C'est mon histoire : Une jalousie meurtrière

Une nuit inoubliable

C'est mon histoire : Une jalousie meurtrière

©TheSouthernDaily

Écrit par ELLE.CI
Publié le 22 mars 2017 à 13h00

Une nuit inoubliable

Nadia croit en l’amour mais pense que ce n’est plus fait pour elle. La pauvre a connu tellement de chagrin, mais après la pluie vient le beau temps. Sur sa route, la vie a placé Cédric-Alain. Aimant et attentionné, il lui redonne l’espoir en l’amour. Pourtant Nadia, découvrira à ses dépens qu’il n’y a pas que  les mauvaises habitudes qui ont la vie dure.

L’amour existe encore

Ce matin-là, je me suis réveillée avec une mèche de soleil en plein visage. La température extérieure semblait parfaite. C‘était l’idéal pour faire les boutiques. Quelques minutes pour sortir de mon lit douillet et me voilà sous la douche. Je pouvais entendre depuis le salon Yasmina me crier « Nadia dépêche-toi, les boutiques vont finir par fermer ! ». Trois mois plus tôt, Yann m’avait quitté et ce soir j’avais un rendez-vous galant.  J’arriverais certainement à tourner la page. Il était question de me présenter à ce rendez-vous plus belle que jamais.

Un an plus tard Cédric- Alain et moi habitions sous le même toit. Les choses s’étaient passées si vite ! Ma vie était quasi paradisiaque. Les câlins étaient toujours au rendez-vous.

Quelque chose n’allait pas

Pourtant plus les mois passaient, plus j’avais l’impression de revivre mon passé. Je le sentais s’éloigner….

« Cédric- Alain, je suis ton épouse et ta maison c’est bien ici pas le bureau. » et lui me répondait toujours avec cette voix sereine « Je sais, la preuve j’y passe toutes mes nuits. » De quelles nuits parlait-il ? Rentrer à 3h et repartir dès 6h et me balancer  la même excuse de réunions et séminaires !

Très tôt Yasmina refit surface. Jamais il n’était question de laisser ma vie sentimentale s’écrouler à nouveau. Ce serait moi et personne d’autre. Nul besoin de louer les services d’un détective-privé. Yasmina seule ferait l’affaire. Elle me conseilla de jouer la passive, le temps pour Cédric-Alain d’être en confiance et donc de se faire prendre dans les filets…

Le plus dur a été ce matin ou après quelques mois d’enquêtes autour d’un café que je trouvais plutôt fade, Yasmina m’annonçait, preuve à l’appui que Cédric-Alain était aussi un Judas sentimental. Un de ceux-là, qui font miroiter le beau mais qui se lassent très vite…

4 ans à vivre dans le doute,  à espérer que les choses s’arrangent, pour finalement réaliser que j’avais perdu mon temps.

Désormais, je n’avais pour véritables amies que le vin, qui ne me faussait jamais compagnie. Il m’arrivait même souvent de me réveiller 24h plus tard et de croire que je n’avais dormi que l’instant d’un long métrage. Il me fallait réagir, poser un acte fort pour que Cédric-Alain comprenne que cela ne pouvait plus continuer ainsi.

La nuit où tout a basculé

Cette nuit-là, une pluie fine faisait monter cette bonne odeur d’argile mouillé que j’affectionnais particulièrement.

Je le ferais c’est décidé et il comprendra que je ne peux plus vivre ainsi.

La sonnerie de la porte m’a sortie de mon léger sommeil et un coup d’œil à l’horloge me permet de voir qu’il est 03h35.

Cédric revenait à nouveau certainement de ses besognes douteuses. Il se tenait derrière la porte tel un innocent pourtant coupable à souhait.

« Retourne d’où tu viens. Je t’autorise à finir la nuit avec elle cette fois-ci. » et ce bruit sec de la porte que je refermais me restera à jamais gravé dans la mémoire.

Cédric-Alain dans son désarroi, s’en allant je ne sais où, a fait une sortie de route et ne m’est plus jamais revenu.

J’aurais tant voulu que ce soit un rêve, disons un cauchemar. Mais non, c’était bel et bien la réalité. Le salon de notre appartement était bondé de monde, tous de noirs vêtus et la chapelle ardente me le confirmait, nous étions bien à des obsèques. Cédric-Alain n’était plus. J’étais pleine de regrets de ne pas avoir pu pardonner mon Cédric et de lui avoir tourné le dos.