Comment le syndrome de l'imposteur peut-il booster votre carrière ?

Utiliser le syndrome de l'imposteur contre lui ! 

Comment le syndrome de l'imposteur peut-il booster votre carrière ?

© Shutterstock

Écrit par ELLE.CI
Publié le 07 novembre 2018 à 17h37

Utiliser le syndrome de l'imposteur contre lui ! 

Vous avez parfois le sentiment de ne pas être légitime dans votre emploi ou face à une nouvelle opportunité qui se présente ? Vous avez peur de ce poste à responsabilités qu'on vous propose ? Vous n'osez pas vous attribuer vos propres accomplissements ? Quand vous vous lancez dans un nouveau projet, vous êtes envahi(e) par la peur ? La peur et le doute s'interposent entre vous et vos projets ? Si ces sentiments vous semblent familiers, vous souffrez probablement du syndrome de l'imposteur.

Si certaines méthodes permettent d'atténuer, le syndrome de l'imposteur - également appelé syndrome de l'autodidacte - ne disparait jamais ou très rarement. Vous pouvez donc adopter une approche plus pragmatique : utiliser syndrome de l'imposteur comme votre meilleur allié pour évoluer dans votre carrière.

Comprendre le syndrome de l'imposteur

Confiance en soi et syndrome de l'imposteur sont à ne pas confondre. Ce n'est pas exactement la même chose. Pour réaliser tout ce que vous avez fait jusqu'à aujourd'hui, il faut avoir une bonne dose de confiance en soi. Le paradoxe de ce syndrome est que vous vacillez entre un égo démesuré et le sentiment d'être une fraude. Profitez de cette période quand votre égo est en bonne santé pour concrétiser vos projets, postuler...

Débatez contre la voix de la négativité

Douter de vous (aspect du syndrome de l'imposteur ) ne veut pas dire que vous êtes un imposteur. Ce sont deux choses totalement différentes. Les pensées négatives peuvent même vous apporter du positif. Pour cela, explorez vos croyances et travaillez vos pensées. Débatez avec vous-même pour comprendre que vous n'êtes pas une imposture.

Exemple:
  • Mauvaise pensée : "Vous n’êtes pas capable d'acquérir des clients à de gros portefeuilles parce que vous n'êtes pas assez bon."
  • Interrogation : mais votre client untel ne vous t-il pas dit l'autre jour qu'il adorait votre travail et appréciait votre professionnalisme ? N'a t-il pas commander une deuxième campagne ?
  • Réponse : oui, effectivement je ne fais pas le plus gros chiffre d'affaires de la société. J'ai encore à apprendre mais je sais ce que je fais et je suis capable d'avoir de plus gros clients.

Continuez le dialogue jusqu'à ce que vous soyez plus calme.

La peur, un outil de motivation

Utilisez la peur comme un boosteur. Apprenez, lisez, renseignez-vous, travaillez plus, travaillez dur. Plus vous en saurez, moins vous aurez de doutes sur vos capacités. L'expertise calmera vos doutes et vous vous sentirez plus légitime dans ce que vous faites. Même si cela vous semble difficile presque douloureux, foncez. Faites ce dont vous avez peur jusqu'à ce que la peur s'éteigne. Si vous sentez que la peur cause une inertie chez vous, commencez par accomplir quelques objectifs plus atteignables. Continuez et vous aurez de moins en moins ce sentiment d'être une imposture.

Avoir le syndrome de l'imposteur, c'est normal

Avoir peur, se poser des questions, c'est tout à fait normal. Beaucoup ont ce sentiment même s'ils ne le laissent pas paraitre. La peur et le doute sont de simples signaux pour vous inciter à persévérer et vous améliorer. Si vous sentez que vous n'êtes pas crédible ou suffisamment qualifié(e), alors cela signifie que ce que vous faites en vaut la peine.

LIRE AUSSI >> Au travail : en finir avec le syndrome de l'imposteur

LIRE AUSSI >> Comment monter en grade au sein de votre entreprise ?