Il s'est marié coutumièrment, je l'ai découvert sur Instagram

Rupture à coup de hashtag

Il s'est marié coutumièrment, je l'ai découvert sur Instagram

© DR

Écrit par ELLE.CI
Publié le 14 juin 2017 à 17h24

Rupture à coup de hashtag

Je m’appelle Natacha, je suis ce qu’on pourrait appeler une jolie jeune fille, un peu timide et réservée. Á  25 ans, je n’ai vécu que très peu de relations amoureuses épanouissantes, de celles qui vous filent ce “truc”, cette électricité, une pêche de dingue comme on en voit dans les comédies romantiques. Tous les hommes que j’ai eu à rencontrer n’ont jamais vraiment fait preuve d’un grand sérieux, moi je suis plutôt du genre à faire des projets, envisager l’avenir, alors je me retrouvais célibataire, à chaque fois et toujours parce que j’étais “trop capricieuse”, trop “exigeante”, trop comme ci ou trop comme ça. J’avais décidé de consommer le célibat après une rupture assez douloureuse, je venais de quitter Ovidio, un jeune portugais immature et permettez moi de le préciser, infidèle. Ovidio est de ceux qui boivent de toutes les eaux, toujours aux aguets, à draguer même en ma présence. Je ne pouvais plus le supporter. Je ne voulais plus rien savoir de lui, je ne voulais plus rien savoir d’aucun autre homme...  Je voulais travailler sur moi, me construire professionnellement. Avoir une certaine stabilité financière.

 La rencontre

Et Hermann a débarqué dans ma vie au moment où je m’y attendais le moins. Nous nous sommes rencontrés lors de l’anniversaire de Magda, ma meilleure amie. J’étais dans mon coin, je n’avais pas très envie d’aborder le monde, je me sentais très bien comme ça avec mon verre de liqueur de pomme. Il s’est assis à côté de moi, sans rien dire, sans un bonsoir… sur le coup, cela m’a fait de l’effet. J’ai été tout de suite été prise par l’envie de lui dire que ce n’était pas très poli de s’asseoir comme ça, sans rien dire… mais je ne l’ai pas fait, nous sommes restés un moment à nous voler des regards, puis à nous dévisager intensément jusqu’à ce ma copine Magda nous rejoigne. “Ah, je vois que tu fais connaissance avec Hermann, c’est un très grand ami à moi !”. Il s’est tout de suite empressé de clarifier les choses “en fait on ne faisait pas vraiment connaissance”. Il marqua un silence avant de continuer “mais j’aimerais bien” avec un sourire amusé. Sourire que je lui rendis non sans lui rappeler qu’il ne m’avait honoré d’aucune civilité en s’installant près de moi. “Je suis timide” finit-il par me dire. La bonne blague.

 

Le rapprochement

Après cette soirée, Hermann avait tenu à me raccompagner chez moi. Chose que j’ai refusé catégoriquement, on avait beaucoup échangé pendant la fête mais je ne voulais pas lui laisser de porte d’entrée aussi facilement. ”Donne moi au moins ton numéro” tout ce qu’il a pu avoir de moi comme réponse à sa requête, ça a été un acquiescement. Quelques jours plus tard, il était parvenu à obtenir mon numéro de téléphone avec le concours de Magda.

Il m’écrivait tous les jours, pour savoir comment j’allais, m’inviter à déjeuner, je lui répondais de manière cordiale, et je déclinai gentiment toutes ses invitations. Mais cela ne l'empêchait de continuer de me tourner autour et à vrai dire, j’aimais ça…

 

Un gentleman

 

Il était vraiment différent des autres. Il avait de l’humour, il était cultivé, une situation stable, c’était le genre d’homme avec qui je pouvais envisager des projets d’avenir. Et puis, il était beau, un peu trop beau même pour que ce soit vrai. Mais j’ai fini par baisser les barrières, il a commencé à redoubler d’ardeur en me faisant la cour, il me livrait des fleurs à mon lieu de travail, m’envoyait de jolis mots tous les jours. J’ai fini par accepter son invitation à bruncher. C’était le plus beau rendez-vous galant que je n’ai jamais eu. Il y avait une sorte de complicité entre nous qui s’était installée, je ne pouvais plus faire machine arrière. J’avais besoin de lui dans ma vie et c’était réciproque. Je ne voulais plus qu’il me quitte. J’étais accro. On s’est revus une autre fois, encore une autre fois, encore et encore … Au dixième rendez-vous, il m’a dit de considérer qu’on était en couple, nous étions sur la même longueur d’onde même si je ne pouvais pas dévoiler mon enthousiasme avec autant de facilité !  

 

Á ses côtés, j’avais l’air d’une ado… Je me suis montrée trop expressive, voire envahissante, il a fini par changer de comportement et m'éviter… Nous avons eu pratiquement 3 ans de relation avec des hauts et des bas, avons connu plusieurs ruptures mais la réconciliation était toujours au bout du chemin.

 

Un jour, Hermann avait confondu nos téléphones, sachant que nous avions le même modèle. Pensant que j’avais mon portable en main, j’ai ouvert mes mails et je suis tombée sur de nombreux messages qui m’ont révélé qu’il y avait une autre… Elle s’appelait Larissa, c’était vraiment une relation importante car certains mails remontaient d’avant notre relation. J’étais donc le deuxième bureau, je prenais les miettes depuis tout ce temps… J’ai fini par comprendre que le problème ne venait pas de moi. Il y avait une autre femme.

 

J’ai décidé de mettre fin à notre relation dès qu’il franchirait le seuil de mon appartement. Au début, il a tout nié. C’est lorsque j’ai sorti son téléphone qu’il a reconnu les faits. Il m’a dit qu’il essayait de la quitter. Il m’a fait un beau discours, et moi comme une grande idiote, je l’ai cru.... Je lui ai pardonné, encore une fois.

 

Le changement

Maintenant que je savais qu’il y avait l’autre, tout était devenu différent. Il s’adonnait à un laxisme déconcertant vis-à-vis de moi. Il pouvait passer des week-ends, voire des semaines entières sans donner de signe de vie.  Je ne m’en inquiétais plus parce que pour moi, cette relation battait déjà de l’aile mais lui considérait toujours qu’on était ensemble. Les “updates” sur les réseaux sociaux me donnaient de ses nouvelles. Je me suis confiée à ses proches ainsi qu’à sa mère avec qui j’ai tissé un lien particulier. Ils m’ont tous rassuré et ne comprenaient pas son attitude. Il y a eu une réunion entre lui, moi et nos  familles respectives  afin qu’il se décide. Il a alors demandé un temps de réflexion. Six mois plus tard, les choses n’avaient pas changé. Hermann ne m’avait toujours pas situé sur ce qu’il voulait réellement. Puis un jour en scrollant sur Instagram, je suis tombés sur une photographie… Hermann, mon copain qui devait me donner sa décision depuis trois mois mois, aux côtés d’une jeune femme. Larissa, je présume. Tous les deux parés de tenues traditionnelles. Ces photos donnaient l’allure d’un mariage coutumier, et la légende allait confirmer mes déductions : #CoupleGuira

 

Je n’ai pas pu m’en empêcher, j’ai liké la photo.

 

J’étais de nouveau célibataire.