Angela Aquereburu, une showrunneuse qui fait bouger les lignes

Elle fait vivre l'Afrique sur nos écrans ! 

Angela Aquereburu, une showrunneuse qui fait bouger les lignes

© Stéphane Koné Photografrik

Écrit par ELLE.CI
Publié le 14 avril 2018 à 09h32

Elle fait vivre l'Afrique sur nos écrans ! 

Diplômée en entrepreneuriat, elle se lance dans l'audiovisuel avec son époux. Son premier projet s'intitule "Zem", une série sur les taxis motos au Togo. Le succès est au rendez-vous. Et depuis, Angela Aquereburu produit avec sa société Yobo Studios des séries qui racontent des réalités africaines et qui valorisent les femmes. Aujourd'hui, elle passe devant la caméra avec "Les Maternelles d’Afrique", une émission dédiée aux parents Africains qui sera diffusée sur TV5 MONDE. Angela Aquereburu fait partie de celles qui font bouger les choses. Entretien avec une showrunneuse qui fait vivre l'Afrique francophone sur nos écrans.

 

Vous êtes diplômée d'une école de commerce en entrepreneuriat et avez commencé votre carrière dans les ressources humaines Comment êtes-vous passée des ressources humaines à la télévision ?

Tout simplement mon mari ! Il avait un projet de formats courts sur les taxis Parisiens. A cette période, on venait souvent en vacances à Lomé et mon père nous a dit une fois « pourquoi vous perdez votre temps en France alors qu'il y à faire ici. Regardez la télévision ici, ça ne nous ressemble pas. Faites quelque chose. ». Et il se trouve qu'en même temps se déroulait la première édition du DISCOP Africa à Dakar. Pour la première fois, un marché audiovisuel se tenait en Afrique où des professionnels, producteurs, créateurs, diffuseurs allaient se rencontrer. Et mon mari a eu l'idée de transposer son projet de taxis Français en projet Togolais puisqu'il y a le phénomène des taxis motos au Togo et c'est comme ça qu'est né le projet Zem. J'ai été formée pour entreprendre alors je l'ai rejoint dans l'aventure. J'ai lu des bouquins, visionné des tas de tutoriaux. On a réalisé un pilote qu'on a proposé à Canal + et qu'on a diffusé sur Dailymotion. Le succès fut tel que Canal + nous a commandé 26 épisodes de 5 minutes. Et voilà comment tout a commencé !

 

Vous avez produit des contenus audiovisuels comme Zem, Mi-Temps, Palabres ou encore Hospital IT. Qu'est-ce qui vous a donné envie de passer devant la caméra en tant que présentatrice ? 

C'était comme une évidence...Cela vient peut-être de l'expérience avec Hospital IT dans le domaine de la santé qui a été une très belle expérience et mon rapport à la parentalité qui est une grande histoire en elle-même ! J'ai eu du mal à avoir mes enfants, des grossesses difficiles, des accouchements compliqués, une fille grande prématurée, mes enfants ont 6 et 3 ans...Je couvre vraiment la palette de la parentalité. Je vais présenter une émission qui s'appellera « Les Maternelles d’Afrique » qui est une version Africaine adaptée de l'émission "Les Maternelles". Une deuxième émission qui s'appelle "Bonne Santé" sera diffusée en alternance. Elle va traiter de sujets de santé africains comme le Diabète, la Drépanocytose, l’hypertension artérielle. Elle sera diffusée sur TV5MONDE tous les samedis.

  

Comment est né le projet d'émission "Les Maternelles d’Afrique" ?

J'étais une fan de la version Française de l'émission "Les Maternelles". Quand j'ai eu envie d'avoir un enfant, je la regardais. Depuis que je suis installée en Afrique, je sais que toutes les mamans, les parents sont en recherche d'informations autre que celles sur internet, les magazines ou données par la famille. On a besoin de mettre un visage, une forme de référent. Ça m'a paru évident qu'il fallait une émission similaire Panafricaine. Je la vis, je la respire, c'est mon quotidien. C'est une émission familiale. On s'adresse à tous. Les spectateurs se retrouveront dans les sujets et les témoins qui seront invités sur le plateau. 

 

Spécialement pour l'émission "Les Maternelles d’Afrique", un groupe Facebook a été créé pour connaître les préoccupations des mamans Africaines. Quelles sont celles qui reviennent le plus souvent ?

C'est un groupe Facebook de mamans qui viennent partager et poser des questions. Elles y cherchent de l'information. Ce groupe aide les mamans à trouver d'autres qui vivent les mêmes situations. Parmi les thèmes abordés dans le groupe, on retrouvera certains dans l'émission. Par exemple, "l'accouchement par césarienne ou voie basse ?", "mon enfant dit non à tout", "il fait ses dents"...Il va y avoir des questions entre les pratiques traditionnelles et dites conventionnelles, le bien manger avec des idées de recettes avec des aliments que nous trouvons localement, des astuces de beauté données par des célébrités ! Notre émission prend en compte les réalités africaines. On va promouvoir les bons produits locaux pour que les spectateurs puissent réellement utiliser nos conseils dans leur quotidien. Les astuces seront toujours en rapport avec ce qu'on peut faire ici, sur le continent.

