Harcèlement au travail, la loi ivoirienne protège t-elle ?

Côte d'Ivoire: Osons dire stop au harcèlement au travail.

Harcèlement au travail, la loi ivoirienne protège t-elle ?
Écrit par ELLE.CI
Publié le 11 Janvier 2018 à 19h05

Côte d'Ivoire: Osons dire stop au harcèlement au travail.

Les voix s’élèvent contre le harcèlement. Des actes de « violence » qui parfois se déroulent sur leur lieu de travail. Pourtant, ils sont punis en Côte d’Ivoire.

Qu’est-ce que le harcèlement ?

Le Code du travail ivoirien reconnait deux types de harcèlement :

-        le harcèlement sexuel qui consiste en toutes les actions ayant une connotation sexuelle dont le but est d’obtenir des faveurs de nature sexuelle (main aux fesses, propos écrits ou verbaux grivois répétés,  attouchements, intimidation devant le refus, …)

-        le harcèlement moral qui consiste en tous les comportements ayant pour effet la dégradation des conditions de travail d’un salarié (humiliation publique, mise au placard,  dénigrements, injures, mesure vexatoire, …)

Il est à noter que le harcèlement peut être le fait aussi bien d’un collègue, d’un supérieur hiérarchique que de votre employeur lui-même. Dans ce dernier cas, il est encore plus difficile d’en parler.

Dénoncer : vraie ou fausse bonne idée ?

En théorie, le harcèlement constitue un délit et est puni comme tel. La peine encourue est une amende pénale comprise entre 360 000 et 1 000 000 francs et une peine d’emprisonnement d’un à trois ans.

Dans les faits, dénoncer son bourreau peut s’avérer difficile. Devant la crainte de perdre leur emploi, elles sont nombreuses, les salariées, à céder aux avances ou à continuer à subir les brimades injustifiées sans rien faire.

Aussi difficile que cela puisse être, le silence ne résout pas le problème du harcèlement et aurait même tendance à la banaliser voire l’amplifier. A l’instar du milieu artistique américain dans lequel la parole s’est libérée et les dénonciations fusent, toute femme harcelée devrait porter plainte contre son harceleur afin que ce phénomène cesse.

Vers qui se tourner ?                                        

Il n’est pas aisé d’en parler à des personnes proches, surtout quand il s’agit d’un harcèlement sexuel. Mais si vous vous trouvez dans cette souffrance et que l’option du chargé des ressources humaines ou de l’employeur comme interlocuteur n’est pas envisageable, vous pouvez communiquer directement avec l’inspecteur du travail du lieu de votre emploi.

Si toutes ces personnes ne vous semblent pas de confiance, sachez qu’il existe en Côte d’Ivoire des structures qui seront ravies de vous accueillir, vous écouter, vous conseiller. Nous avons notamment des associations qui défendent le droit des femmes. Parmi elles, se distingue l’association des femmes juristes de Côte d’Ivoire.

 

LIRE AUSSI >> Les questions « pas si évidentes » en entretien d’embauche

Plus d'articles : Société