Devenir un bon manager en 4 étapes

Une âme de leader

Devenir un bon manager en 4 étapes
Candace Nkoth
Écrit par Candace Nkoth
Publié le 30 mai 2019 à 19h30

Une âme de leader

Entre 2014 et 2017 j’ai eu la chance de diriger au Cameroun une startup de commerce en ligne qui deviendra par la suite Jumia, avec à ma charge une équipe relativement large  à former et à diriger. Mes doutes sur ma capacité à atteindre les objectifs ambitieux que je m’étais fixés, le scepticisme d’une partie de l’équipe, mes hésitations sur le style de management que je devais adopter, ainsi que le potentiel clash culturel entre ma vision occidentalisée du monde du travail versus les usages locaux ont été autant de défis à relever au début de ma mission.   Que vous soyez un manager débutant, ou que vous souhaitiez simplement améliorer votre style de management, les étapes suivantes vont permettront de renforcer votre légitimité de manager et créer un environnement de travail positif et productif.

1. Travailler sur soi

Pour manager une équipe avec confiance, il vous faut vous armer d’une bonne dose de confiance en vous et d’humilité.

- Pour réduire au silence tout syndrome d’imposture et consolider votre crédibilité, attelez vous dès le départ à ou en amont de votre nomination à :

- Faire l’acquisition des connaissances techniques, sectorielles, et autres nécessaire à une bonne appréhension de votre poste

- Apprendre de l’équipe que vous rejoignez, ainsi que de ceux qui sont la mémoire institutionnelle de l’organisation.

- Trouver des mentors qui partageront leur expérience avec vous, et vous guideront en cas de crise

Au-delà de la crédibilité, “leader par l’exemple” vous permettra de gagner le respect des personnes avec lesquelles vous travaillez.  Ponctualité, rigueur, justesse, honnêteté courage, éthique, empathie sont les qualités qui différencient les managers moyens ou médiocres des leaders inspirants et sculptent la culture d’une organisation. Faites le bon choix !

Afin de bâtir une relation authentique et durable avec vos équipes, restez vous-même et faites la nuance entre travailler sur soi et jouer un rôle. Rien de pire pour votre leadership que de devenir la caricature du manager qui compense son manque d’assurance ou de légitimité en abusant de son autorité.

2. Bâtir sa “Dream Team”

Dans un monde idéal, pour réussir votre mission, votre équipe sera composée de personnes compétentes, volontaires, qui partagent vos valeurs, et avec lesquelles qui vous entretenez une relation de confiance. Malheureusement, dans la vraie vie, vous aurez sans doute plu probablement un mélange de supporters, de suivants et d’opposants avec des niveaux de

compétence, de loyauté et d’éthique de travail variables. Pour bâtir l’équipe idéale, il vous faudra:

- Identifier ceux et celles qui peuvent ou veulent apprendre et grandir avec vous.  Investir dans le renforcement de leurs capacités, célébrer leurs réussites, leur donner de l’exposition, car ils deviendront vos meilleurs alliés à moyen ou long terme, qu’ils restent au sein de l’organisation ou pas.

- Recadrer voire se séparer des personnes qui impactent négativement les performances ou la dynamique de travail de l’équipe. Ce n’est pas une tâche aisée, et cela vous demandera du courage, de savoir à prendre et communiquer des décisions difficiles tout en restant professionnel et courtois. Malheureusement vous ne pourrez pas plaire à tout le monde, mais vous héritez en retour d’un environnement de travail plus positif et productif.

3. Investir dans le développement de ses équipes

J'aime parfois comparer le rôle de manager à celui de coach de basket-ball ou de foot. En effet, pour réussir dans son rôle de manager, il vous est nécessaire d’apprendre à identifier, développer et valoriser les talents -parfois- cachés des membres de votre équipe. Un bon manager n’est pas nécessairement le “héros” qui “micro-manage” et est sur tous les fronts, mais plutôt le stratège qui coordonne efficacement le travail d’une équipe d’experts. Vous avez donc tout intérêt à d’investir dans le développement de vos équipes, et à bâtir un environnement collaboratif qui vous autorise à faire confiance (sous réserve de bons outils de contrôle) et de déléguer, notamment les tâches qui vous paraissent les moins complexes. Cela vous permettra de préserver votre santé physique et mentale, de vous dédier à des projets plus complexes et de continuer de grandir professionnellement.

4. Fédérer et motiver autour d’une vision commune

Toujours à l’image du sport, rassembler son équipe autour d’un objectif commun est la meilleure manière de les motiver sur la durée, surtout si cette cause est plus grande et noble que simplement faire du chiffre d’affaire. A titre d’illustration, mes équipes et moi-même à l’époque Jumia étions motivés par le fait de permettre des commerçants locaux de mieux gagner leur vie grâce à internet en vendant au-delà de leur ville, et ce 24h/24. Il est aussi important de fédérer autour de valeurs communes et de moments positifs tels que les célébrations d’anniversaires, sorties, et activités sociales ou sportives . Ce sont autant d’occasions simples d’apprendre à se connaître, de partager, et de renforcer l’esprit d’équipe.

Au final, "Si vos actions inspirent les autres à rêver davantage, à en apprendre davantage, à faire plus et à devenir plus”, vous serez non seulement un bon manager, mais aussi et surtout un leader, selon une citation de John Quincy Adams. Et c’est tout le mal qu’on vous souhaite 

 

Pour rester informé(e) sur le travail de Candace et recevoir un chapitre gratuit de son programme de coaching : www.candacenkoth.com/coaching

Pour la contacter, suivre les événements auxquels elle participe ainsi que le contenu inspirant qu'elle partage : www.instagram.com/candacenkoth

Pour en savoir plus sur son parcours: https://candacenkoth.com/a-mon-propos/

Plus d'articles : Société