 

LIRE AUSSI >> Alexandra Amon, le nouveau prodige du cinéma ivoirien

L'émission puise son inspiration de l'émission "Les Maternelles", parlera t-elle autant aux pères qu'aux mères ?

Nous inviterons des pères dans notre rubrique "Les Paternels". On y donne la parole aux papas qui donnent leurs points de vue sur les sujets autour de la parentalité. On y retrouvera différents types de familles comme les familles monoparentales avec le témoignage d'un père qui élève seul son enfant ici, en Afrique, et qui raconte tout ce que cela implique culturellement. Les enfants aussi auront leur plateforme avec la rubrique "La récré". Des enfants entre 6 et 10 ans qui viennent de partout - la Côte d'Ivoire, le Togo, le Bénin, le Cameroun notamment - répondront à des questions avec leur point de vue. Les Maternelles d’Afrique n'oublie pas les femmes avec la rubrique "Elles l'ont fait" qui fait témoigner des femmes qui sont actives dans un domaine et qui ont un impact positif sur leur communauté. 

« Je lance un appel aux femmes qui ont réussi et qui ne savent pas où investir, investissez dans des projets qui mettent en valeur les femmes, comme les nôtres.»

 

 

Vous déplorez le manque de financement dans le secteur du divertissement. Comment parvenez-vous à convaincre les chaînes et partenaires à signer le carnet de chèque ? 

Aujourd'hui, le marché audiovisuel fait qu'il y a trois ou quatre acteurs qui mettent de l'argent et qui ne peuvent pas financer toute la production audiovisuelle francophone  panafricaine. Chez Yobo Studios, on veut faire la différence en montrant qu'on est capable de faire de la qualité même si les moyens manquent. On fait de la qualité à la hauteur des moyens qui sont mis entre nos mains. Je dis souvent à nos partenaires "regardez ce qu'on fait avec ce qu'on a, imaginez ce qu'on ferait si on avait 10 fois plus". Je lance un appel aux femmes qui ont réussi et qui ne savent pas où investir, investissez dans des projets qui mettent en valeur les femmes, comme les nôtres. J'ai toujours mis en valeur les femmes, j'ai mis des femmes sur les taxis-moto au Togo et c'était une première. J'ai toujours valorisé les femmes dans mes autres projets comme Palabres ou  Hospital IT.

  

L'émission "Les Maternelles d’Afrique" va t-elle parler du tabou autour des familles polygames ?

Oui, bien sûr ! Nous sommes sur une chaîne Panafricaine. La famille polygame est perçue différemment qu'on soit au Sénégal ou en Côte d'ivoire. On s'adresse à tout le monde et on n'émet aucun jugement. Le propos de l'émission est de parler de ce qui existe et comment chacun le vit au quotidien. Dans une des émissions, nous aborderons une question que beaucoup de femmes se posent mais n'abordent pas de peur d'être jugées, c'est : "être enceinte pendant le Ramadan". Nous ne jugeons pas la mère mais l'accompagnons, échangeons. Nous sommes plutôt à l'écoute.

 

Comment parvenez-vous à parler de la parentalité sur une chaîne panafricaine sachant la pluralité des perceptions et cultures africaines ?

On va commencer avec vingt numéros. Dans chaque numéro, on recevra des invités, des témoins qui viennent de toute l'Afrique. On fera parler toutes les nationalités. Ces émissions ne sont pas seules puisqu'elles seront accompagnées d'une plateforme d'échange sur le web. C'est une émission panafricaine avec des parenthèses locales.

 

Avez-vous des projets de série ? Si oui, sur quels thèmes porteront-elles ?

C'est vaste ! Une série qui va s'appeler "Oasis" qui est un Melrose Place à l'Africaine. Des artistes de la sous-région, francophones et anglophones, collaboreront sur ce projet et j'en suis plutôt fière. Une autre série sur le sujet fort de la contrefaçon de médicaments à travers une femme. Je serai également co-réalisatrice d'une série signée chez TV5MONDE mais le projet est confidentiel pour l’instant. Je suis en train de co-écrire mon premier long-métrage avec la scénariste Madie Foltek, c'est une comédie romantique très légère.

 

APPEL A TEMOINS : vous vivez en Afrique, vous êtes parent ou futur parent ou en désir de devenir parent ? Venez partagez votre expérience avec nous sur la page Facebook des Maternelles d’Afrique : facebook.com/lesmaternellesdafrique.