Au bureau aussi, on range

Le rangement, tout un art.

Au bureau aussi, on range
Écrit par ELLE.CI
Publié le 20 octobre 2017 à 13h00

Le rangement, tout un art.

Post-it aux inscriptions périmées , stylos ayant rendu l’âme  agrafeuse cassée, boite de thé entamée dont on n’a jamais vraiment apprécié le goût, murets de brouillons, et dossiers dont personne ne sait plus ce qu’ils contiennent, calendrier datant de 2 ans attendant d’être recyclé pour une activité manuelle, ouvrages superposés dans le coin dont on a consulté une page une fois  tube de crème pour les mains vide, mug ébréché et sa cuillère, cartes de visite du temps où on travaillait dans une autre entreprise, souris d’un autre ordinateur, plaquettes de médicaments au cas où…

Si la description de ce bureau éveille un sentiment de familiarité, si vous l’avez même surnommé « mon joyeux bordel », si vous avez abandonné la bataille, vous êtes au bon endroit.

Le rangement est le début de l’efficacité. Par contre dans les faits, il peut être difficile de voir par quel bout commencer et même difficile de s’y coller avec entrain. Sauf que ce bureau, vous y passez la plus grande partie de votre temps et qu’il est un peu un deuxième chez-vous. Donc, faut s’y coller et s’appliquer.

ORGANISER SON ESPACE

Si vous faites partie de la moyenne des salariés, vous partagez votre environnement avec d’autres et une des choses que vous avez très vite réalisé est le peu d’espace mis à votre disposition. Chaque centimètre compte. Chaque chose doit donc avoir une place consacrée. De cette façon, il est plus facile de se retrouver et de faire un suivi. Il ne faut pas hésiter à multiplier les organisateurs, les classeurs, les chemises, les agendas, les box, les marqueurs.

CLASSER

Le classement permet d’éviter l’accumulation, source numéro 1 du désordre. Tout objet qui atterrit entre vos mains ne doit pas faire plus d’une semaine dans la case « temporaire ». Le temporaire doit vraiment le rester. Si la pile « temporaire » est aussi haute que votre mug, il est temps de classer.

JETER

Jeter ce qui ne sert plus, n’a jamais servi ou ne servira plus. Cela semble radical, mais rien ne sert de faire dans l’émotion et s’encombrer de choses inutiles. Mais jeter intelligent en s’assurant de toujours garder une version numérique des documents qu’on peut vous redemander plus tard. Mais si vraiment, il vous est impossible de vous débarrasser de quoi que ce soit, trouver un espace de stockage autre que votre bureau.

Toutefois, ne vous culpabilisez pas si vous n’y arrivez pas du premier coup. Commencez petit et célébrez chaque centimètre gagné contre le désordre.

LIRE AUSSI >> Le brown-out ou le phénomène de démission mentale