C'est mon histoire : Je suis accro aux sites de rencontes

Á la recherche de mon e-prince charmant

C'est mon histoire : Je suis accro aux sites de rencontes
Écrit par ELLE.CI
Publié le 12 juillet 2017 à 16h46

Á la recherche de mon e-prince charmant

Hermance, 28 ans et community manage est accro aux sites de rencontres. De Meetic à Oovoo en passant par Badoo, la jeune abidjanaise recherche désespérément l’amour… Elle “jongle” d’applis en applis, et de sites en sites dans le but de trouver son  e-prince charmant.  

Comment tout a commencé

Plus jeune, je n’ai jamais vraiment été en couple ni vécu d’histoire sentimentale sérieuse. Je commençais à déprimer et à me trouver “pas très jolie” ou “pas assez féminine”. Parce que je faisais un peu geek. Avec mes jeans / t-shirts… j’en avais marre d’être la bonne copine de tous les garçons de mon lycée. Je voulais me sentir désirée… J’ai toujours eu un rapport immédiat avec internet pour mes études et le divertissement. Mais pour moi, faire usage d’internet pour trouver l’amour, c’était bien le cadet de mes soucis. En me confiant à une amie, lorsque j’étais en troisième année de Fac, celle-ci m’a conseillée d’ouvrir un compte sur Badoo. « Tu rencontreras pleins de garçons ! Et tu feras pleins de rencontres intéressantes. Même si cela n'aboutit pas à une relation, tu auras essayé. C’est comme ça que j’ai rencontré mon mec. Et c’est du sérieux ! ».

Un nouveau monde

Le soir même, j’avais un compte sur le site. J’ai échangé avec une trentaine d’hommes de tous genres, des plus jeunes aux plus âgés, des plus ambitieux aux plus sournois. Ah oui, il y avait aussi des hommes mariés qui recherchaient quelque chose pour changer de la monotonie conjugale. Je me suis jurée de ne jamais rien faire avec un homme marié pour éviter les désagréments. Je ne me voyais pas partager l’homme d’une autre. Au bout de quelques semaines, j’ai fait mes premières rencontres. Soit les mecs étaient trop guindés, soit inintéressants. Et c’est fini comme d’habitude : on est resté bon copains. C’est là que j’ai compris qu’il y a certains hommes qui aiment les femmes plus instruites mais qui apprécient encore plus lorsqu’elles font semblant de ne pas comprendre pour qu’ils se sentent plus intelligents… Malgré cela, toujours pas chaussure à ma pointure.

Mon premier e-amoureux

Alistair, on s’est tout de suite très bien entendus. On a chatté pendant plusieurs mois sur un nouveau site que j’avais découvert par hasard. Il faut dire que j’avais l’oeil pour dénicher un nouveau site de rencontre. Et Alistair a fini par me déclarer sa flamme. Il était amoureux, j’étais sous son charme. Je me sentais aimée, enfin… Mais Alistair n’a jamais voulu me rencontrer. Pourtant, nous vivions dans la même ville. Et sa commune était à une heure de la mienne. J’ai fini par en avoir marre de tous ces mystères et j’ai décidé de mettre fin à nos rapports. Quelques mois plus tard, je suis tombée sur le même profil avec les même photos mais avec un pseudo différent. Il s’agissait visiblement de quelqu’un qui se jouait de moi et de beaucoup d’autres femmes…

Du jeu à l’obsession

Après l’épisode de Alistair, il y a eu d’autres hommes qui eux ont fait preuve de franchise et de sincérité. Je suis sortie avec quatre hommes que j’ai connue sur des sites de rencontres. Ils n’étaient pas prêts à s’engager ou recherchaient quelque chose que je n’avais visiblement pas. Le cinquième, Yann Cyrille était l’homme idéal. Nous sommes restés 5 ans  ensemble. Il a dû quitter le pays pour une opportunité professionnelle. Il avait voulu que je le rejoigne mais j’avais mon boulot, ma famille, mes amis… J'avais peur. Je ne voulais pas tout perdre. Il m’a demandé de faire un choix, pour lui, pour nous, je l’ai quitté.  Et c’est là que mes démons ont repris le dessus mais d’une autre façon. J’étais moins sur mon ordinateur et avec l’avènement des smartphones, je pouvais télécharger toutes les applis de sites de rencontres que je voulais. J’ai fait encore plus de rencontres… mais il y a quelque chose qui n’allait pas. Je ne savais pas comment aborder les hommes dans la vraie vie, draguer “in real life”, tisser des liens… réels. Yann Cyrille me l’avait appris. Lorsqu’on sortait manger au restaurant, quand on allait voir sa famille… Maintenant, j’étais perdue et j’avais vraiment besoin de lui… Quand je l’ai rappelé, il m’a dit qu’il pensait toujours à moi mais qu’il fallait que je lui laisse du temps. Il s’était senti profondément blessé lorsque je l’ai quitté car il avait l’intention de concrétiser notre union. Quelle idiote j’ai été !

 Lire aussi >>  C'est mon histoire : 30 ans, célibataire et je le vis bien

Á 28 ans, je suis épanouie professionnellement, financièrement mais vous savez quoi ? Mes collègues m’ont surnommée “Madame Meetic”. Référence à ma maîtrise des sites de rencontres. J’en ris mais je n’assume pas. Je veux donner une autre direction à ma vie, c’est décidé. Le week-end prochain, je supprimerais tous mes comptes… Mais Facebook, ça ne compte pas.