrice de département. Certes, j'ai cette passion pour la petite enfance mais je reste dévouée aux responsabilités qui m’ont été confiées. Les années précédentes, j'ai eu le temps de gérer le centre moi-même. Je sais donc ce que je recherche en terme de bien-être et de confort pour les enfants. Et j'ai su m'entourer d'une équipe fiable qui partage ma vision, celle de faire passer un agréable moment aux enfants tout en stimulant leurs potentiels. Je ne suis pas présente au quotidien mais je reste à l’écoute des parents et de leurs enfants. J’ai la chance de pouvoir me reposer sur une solide équipe afin de me consacrer pleinement à mon métier dans la banque d'affaires.

Quels sont les challenges que vous rencontrez dans votre vie professionnelle et familiale ?

Le premier challenge est de faire en sorte qu'une activité n'empiète pas sur l'autre. Je me consacre pleinement à mon métier dans la finance et je m’assure que la stratégie que j’ai définie pour le centre aéré soit correctement exécutée par mon équipe. Je passe l’essentiel de mon temps libre avec ma famille. . « Pour mon bébé » est une manière pour moi de concilier ma vie d’entrepreneur et ma vie familiale. Mes enfants sont mes plus fidèles pensionnaires du centre (rires).

Quels sont vos secrets pour réussir au mieux l'éducation de vos enfants ?

Quand on devient parent, on se rend bien compte de la difficulté d’éduquer un enfant et le monde d’aujourd’hui ne nous facilite pas la tâche. Avec mon époux, le plus important c'est d'être des parents présents. Je fais l'effort d'être à la maison pour 19 h afin d’aider à leurs devoirs, d’être à leur écoute et de détecter ainsi les mauvaises habitudes à rectifier. Je consacre la majorité de mes week-ends à ma famille. J'ai également l'avantage d'avoir un bon personnel de maison qui prend le relais quand je ne suis pas là. Pour finir, je compte sur la grâce et m’appuie sur ma foi en mon Dieu.

« [...] on ne voit exister que ce à quoi l’on a rêvé. »

Quels sont vos projets ?

Nous ouvrons courant 2019 un nouveau centre dans Cocody centre à proximité du lycée international Jean-Mermoz. Ce centre sera dédié à des ateliers d’initiation et à du soutien scolaire. Nous pensons proposer une offre plus structurée aux parents en faisant appel à des étudiants qui recevront une formation adéquate. Ce sera un moyen de proposer une prestation professionnelle aux parents et à leurs enfants et d’assurer un revenu à des étudiants.

Que peut-on vous souhaiter ?

Beaucoup de belles choses par la grâce de Dieu. Souhaitez-moi d’avoir un esprit toujours plus créatif et de ne pas avoir de limites. En effet, on a des de limites que celles qu'on se fixe et on ne voit exister que ce à quoi l’on a rêvé.

Retrouvez l'interview vidéo 'Elles l'ont fait' de Massou Boua dans l'émission Les Maternelles d'Afrique sur TV5 Monde Afrique le samedi 1er décembre à 12h (Dakar et Abidjan).

LIRE AUSSI >> Angela Aquereburu, une showrunneuse qui fait bouger les lignes