C'est mon histoire : j'ai épousé un homosexuel

Des années perdues

C'est mon histoire : j'ai épousé un homosexuel
Écrit par ELLE.CI
Publié le 28 juillet 2017 à 10h02

Des années perdues

Stéphanie a 40 ans et a passé 10 années de sa vie avec un homme qui est en fait homosexuel. De la révélation à la reconstruction de soi, elle nous raconte son histoire.

J'ai rencontré Patrick à 20 ans. J'étais étudiante en droit et lui en médecine. Patrick et moi, ça a été un coup de foudre amical. Nous étions de très bons amis, faisions toutes nos soirées étudiantes ensemble, il me confiait ses mille et une aventures avec ses petites amies passagères. Il était mon meilleur ami. Le jour de ma remise de diplôme, nous avons fait une soirée un peu arrosée. C'est à ce moment là que Patrick et moi avons échangé notre premier baiser et passé notre première nuit. L'attitude de Patrick a changé. Je m'attendais à ce qu'il prenne ses distances car c'était un vrai coureur de jupons mais c'est tout le contraire qui s'est passé. Nous étions un vrai couple. 4 mois plus tard, on "officialisait" la relation. Nos amis, nos familles respectives étaient au courant qu'il n'était plus qu'un simple ami.

Confiance aveugle

Tout le monde était ravi pour nous. Sauf Éric, un ami de Patrick. Il nous faisait des crises de jalousie dès que Patrick n'était pas disponible pour une partie de basket, une soirée entre potes...Éric me faisait vivre un vrai calvaire. Son attitude avait changé vis-à-vis de moi. Cela aurait dû me mettre la puce à l'oreille mais j'ai simplement déduit qu'Éric était juste envahissant et qu'il était inquiet de voir son ami se consacrer plus à son couple qu'à sa bande de potes. Un an plus tard, il me passait la bague au doigt. Après la lune de miel, nos rapports étaient de moins en moins fréquents sauf pendant mes périodes d'ovulation. Nous essayions d'avoir un enfant. Il faut dire que Patrick n'était pas un partenaire très impliqué sexuellement. Il me disait qu'il n'était pas très porté sur la chose mais qu'il m'aimait et me désirait. Évidemment, je l'ai cru. Je prenais du plaisir mais disons que j'ai connu mieux. Je l'aimais donc tout ça me semblait secondaire.

« En ouvrant sa boite mail pour paramétrer la mienne, je découvre un tas de newsletters de porno gay. »

Les premiers indices

Après 6 mois de tentatives, je suis tombée enceinte. Il était heureux. Je ne l'avais jamais vu dans un tel état de bonheur. Mais c'est durant ma grossesse que tout a vraiment changé. Il ne me touchait plus du tout. Soit disant de peur que ça affecte le bébé. Je le rassurais qu'il n'y avait pas de risque pour le foetus mais que nenni. Patrick ne voulait rien entendre. Il faisait des heures supplémentaires pour préparer financièrement l'arrivée de notre fille. Ses absences se répétaient. J'ai vécu une grossesse solitaire mais je me disais qu'il faisait tous ces sacrifices pour que notre fille arrive au monde dans les meilleures conditions. Je pensais que tout se réglerait après l'accouchement. Un soir, mon portable m'a lâché. J'ai donc allumé son précédent iPhone qui trainait dans un tiroir pour passer quelques coups de fil urgents et répondre à des mails pour le boulot. En ouvrant sa boite mail pour paramétrer la mienne, je découvre un tas de newsletters de porno gay. Á son retour du travail, je lui ai demandé clairement s'il était homosexuel. Il m'a répondu, avec beaucoup de calme, qu'il s'agissait de spams. il avait beau essayer de se désabonner, il continuait de les recevoir. Preuve ultime, il avait changé d'adresse mail personnelle à cause de ces spams. Son explication me paraissait logique. Je n'ai donc pas creusé plus.

La découverte

Á la naissance de notre fille, il était beaucoup plus présent mais uniquement pour notre fille, pas pour notre couple. J'étais invisible à ses yeux. J'avais hâte de reprendre le travail car je me sentais très seule. Ce sentiment était difficile à expliquer à mes proches car les apparences étaient maintenues. Patrick prenait le soin d'être présent à nos évènements familiaux, aux anniversaires de nos amis. Un soir après le travail, en sortant du supermarché, je croise Éric accompagné d'un homme. Je n'aime pas m'arrêter aux apparences mais Éric me semblait être en couple avec cet homme. Il m'a demandé si j'étais toujours avec Patrick d'un air suspicieux. Je lui ai dit que tout allait bien. La conversation était très superficielle, le genre de conversations qu'on a avec quelqu'un perdu de vue. Quelques mois plus tard, je pars en vacances avec ma fille pour 2 semaines. Patrick n'avait pas réussi à avoir ses congés en même temps que nous. Il était donc resté à Abidjan. Arrivée à l'aéroport, j'apprends que la compagnie a eu de sérieux problèmes et que notre vol est reporté au lendemain. J'appelle donc Patrick. Injoignable. Je prends donc un taxi avec ma fille, direction la maison. J'ouvre la porte et j'entends une musique très forte venant de notre chambre. je m'y rends sur le champ pour voir ce qui s'y passe et là, stupéfiée, je découvre Patrick au lit avec un autre homme !

 « J'ai perdu 10 années de ma vie avec un homme qui ne pouvait pas m'aimer. »

Et après

Tout mon monde s'écroule. Comment je n'ai pas pu m'en rendre compte malgré les signes ? Et si, j'avais cherché plus loin ? Et si Éric m'avait dit la vérité ? Je culpabilise de ne pas avoir pu m'en rendre compte. J'ai perdu 10 années de ma vie avec un homme qui ne pouvait pas m'aimer. Voici la pensée qui n'arrête pas de me hanter. Patrick me supplie de ne pas le quitter. Il me dit qu'il s'agit d'une erreur. La vérité était trop évidente. Malgré ses supplications, ma décision était prise. Le divorce était l'issue inéluctable. Le jour même, je suis partie vivre chez ma mère avec ma fille. Quatre mois plus tard, la procédure de divorce était engagée, j'avais un nouveau chez moi avec ma fille qui passait une semaine chez son père et la suivante chez moi. Même si je lui en voulais de m'avoir fait perdre mes plus belles années, je ne pouvais pas le priver de notre enfant. Au fond de moi, j'étais brisée. Je ne me sentais plus désirable. J'ai caché le motif exact de notre séparation car il n'assumait pas son homosexualité ou sa bisexualité. La vengeance ne nous aurait rien apporté et il en aurait souffert. L'homosexualité est difficilement acceptée dans ce pays. Il aurait été rejeté par sa famille. Je ne pouvais pas lui souhaiter ça. J'ai repris le sport, fréquenté plus souvent mes amis, voyageait plus souvent. Je vivais ma vie. Deux ans plus tard, j'ai rencontré William. Je comprends enfin ce qu'est une relation sérieuse avec un homme qui vous désire. Il considère ma fille comme la sienne et moi son fils comme le mien. Je me sens bien et c'est l'essentiel. Le chemin de la reconstruction a été compliqué mais aujourd'hui cette histoire est derrière moi. Les relations avec Patrick sont beaucoup plus détendues. Nous avons réussi à passer à autre chose. 

LIRE AUSSI >> C'est mon histoire : Je suis sortie avec mon boss