Un drone contre le présentéisme au Japon

A la maison!

Un drone contre le présentéisme au Japon
Écrit par ELLE.CI
Publié le 17 janvier 2018 à 15h10

A la maison!

Au pays du soleil levant, la culture d’entreprise se résume à la culture du présentéisme : venir le premier et rentrer le dernier. Bien vus sont ceux qui passent des heures interminables au travail, peu importe les activités auxquelles ils se consacrent réellement. Pour 40 heures de travail prévues au contrat, certains employés font en plus jusque 100 heures supplémentaires de travail.

Si certains restent sous la pression du management aux exigences toujours plus folles, les autres ne restent tard que pour être vus des autres. Mais tout n’est pas entièrement perdu, puisque ces heures constituent des heures supplémentaires qui comme telles sont rémunérées. Il s’agit donc d’un supplément de revenu non négligeable.

Toutefois, une telle pratique reste nuisible, en témoigne les statistiques alarmantes sur les cas de burn-out au travail, de suicides au travail et de décès par surcharge de travail. « Karoshi » est d’ailleurs un terme japonais qui se traduit par la « mort par trop de travail ».

Pourtant, le présentéisme est si profondément ancré dans les mentalités que nombreux sont ceux qui refusent de lever le pied.

Quelles que soient les raisons de rester au bureau, les heures à rallonge ne rendent service à personne et vont à l’encontre de la productivité globale des entreprises.

Dans cet environnement, une société de sécurité a mis sur pied une invention destinée à traquer les « reste-tard » et à les obliger à rentrer chez eux.

Le drône, qui vient renforcer le nombre insuffisant d’agents de sécurité affectés à cette tâche ingrate, devrait roder autour des salariés trop zélés en diffusant une musique à l’air bien connu : Ce n’est qu’un aurevoir. Également équipé d’une caméra, le drône devrait pouvoir envoyer des images à un centre à distance ou les sauvegarder. Ses concepteurs projettent déjà de le doter d’une reconnaissance faciale afin de détecter d’éventuelles intrusions.

 

LIRE AUSSI >> Harcèlement au travail : que dit la loi ivoirienne ?

Plus d'articles : Société