Ces femmes africaines qui luttent pour les droits de l'homme : Portrait de Almas Elman

Peace

Ces femmes africaines qui luttent pour les droits de l'homme : Portrait de Almas Elman
Fabiola Mizero Ngirabatware
Écrit par Fabiola Mizero Ngirabatware
Publié le 04 décembre 2019 à 15h52

Peace

Du désert du Sahel, jusqu’à la péninsule de l’Afrique de l’Est en passant par l’ouest du bouclier Centre-africain, des Hommes plongent dans l’obscurité une partie de notre continent par l’organisation violente de crimes terroristes.
Le terrorisme est souvent perçu comme un problème masculin mais le récent décès à Mogadiscio de l’activiste Canadienne-Somalienne, Almas Elman, militante pour les droits de l’homme, nous rappel le visage de toutes ces femmes africaines qui luttent pour les droits de l'homme. Notamment,  Divine Maloum au Cameroun, âgée seulement de 15 ans, elle a été récompensée pour son « combat pacifique » contre Boko Haram après avoir fondé le mouvement « Enfants pour la paix », pour travailler avec les enfants victimes de la terreur.

Ou encore, Justine Coulidiati-Kielem au Burkina Faso, Présidente de la Coalition femmes, paix et sécurité visant à lutter contre le terrorisme dans la région.
De nombreuses jeunes filles et femmes s’engagent au quotidien pour oeuvrer pour la paix et la sécurité dans les zones assiégés par la présence de groupes terroristes, quitte à mettre leur vie en péril.
Almas Elman est décédée après avoir été touchée par une balle alors qu'elle circulait dans l'enceinte de Halane, rapporte le site d'information somalien Hiiraan. Elle était issue d'une longue lignée de militante anti-terroriste en Afrique de l’Est, étant notamment la soeur de la célèbre activiste humanitaire Ilwad Elman, récemment nominé au prix Nobel de la paix.  Les sœurs Elman luttent contre la violence et la radicalisation en offrant des services de réinsertion dans la société à des anciens combattants, ainsi que des programmes visant à la promotion de la paix, du leadership et ce en engageant toute les couches marginalisées de la société somalienne.
Bien que l’Al-Shebab n’est plus aussi fortement présent à Mogadiscio, le groupe terroriste continue à contrôler une majorité des zones rurales de la Somalie où ils opèrent leurs opérations qui visent la capitale Somalienne et le reste de l’Afrique de l’Est.
Du Canada à la corne de l’Afrique, son implication pour la préservation de la paix en Afrique de l’Est restera toujours importante.
Les réseaux sociaux du monde entier réagissent après le départ de  Alman Elman.