Co.Lab Entrepreneuse : Rencontre avec Gaëlle Thisse

COO d'African Media Agency

Co.Lab Entrepreneuse : Rencontre avec Gaëlle Thisse

© ELLE Côte d'Ivoire

jessica brou
Écrit par Jessica
Publié le 14 septembre 2017 à 08h44

COO d'African Media Agency

Issue du secteur de l'hôtellerie, Gaëlle Thisse a fait un virage et travaille aujourd'hui dans le secteur de la communication, des RP et des relations presse en Afrique. Précisément en Côte d'Ivoire. Elle nous raconte son parcours et son expérience au Co.Lab. Rencontre avec la COO et associée d'African Media Agency.

Bonjour Gaëlle, pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

J'ai fait des études de tourisme et j'ai passé un master en marketing et management touristique. Pendant 4 ans, j'ai travaillé pour de grands hôtels parisiens, ce fut une belle expérience.
Après ces quelques années dans le monde de l'hôtellerie j'ai eu envie de nouvelles aventures professionnelles. Après un an de réflexion je me suis finalement dirigée vers la communication et les relations presse, secteur qui m'était totalement inconnu, et dont j'ai appris les ficelles à travers différentes formations et l'expérience professionnelle de mon amie, fondatrice d'AMA, Eloine Barry. Il y a 4 ans Eloine a lancé AMA et je l'y ai rejointe en tant qu'associée.

« MON ASSOCIÉE ET MOI SOMMES D'ORIGINE AFRICAINE, NOUS VOULIONS CRÉER QUELQUE CHOSE EN RAPPORT AVEC NOTRE CONTINENT. »

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre entreprise African Media Agency ?

African Media Agency (AMA) est spécialisée dans la diffusion de communiqués de presse et la relation presse dans les 54 pays d’Afrique. Nous proposons à nos clients la traduction de leurs communiqués de presse ou tribune, des conseils éditoriaux afin que le contenu corresponde aux attentes des journalistes des pays ciblés.
Nous organisons des conférences de presse, des formations médias, des interviews.
AMA est en quelque sorte le lien entre les entreprises, les ONG,les agences de communications qui veulent communiquer sur le continent et les médias en Afrique.

Mon associée et moi sommes d'origine africaine, nous voulions créer quelque chose en rapport avec notre continent.

Qu'est-ce qui vous a motivé à créer votre propre agence ?

Eloïne a 10 ans d'experience dans le secteur, elle est passée par PR Newswire en Angleterre, plus important diffuseur de communiqués au niveau global. Nous avons toutes les deux travaillé quelques années pour une petite agence co-fondée par Eloïne, et nous avions le désir de créer notre entreprise. Nous aimons le contact que nous avons avec notre continent, les journalistes avec lesquels nous travaillons constamment sur differents projets. C'est un metier qui nous passionne, et nous voulions voler de nos propres ailes et avoir notre bébé : African Media Agency (AMA).

Comment réussissez-vous à travailler en binome ?

Nous sommes complémentaires. Eloïne est la commerciale de l'agence et moi, je m'occupe de tout ce qui est opérationnel. Nos différentes compétences acquises tout au long de nos parcours professionnels ont fait que l’on apporte chacune notre propre touche. Nous sommes amies depuis de nombreuses années, nous nous connaissons donc très bien et cela apporte un plus à notre association. Nous partageons et communiquons beaucoup sur tous les points positifs ou négatifs qui concernent l'AMA pour prendre les meilleures décisions.

Quels ont été vos plus grands challenges dans la création d'AMA ?

Le fait d'être deux jeunes femmes, nous devons nous battre deux fois plus. Á travers beaucoup de travail, notre ténacité et notre professionalisme, nous sommes arrivées à prouver que rien n’est impossible et à faire de notre société une entreprise respectée auprès des plus grosses sociétés mondiales. De plus nous avons l'avantage de bien connaitre notre continent, son fonctionnement, ses cultures ce qui nous permet de promouvoir au mieux notre agence. Nos clients nous font confiance et nous sont fidèles depuis les débuts.

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ?

Pour AMA, nous souhaiterions continuer à poser notre empreinte et à créer des emplois dans de nombreux pays. Nous avons actuellement des bureaux à Abidjan, Kampala en Ouganda et une présence à Johannesbourg, Dakar et Lagos. Nous souhaitons continuer notre expansion, il n’y a rien de plus valorisant pour nous que de créer des emplois, former des jeunes et des moins jeunes à ce métier d’avenir, les voir grandir et leur permettre d’envoyer leurs enfants à l’école et de soutenir leur famille avec leur salaire. Cela est ma véritable satisfaction!

D’un point de vue personnel. Je viens d'avoir une petite fille. Je me vois en maman épanouie, donnant le meilleur de l'éducation à ma fille. Et oui, la femme entrepreneur peut aussi gérer une vie de famille.

Quels sont les créateurs d'entreprise qui vous inspirent le plus ?

La sud-africaine d'origine congolaise et rwandaise, Mimi Kalinda co-fondatrice et directrice de l'agence de relations publiques et communication Africommunications Group. Elle est connue dans le monde de la communication et est très professionnelle. La kenyane, Zain Verjee qui a été journaliste chez CNN pendant 14 ans, co-fondatrice et directrice de Akoma, une plateforme numérique de contenus informatifs sur l'Afrique. Elle a une société de production pour l'Afrique. Les nigérians Tony Elumelu et Dangote entrepreneurs qui apportent beaucoup à l'Afrique et sont très influents.

Comment avez-vous connu le Co.Lab ?

On a connu le Co Lab parce qu'Eloïne a rencontré la directrice. Elles ont échangé par mail quand on a décidé de s'implanter en Côte d'Ivoire. Nous cherchions une solution efficace pour rencontrer du monde, ouvrir notre succursale à Abidjan, avoir une adresse de domiciliation et avoir un bureau opérationnel dès notre arrivée. Le Co.Lab nous permet d'avoir tout cela et dans les meilleures conditions. L'équipe est très enthousiaste et à l'écoute des besoin de ses "colabeurs".

« ON A CHOISI LA CÔTE D'IVOIRE CAR C'EST UN PAYS DYNAMIQUE. [...] IL Y A UN GRAND PANEL DE PRESSE ÉCRITE ET DE PRESSE EN LIGNE. C'EST UN DES PAYS AFRICAINS LES PLUS IMPORTANTS EN TERME DE MÉDIA. »

Depuis combien de temps êtes-vous au Co.Lab ?

EloÏne vit à New York car nous avons un bureau à New York. Moi, je suis à Abidjan depuis plusieurs mois. On a choisi la Côte d'Ivoire car c'est un pays dynamique, qui montre l’un des meilleurs taux de croissance du continent. Nous voulions aussi avoir une présence en Afrique francophone tout en étant dans un pays où la presse est dynamique. Ici, le rapport avec les journalistes est excellent. Il y a un grand panel de presse écrite et de presse en ligne ; ce qui pour nous est extrêmement important.

Que vous apporte le Co.Lab pour une entreprise nouvelle comme la vôtre ?

De belles rencontres qui confirment qu'on a fait le bon choix de venir ici et renforcent l'idée de créer AMA Côte d'Ivoire.

Quelles y ont été vos plus belles rencontres (pro ou amicales) ?

J'ai rencontré Marina Marville de Beauty Color Africa qui est quelqu'un d'exceptionnel. Elle est très dynamique. J'ai rencontré des gens de différents secteurs...Les rencontres au Co.lab sont diversifiées et enrichissantes !